• Accord du participe passé

    Remarque liminaire : Dans cet article, participe passé sera abrégé en pp, complément d'objet direct en COD et complément d'objet indirect en COI.

    Vous connaissez la règle :

    1/ Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire être (ou avec un verbe d'état) s'accorde comme un adjectif, avec le sujet.

    Elle est venue, elle semble contente.

    Cela nous est arrivé (et non Cela nous est arrivés).

    2/ Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde, en genre et en nombre, non pas avec le sujet mais avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe.

    Les lettres qu'il a reçues (il a reçu quoi ? les lettres, COD placé avant le pp → accord) mais Il a reçu les lettres que je lui ai envoyées.

    Quels services il m'a rendus ! (il m'a rendu quoi ? des services, COD placé avant le pp) mais Il m'a rendu de grands services.

    La mort nous a séparés (la mort a séparé qui ? nous, COD placé avant le pp) mais La mort a séparé les amoureux.

    Remarque : Pour l'accord du pp des verbes pronominaux, voir le rappel de la règle.

     

    Il résulte de cette règle :

    1) que la justesse de l'accord du pp dépend de la bonne identification de son complément d'objet direct (ainsi nommé parce qu'il est construit directement, c'est-à-dire sans préposition). On se rappellera que le COD s'identifie en posant la question qui ? ou quoi ? au verbe analysé, alors que le COI répond à la question de qui / de quoi ? à qui / à quoi ? pour qui / pour quoi ? en qui / en quoi ? etc.

    Les enfants que les jeunes filles ont accompagnés à l'école (auxiliaire avoir → recherche du COD → les jeunes filles ont accompagné qui ? les enfants, COD placé avant le pp → accord avec le COD les enfants).

    NB : Attention, un verbe ne possède pas forcément de COD... ni parfois même de COI (on dit alors qu'il est intransitif, voir ci-dessous).

    2) que les participes passés des verbes intransitifs et transitifs indirects ainsi que des verbes impersonnels ou employés de façon impersonnelle, lorsqu'ils sont construits avec l'auxiliaire avoir, sont invariables (puisque n'admettant pas de COD). Ils restent donc toujours au masculin singulier.

    La pluie qu'il y a eu (= il y a eu de la pluie, forme impersonnelle).

    Des résultats, à supposer qu'il y en ait eu (forme impersonnelle).

    Ces livres nous ont plu (plaire est un verbe transitif indirect : ces livres ont plu à qui ? à nous, COI → pas d'accord).

    Ces dames sont pressées. L'envie leur a pris de partir (prendre, au sens de « se manifester », est un verbe intransitif).

    Rappel : Un verbe est intransitif s'il n'admet pas de complément d'objet (direct ou indirect), comme dîner, dormir... Un verbe est transitif indirect s'il n'admet qu'un complément d'objet indirect (= précédé d'une préposition) comme obéir à, user de...

     

    Cela étant dit, il existe plusieurs cas particuliers qu'il est bon de connaître.

    • Participe passé placé en tête de phrase

    L'Académie précise que le pp s’accorde avec le nom qu’il complète, à condition qu'il qualifie bien celui-ci.

    Finies, les vacances ! (= les vacances sont finies → accord) mais Fini, les poux à l'école (ellipse de C'est fini, les poux → invariable).

    En revanche, les participes approuvé, attendu, certifié, communiqué, entendu, fourni, lu, mis à part, ôté, ouï, passé, quitté, reçu, supposé, vu, ainsi que non compris, y compris, étant donné, excepté que, ci-joint, etc., placés immédiatement avant le nom (et a fortiori en tête de phrase) sont invariables (voir l'article accord des locutions prépositives).

     

    • Participe passé suivi d'un infinitif

    L'accord ne se fait avec le COD que si : 1/ le COD est placé avant le pp ; 2/ le COD fait l'action exprimée par l'infinitif.

    La chorale que j'ai entendue chanter : j'ai entendu quoi ? la chorale (chanter), COD placé avant le pp, qui fait l'action de chanter : les 2 conditions sont remplies → accord.

    La chanson que j'ai entendu chanter : j'ai entendu quoi ? chanter (la chanson), COD placé après le pp ; la chanson ne fait pas l'action de chanter → pas d'accord.

    Les arbres que j'ai vu planter (j'ai vu quoi ? planter les arbres) mais Les arbres que j'ai vus fleurir (j'ai vu quoi ? les arbres fleurir).

    Les cadeaux qu'il a pensé acheter (il a pensé quoi ? acheter les cadeaux), COD placé après le pp) mais Les cadeaux qu'il a achetés (il a acheté quoi ? les cadeaux, COD placé avant le pp).

    Remarque 1 : L'Académie fait remarquer que l'application de cette règle est particulièrement malaisée avec les verbes faire et laisser, notamment dans les formes pronominales, et en fait donc deux exceptions : « L'accord restant incertain dans l'usage, on pourra généraliser l'invariabilité du participe passé de laisser [et de faire] dans le cas où il est suivi d'un infinitif ». L'accord de laissé selon la règle traditionnelle (entre parenthèses dans les exemples ci-dessous) ne saurait pour autant être considéré comme fautif.

    Elle s'est laissé(e) mourir comme Elle s'est laissé séduire.

    Je les ai laissé(s) faire.

    Elle s'est fait maigrir comme Elle s'est fait surprendre.

    Les bouteilles qu'ils ont fait tomber. Votre maison, vous l'avez fait construire ?

    Remarque 2 : Les participes des verbes d'énonciation et d'opinion (affirmé, cru, daigné, demandé, désiré, dit, dû, espéré, fallu, osé, pensé, permis, prétendu, promis, prévu, pu, semblé, songé, su, voulu...) restent invariables dès lors qu'ils sont suivis d'un infinitif, exprimé ou sous-entendu.

    Il a fait tous les efforts qu'il a pu (faire). Il m'a donné tous les renseignements que j'ai voulu (obtenir).

    Il ne s'agit là, en fait, que d'une résultante de la règle générale, puisque le complément (par exemple, les efforts) est COD de l'infinitif sous-entendu (faire) et non pas du pp pu (ou, présenté différemment, il a pu quoi ? faire des efforts, COD placé après le pp → pas d'accord).

    C'est le même principe qui impose d'écrire : La route que j'ai cru être la plus courte. En effet, il y a ici invariabilité parce que l'on est contraint de considérer que l'objet direct est la proposition infinitive : j'ai cru quoi ? que cette route était la plus courte.

    Remarque 3 : Lorsqu'une préposition (à ou de) est intercalée entre le pp et l'infinitif, l'accord se fait selon la règle générale, rappelée en début d'article.

    Les villes qu'ils ont eu à visiter (ils ont eu quoi ? à visiter les villes, les villes est COD de visiter, pas de ont eu → pas d'accord) mais Les chemises que j'ai données à repasser (j'ai donné quoi ? les chemises, COD placé avant le pp → accord).

    • Participe passé suivi d'un attribut du complément d'objet direct

    La règle rappelée en début d'article s'applique : le pp s’accorde avec le COD lorsque celui-ci précède le pp − même si Grevisse note que, dans la pratique, l'invariabilité est également observée (notamment avec les participes cru, su, dit, trouvé, voulu et leurs synonymes exprimant une opinion). Encore convient-il de déterminer correctement ledit COD.

    Des femmes qu'il avait crues intègres, qu'il avait trouvées charmantes (intègres et charmantes sont ici analysés comme attributs du COD femmes) mais l'absence d'accord est également admise : Des femmes qu'il avait cru intègres, qu'il avait trouvé charmantes (dans ce cas, l'analyse est la suivante : il avait cru quoi ? que les femmes étaient intègres, qu'elles étaient charmantes → c'est toute la proposition qui est COD, d'où l'invariabilité du participe passé).

    Une maison qu'on aurait dit(e) ancienne (de même, deux analyses sont possibles, en raison du flottement de l'usage : on aurait dit quoi ? que la maison est ancienne → invariabilité ; on aurait dit la maison ancienne → accord avec le COD maison).

    La route que j'ai cru(e) la plus courte, mais la route que j'ai cru être la plus courte (voir remarque 2 ci-dessus).

    Une information qu'il n'a pas jugé(e) utile mais Une information qu'il n'a pas jugé utile de révéler (information est ici COD de révéler, pas de juger).

    Cette femme, nous l'avons choisie comme présidente. Ils l'ont laissée pour morte (dans ces exemples, l'accord est de rigueur, puisque le COD ne peut être que le nom ou le pronom seul).

    Remarque : Selon certains réformateurs, la différence entre formes accordées et formes invariées serait même porteuse de sens. Comparez : Une chienne que le vétérinaire m'a rendu malade (il l'a fait devenir malade) et Une chienne que le vétérinaire m'a rendue malade (il me l'a rendue et elle était malade). Force est de constater que cette subtilité n'est pas (encore ?) entrée dans l'usage et que l'invariabilité autrefois préconisée par Vaugelas (« Les habitans nous ont rendu maistres de la ville. Le commerce l'a rendu puissante ») a depuis longtemps cédé le pas à l'accord : « Il l'avait rendue fort malheureuse » (Flaubert), « Cet accident l'a rendue sourde. Le succès l'a rendue présomptueuse » (Dictionnaire de l'Académie).

    • Participe passé précédé de le (l') ou de en

    Le pp dont l’objet direct est le pronom personnel élidé l’ ne varie pas quand l’ équivaut à cela, qui est masculin singulier.

    Ces épreuves sont plus difficiles que je l'avais cru (= que j'avais cru cela) mais Cette épreuve, je l'ai trouvée difficile.

    Là encore, il ne s'agit que d'une résultante de la règle générale, puisque le COD est le pronom sous-entendu cela, placé après le pp, et non ces épreuves (qu'ai-je cru ? cela, pas les épreuves).

    En revanche, il est généralement admis que le pp dont l’objet direct est en ne varie pas (Thomas, Grevisse, Hanse, Académie) : d'ordinaire, en est bien curieusement considéré comme un partitif neutre équivalant à « une partie de cela, de lui, d'eux... », non plus comme un pronom personnel reprenant le genre et le nombre du nom représenté. De même, l'invariabilité est le plus souvent de mise quand en est complément d'un adverbe de quantité (même s'il n'y a pas unanimité des grammairiens sur ce point comme sur le précédent).

    Ces gâteaux, j'en ai mangé beaucoup, je les ai même tous mangés. Ces gâteaux, combien en avez-vous mangé ? (ceux qui considèrent que l'adverbe de quantité combien, placé avant en, commande l'accord écriront : combien en avez-vous mangés ?).

    J'en ai connu, des imbéciles ! mais Je n'apprécie guère la description qu'il en a faite (ici, en est COI ; l'accord se fait avec description, COD placé avant le pp).

    • Complément circonstanciel

    Certains verbes toujours intransitifs (dormir, durer, marcher, régner, etc.) peuvent avoir un complément circonstanciel (de durée, de mesure, de poids ou de prix, identifié en posant les questions où, quand, comment, combien, etc. ?) que l'on ne confondra pas avec un complément d'objet direct.

    Les deux heures qu'a duré sa sieste (deux heures est ici complément circonstanciel de durée et non COD : sa sieste a duré pendant deux heures → pas d'accord).

    Sur le même principe, le pp des verbes tels que courir, coûter, mesurer, peser, souffrir, valoir, vivre est invariable quand il est employé au sens propre (verbes intransitifs) et variable quand il est employé au sens figuré (verbes alors transitifs).

    Les kilomètres que nous avons couru (kilomètres est complément circonstanciel, car il s'agit d'une distance : nous avons couru sur combien de kilomètres ? et non nous avons couru quoi ?) mais Les dangers que nous avons courus (nous avons couru quoi ? que mis pour des dangers, COD placé avant le pp). En d'autres termes, on peut courir des dangers mais on ne court pas des kilomètres (ni des heures).

    Peux-tu me rembourser les dix euros que m'a coûté ce livre ? (dix euros est complément circonstanciel de prix) mais Imagines-tu les efforts que ce travail m'a coûtés ? (efforts, COD placé avant le pp).

    Il pense aux années qu'il a vécu (= pendant lesquelles il a vécu) mais Il pense à la romance qu'il a vécue.

    Quant au verbe payer, il peut avoir un complément d'objet et un complément circonstanciel de prix.

    Les cent euros que j'ai payé ces chaussures (j'ai payé combien ?) mais Ces chaussures, je les ai payées cent euros (j'ai payé quoi ?) et La dette que j'ai payée (j'ai payé quoi ?).

    On notera toutefois que les verbes dépenser, gagner, parier, perdre, rapporter ainsi que passer restent transitifs.

    Les cent euros qu'il a dépensés. Les années qu'il a passées au Canada.

    • Expressions figées

    Dans les expressions figées, le pp reste désormais invariable. Il en est ainsi de la formule Elle l'a échappé belle (= échapper de justesse à un danger), où le COD l' fait pourtant référence à la balle du jeu de paume qui, bien que belle (c'est-à-dire facile à renvoyer), en vient à être manquée (« échappée »).

    Séparateur de texte


    Subtilités

    La course que j'ai terminée en premier (j'ai terminé en premier quoi ? que, mis pour la course, COD placé avant le pp) mais L'équipe qui a gagné la course est celle qui a terminé en premier (dans la première proposition relative, le COD est placé après le pp ; dans la seconde, il n'y a pas de COD : qui (l'équipe) a terminé en premier).

    Les choses que j'ai entendues mais Les choses que j'ai entendu dire.

    Des pressions qu'il a prétendues insupportables mais Des pressions qu'il a prétendu subir.

    Que de difficultés avons-nous rencontrées avant de parvenir au résultat !

    La voiture que j'ai fini par acheter
    (voiture est COD d'acheter, pas du participe passé fini, qui reste donc invariable).

    Remarque 1 : La règle d'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir est souvent attribuée à Clément Marot (1496-1544), poète à la cour de François Ier, qui l'aurait proposée en imitation de la grammaire italienne par ces vers restés fameux : « Enfants, oyez une leçon / Notre langue a cette façon / Que le terme qui va devant / Volontiers régit le suivant... » La règle de Marot n'aurait connu à son époque qu'un succès relatif, comme en témoigne ce non moins célèbre poème d'un Ronsard qui écrivait encore en 1552 : « Mignonne, allons voir si la rose / Qui ce matin avait déclose / Sa robe de pourpre au soleil… ». C'est que, selon un ancien usage remontant au Moyen Âge, le participe passé s'accordait toujours avec le COD, quelle que soit sa place dans la phrase. Ce n'est que trois siècles de flottement plus tard que l'école républicaine finira par imposer la nouvelle règle à des élèves bien embarrassés.

    Remarque 2 : Voir également l'accord du participe passé avec gens et avec un des.

    Remarque 3 : On s'étonne de ne pas voir mentionnée dans le Petit Larousse illustré (édition 2005, en ce qui me concerne) l'acception intransitive du verbe mesurer (« avoir pour mesure »). Cet oubli laisse accroire que, dans une phrase comme « Les cinq kilomètres de long qu'a autrefois mesuré ce glacier ont fondu comme neige au soleil », l'accord du participe passé est de rigueur, alors qu'il n'en est rien !

    Accord du participe passé

    Passé ou non, l'essentiel est de participer (pour paraphraser Pierre de Coubertin)
    (photo wikipedia)

     

    « Adjectif ou participe présent ?Gril / Grill »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    BarbaraC
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 17:00

    Merci, suis prof de français et avais besoin d'une confirmation concernant pp + attribut COD. 

    2
    Lomock
    Jeudi 17 Avril 2014 à 18:10

    J'ai un doute concernant cette phrase :

    Cela nous a conduit(s) ? à contacter l'association.

    Faut-il accorder ?

    Merci

      • lounis samir
        Lundi 16 Novembre 2015 à 06:55

         quelle est la difference entre j'avais bien pu vouloir    et j'avais voulu     

    3
    Jeudi 17 Avril 2014 à 20:09

    Cela a conduit qui ? nous, complément d'objet direct placé avant le participe passé, d'où accord. Cela nous a conduits à contacter l'association (si nous renvoie bien à plusieurs personnes).

      • François
        Mardi 24 Mai 2016 à 11:31

        Oui mais on peut aussi dire: "Cela a conduit quoi?" à contacter l'association, d'où pas d'accord. Qu'est-ce qui est juste?

    4
    Aline
    Vendredi 16 Mai 2014 à 09:50

    Bonjour, dans la phrase: "les questions que cela m'a évoqué", j'ai l'intime conviction que le participe passé ne doit pas être accordé mais je ne trouve pas de règle qui s'y rapporte, quelqu'un peut-il m'éclairer?


    Merci d'avance :)

    5
    Vendredi 16 Mai 2014 à 11:55

    La règle se trouve dans l'encadré figurant en début d'article : "Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde, en genre et en nombre, non pas avec le sujet mais avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe."

    Cela a évoqué quoi ? les questions, COD placé avant le participe passé évoqué ; à qui ? à m' mis pour moi, COI. L'accord avec les questions est donc de rigueur : Les questions que cela m'a évoquées.

    On écrira toutefois plus correctement : Les questions que cela a posées, que cela a soulevées en moi.

    6
    Aline
    Vendredi 16 Mai 2014 à 12:27

    Merci beaucoup pour votre réponse si rapide :)

    7
    lili
    Jeudi 17 Juillet 2014 à 16:07
    Bonjour. Dans la phrase "Créée en 2000, l'Association..." l'accord est-il bon ou bien doit-on écrire "Créé en 2000, ..." cela me semble abdurde mais quelqu'un m'a mis le doute en prenant pour exemple "ci-joint" placé en début de phrase. Qu'en est-il selon vous? Merci.
    8
    Jeudi 17 Juillet 2014 à 16:44

    Ci-joint fait partie des participes passés employés comme préposition en tête de phrase, pas créé (qui s'accorde donc) ! Voir à ce sujet ce billet.

    9
    Carla
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 19:20

    Bonjour,


    J'ai un doute concernant cette phrase :


    "Elles se sont aidées et se sont chuchoté la réponse. "


    Je crois que le 1er s'accorde parce que "se" est le COD qui précède et le 2ème non parce que le COD est placé derrière. Est-ce correct?


    autre question: est-ce que "se téléphoner" fait partie des verbes pron. où le pronom réfléchi est COI et qui ne s'accordent jamais?


    Merci


     

    10
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 19:28

    Votre analyse est la bonne dans les deux cas : Elles se sont aidées et se sont chuchoté la réponse. Elles se sont téléphoné.
    Mais on écrira : Les résultats qu'elles se sont téléphonés.

    11
    Carla
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:15
    Merci beaucoup Marc :-)
    Et pour des phrases comme: "elle s'est souvenue du code" et "Ta copine s'est fiée à tes promesses" le COI est derrière..., y a-t-il accord là? Merci
    Bien à vous
    12
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 22:09

    Peu importe la position du COI. Se souvenir et se fier sont des verbes essentiellement pronominaux, donc accord (cf. ce billet).

    13
    sandra
    Lundi 15 Septembre 2014 à 15:48

    Bonjour,


    Nous nous posons la question de l'accord du participe passé dans une question commençant par "combien" :


    Combien de séjours avez-vous enregistrés ? comme le COD est avant le pp, logiquement, cela doit s'accorder. Est-ce exact ?


    Merci

    14
    Lundi 15 Septembre 2014 à 17:36

    C'est exact ! En revanche, les deux graphies sont possibles dans la phrase : "Des séjours, combien en avez-vous enregistré(s) ?" (voir ci-dessus Participe passé précédé de le ou de en).

    15
    Roméo
    Dimanche 21 Septembre 2014 à 21:24

    Bonsoir,


    A propos du pp suivi d'un infinitif, remarque 3 : il y a une erreur, car ce ne sont pas les chemises qui font l'action de repasser !


    D'une façon plus générale, tu n'expliques pas pourquoi, quand il y a deux c.o.d. (un syntagme nominal avant le pp et un infinitif après), on retient celui qui précède le pp pour savoir si l'on doit faire ou non l'accord.


    Ex. : La chorale que j'ai entendue chanter. J'ai entendu quoi ? Chanter ! On ne retient pas "chanter" comme c.o.d. car il est placé après le pp, et l'on cherche alors s'il y a un c.o.d. placé avant le pp, en reposant la question : J'ai entendu quoi ? La chorale. 


    Bref, tu raisonnes en répondant tout de suite que le c.o.d. est celui qui est placé devant le pp !


    N.B. : un infinitif ou une proposition infinitive peut être c.o.d.


    J'espère que tu donneras une suite à ce commentaire...


     


    Cordialement.


    Roméo

    16
    Lundi 22 Septembre 2014 à 10:43

    Il ne vous aura pas échappé que, dans l'exemple Les chemises que j'ai données à repasser, l'infinitif est séparé du participe par la préposition à. Comme indiqué en remarque 3, la règle qui s'applique dans ce cas est la règle générale : J'ai donné quoi ? les chemises (à repasser), COD placé avant le participe. L'accord est donc de rigueur.

    Pour le reste, il convient de s'assurer que le complément d'objet identifié est bien celui du participe passé (et non celui de l'infinitif). Mais je n'ai jamais écrit qu'il y a deux COD dans les exemples que vous reprenez.

    17
    Roméo
    Lundi 22 Septembre 2014 à 22:30

    Dans votre exemple Les chemises que j'ai données à repasser, l'accord est loin d'être "de rigueur", contrairement à ce que vous écrivez.

    En effet, Joseph Hanse et Jean Girodet donnent des exemples où, dans le cas de "donner à" suivi d'un infinitif, le pp reste ou peut rester invariable. Ex. Les rapports qu'on m'a donné à établir. Les livres qu'on nous a donné(s) à lire. (J. Hanse.) Les plantes qu'on m'a donné à décrire (J. Girodet.) Et le Bon usage indique : " Eu, donné et laissé , suivis d’un infinitif introduit par à, sont tantôt laissés invariables, tantôt accordés avec le pronom objet direct qui précède (quoique l’on puisse, comme dans la règle énoncée plus haut, le rapporter à l’infinitif)." [mis en gras par moi.]

    Dès lors, même si les deux premiers grammairiens citent également des exemples où l'accord est fait, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'accord n'est pas "de rigueur" au motif que le "COD [est] placé avant le participe".

     

    18
    Mardi 23 Septembre 2014 à 12:07

    Reprenons : lorsqu'une préposition est intercalée entre le participe et l'infinitif, l'accord se fait si le complément d'objet direct, placé avant, se rapporte logiquement au participe. Ainsi, Thomas écrit : « Les couteaux que j'ai portés à repasser (j'ai porté les couteaux à repasser). Ces habits, je les ai donnés à retoucher (j'ai donné ces habits à retoucher). » De même : « Les vêtements que nous avons donnés à nettoyer » (Bescherelle).

    Si le complément se rapporte à l'infinitif, le participe reste invariable : Les personnes que j'ai appris à aimer (le sens est j'ai appris à aimer ces personnes et non pas j'ai appris ces personnes à aimer !).

    Thomas conclut en reconnaissant que « parfois, la distinction est difficile, et il semble indifférent de faire ou non l'accord : La fable qu'il a eue à réciter (il a eu la fable à réciter) ou La fable qu'il a eu à réciter (il a eu à réciter la fable, au sens de "devoir, être tenu de") ».

    Pour en revenir à l'exemple des chemises, le doute ne me semble pas permis, puisque donner à (suivi d'un infinitif) est ici pris au sens de « donner pour que ». Mais, en dehors de tout contexte, vous avez raison : il est possible d'exprimer une intention différente, en écrivant Les chemises qu'il a donné à repasser (au sens de il a donné la consigne, il a ordonné de repasser les chemises). Reconnaissez toutefois que Grevisse, que vous citez, admet lui-même qu'« avec donner à, le participe varie ordinairement » – l'invariabilité étant plutôt réservée aux tours comme donner à apprendre, donner à étudier, où le sens est clairement celui du devoir, de l'obligation.

    Quant aux exemples de Hanse, rien à redire : Les rapports qu'on m'a donné à établir (on imagine bien qu'on ne m'a pas donné des rapports pour que je les établisse !). Les livres qu'on nous a donné(s) à lire (cas où peut s'exprimer la subtile nuance entre donner des livres pour qu'on les lise et donner la consigne de les lire). Seul l'exemple de Girodet me paraît discutable : ne peut-on imaginer que l'on me donne des plantes pour que je les décrive ?

    19
    Roméo
    Mardi 23 Septembre 2014 à 19:21

    Merci pour votre prompte réponse.


    Ce cas illustre bien le caractère "épineux", "voire agaçant" de la question de l'accord du pp suivi d'un infinitif !


    Je souhaiterais obtenir votre avis sur le point suivant : selon J. Girodet (Dictionnaire Bordas des pièges..., 1988, p. 856), dans la phrase "J'ai entendu chanter", il n'y a pas de c.o.d. Je pensais pourtant qu'un infinitif (je n'évoque pas le cas de la proposition infinitive) pouvait constituer un tel complément.


    Tous les ouvrages et sites consultés (une douzaine) ne m'ont pas permis de résoudre véritablement cette question.)


    Qu'en pensez-vous ?


    Merci d'avance.


     

    20
    Mercredi 24 Septembre 2014 à 10:17

    Un infinitif peut être COD : Ce chien aime courir. Je vous demande de partir.

    Dans votre exemple, le sujet de l'infinitif est sous-entendu : J'ai entendu (quelqu'un) chanter. Je ne suis pas grammairien, mais, selon moi, c'est la proposition infinitive "quelqu'un chanter" qui est complément d'objet direct.

    Grevisse ajoute dans le Bon usage (R2, 902) : "Certains grammairiens considèrent qu'on peut avoir une proposition infinitive après envoyer, mener, etc. : J'ai envoyé mon fils s'informer. Mais, comme le montre la variante J'ai envoyé mon fils pour s'informer, le syntagme nominal seul est objet direct d'envoyer, tandis que l'infinitif est un complément de but."

    21
    Roméo
    Mercredi 24 Septembre 2014 à 12:34

    Merci bien.

    22
    Mila
    Mardi 7 Octobre 2014 à 14:48

    J'ai un doute la dessus : La rédaction du cahier des charges a découlé de cette analyse.


    Un avis ?


     

      • adam018
        Jeudi 28 Janvier 2016 à 05:14

        bonjours, corrige moi si je me trompe, on doit pose la question ( a découlé de qui ? ) de cette analyse donc participe passe place après le verbe avoir ne s'accorde pas en genre et en nombre

    23
    Mardi 7 Octobre 2014 à 17:25

    Rien à redire.

    24
    safrano
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 22:23

    Bonjour,

    la phrase " les statistiques que tu m'as transmises " est-elle correcte, le cod étant bien les statistiques ?

    Merci

     

    25
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 23:32

    Oui, le participe passé est correctement accordé.

    26
    Vendredi 10 Octobre 2014 à 18:19

    Dans la phrase : "Je vous remercie de l'attention que vous aurez portée à ces lignes" l'accord me semble correct (portée) et pourtant cela m'arrache les yeux !!

    Qu'en pensez-vous?

    Merci 

     

    27
    Vendredi 10 Octobre 2014 à 19:05

    "Je vous remercie de l'attention que vous aurez portée à ces lignes", cela vaut pourtant le coup d'œil ! Rien à redire.

    28
    Stéphanie
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 19:24

    Ai-je voulu découvrir les motifs l'ayant conduite au suicide? 


    Quand le COD est «l'» mis pour un mot féminin singulier sous-entendu dans le texte, j'aurais tendance à faire l'accord. Est-ce que je me trompe?


      

    29
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 19:55

    Les motifs ayant conduit qui au suicide ? l' mis pour elle, complément d'objet direct placé avant le participe passé. L'accord est donc de rigueur.

      • Jeudi 5 Mai 2016 à 06:47

        Si l'article (l' ou les) réfère à un nom placé après, faut-il faire l'accord en genre. Exemple: Même si je les ai souvent entendus, les paroles de cette chanson ne me reviennent pas (entendus - accord avec "les" ou entendues - accord avec paroles)

        Merci

    30
    ricochet
    Mardi 17 Février 2015 à 22:02

    Bonsoir,

    "J'ai laissé cette année filer comme du sable entre les doigts, elle m'a échappé des mains" : échappé sans accord, partagez-vous mon avis ? 

    Merci d'avance

    31
    Mardi 17 Février 2015 à 23:08

    L'Académie est du même avis : L'épée lui a échappé des mains (neuvième édition de son Dictionnaire, à l'entrée "échapper").

    32
    M. BA
    Mercredi 18 Février 2015 à 10:27

    Bonjour,

    En parcourant le site de Radio France Internationale www.rfi.fr ce matin, un titre a attiré mon attention: "Attentats de Paris: les Kouachi et Amedy Coulibaly se sont coordonnés"... Le verbe transitif "coordonner" existerait-il aussi sous la forme pronominale?

    33
    Mercredi 18 Février 2015 à 12:10

    Se coordonner se trouve chez Chateaubriand ("Je sais comment se coordonne l'univers") et chez Littré ("Ces matières se coordonnent bien").

    34
    M. BA
    Mercredi 18 Février 2015 à 15:07

    Merci. Et pourtant, pas une seule trace de "se coordonner" dans Le Robert et Larousse, enfin dans les éditions que j'ai consultées...

    35
    Mercredi 18 Février 2015 à 16:34

    En effet. La forme pronominale est également absente du Dictionnaire de l'Académie.

    36
    @rno
    Mercredi 25 Février 2015 à 10:10

    comment écrire la phrase suivante ;Ma passion pour l'eau , c'est lui qui me l'a transmis (ou transmise !)

    37
    Mercredi 25 Février 2015 à 10:16

    Il m'a transmis quoi ? ma passion pour l'eau, complément d'objet direct placé avant le participe passé transmis > l'accord est de rigueur (selon la règle citée en préambule, §2) : Ma passion pour l'eau, c'est lui qui me l'a transmise.

    38
    H.wafa
    Lundi 2 Mars 2015 à 21:26

    bonjour, monsieur  je voudrais bien que vous me disiez laquelle des deux phrases est juste en m'expliquant pourquoi :

    -maman m'a promis de m’acheter une voiture 

    -maman m'a promise de m'acheter une voiture

    merci de bien vouloir me rependre 

     

    39
    Lundi 2 Mars 2015 à 23:49

    Reprenez la règle mentionnée en début d'article : "Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde, en genre et en nombre, non pas avec le sujet mais avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe."

    Pour savoir s'il existe un COD, il faut se poser la question : Maman a promis quoi ? de m'acheter une voiture, complément d'objet direct... placé après le participe passé promis. Il n'y a donc pas d'accord (quel que soit le sujet : maman, papa, mes sœurs ou qui que ce soit).

    40
    BMM
    Mardi 10 Mars 2015 à 14:52

    Bonjour,


     


    Cette phase devrait être comparable à celle qu’a connue le monde occidental après-guerre


      


    ou


     


    Cette phase devrait être comparable à celle qu’a connu le monde occidental après-guerre


     


    Je pencherais pour la deuxième version


    Merci d'avance de vos explications.


     

    41
    Mardi 10 Mars 2015 à 18:58

    Ce qui serait intéressant, c'est d'expliquer pourquoi vous pencheriez pour la seconde version.

    Cherchons le COD : le monde occidental a connu quoi ? qu' mis pour celle (de phase), complément d'objet direct placé avant le participe passé. L'accord est donc de rigueur : Cette phase devrait être comparable à celle qu’a connue le monde occidental après-guerre.

    42
    Kate33
    Dimanche 15 Mars 2015 à 10:56

    Bonjour,

    J'ai un doute avec la phrase suivante :

    Quelles traces ont-ils découvertes ?

    Ils ont découvert quoi ? des traces => le COD est placé avant le participe passé donc accord mais cela sonne faux à l'oreille.

    Est-ce parce qu'il s'agit d'une exception ou parce que personne ne fait l'accord à l'oral et que de fait nous ne sommes pas habitués.

    Merci d'avance pour votre réponse.

    43
    Dimanche 15 Mars 2015 à 13:37

    En effet, on écrira correctement : Quelles traces ont-ils découvertes ? Et il ne s'agit aucunement d'une exception. Pour preuve, ces exemples trouvés dans le Bescherelle : "Les trésors qu'ils ont découverts. La passion qu'il s'est découverte pour la musique."

    44
    Nana25
    Dimanche 22 Mars 2015 à 14:13

    Bonjour tous,
    J'ai un doute sur l'accord de "prendre" 
    1) Il s'est pris une porte, là ok 
    ET toujours en parlant de porte 
    2) Il s'en est prise une - ou il s'en est pris une ???

    Je n'arrive pas à trouver la réponse à ma question ... grrr

    45
    Dimanche 22 Mars 2015 à 14:51

    La réponse à votre question se trouve pourtant dans le billet ci-dessus, au paragraphe "Participe passé précédé de le (l') ou de en".

    46
    puce
    Vendredi 27 Mars 2015 à 18:30

    Je n ai pas trouve la regle des verbes essentiellement ni accidentellement pronominaux sur ce lien.

    47
    Vendredi 27 Mars 2015 à 20:58

    Le lien se trouve dans l'encadré jaune en début de billet.

    48
    bulle
    Lundi 6 Avril 2015 à 21:54

    j'ai un doute dans la phrase suivante


    je fais suite à ma demande de congé pour le 15/07 qui m'a été accordé.


    je fais suite à ma demande de congé pour le 15/07 qui m'a été accordée.


    merci.

    49
    Mardi 7 Avril 2015 à 08:11

    Tout dépend de l'antécédent : étant donné que l'on accorde un congé et non une demande, votre seconde proposition ne semble pas fondée. Aussi bien, je préfère : la demande de congé qui a été acceptée (voire qui a été validée).

    50
    Dam06
    Jeudi 16 Avril 2015 à 12:57

    Bonjour,

    Pourriez-vous me donner votre avis sur le pp "confié" dans la phrase suivante:

    "Ces personnes seront placées sous la responsabilité de M. X à qui a été confié la mission d'organiser le service."

    Merci.

    51
    Jeudi 16 Avril 2015 à 18:09

    Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire être (ou avec un verbe d'état) s'accorde comme un adjectif, avec le sujet.
    La mission (d'organiser le service) a été confiée à M. X, donc Ces personnes seront placées sous la responsabilité de M. X à qui a été confiée la mission d'organiser le service.

    52
    Nouna
    Vendredi 24 Avril 2015 à 18:30
    Bonsoir svp j'aimerais savoir esqu'on dit : l'épreuve que j'ai vécu m'a permise ou bien m'a permis ?!
    53
    Vendredi 24 Avril 2015 à 19:11

    On écrit : L'épreuve que j'ai vécue m'a permis de grandir.
    (j'ai vécu quoi ? l'épreuve, COD placé avant le participe > accord
    l'épreuve m'a permis de grandir > pas de COD > pas d'accord.)

    54
    yano
    Mercredi 6 Mai 2015 à 03:17

    "Les dix sacs que j'ai porté(s) étaient lourdes" COD ou CC??? J'ai porté QUOI ou j'ai porté COMBIEN? Si c'est un COD on rajoute un S. Si c'est CC le PP est invariable. Je suis partagé. Merci de m'éclairer.

    55
    Mercredi 6 Mai 2015 à 15:53

    Dans la phrase Les dix sacs que j'ai portés, les dix sacs ne correspondent ni à une mesure, ni à un poids, ni à un prix, ni à une durée. Il s'agit bien d'un complément d'objet direct. D'où Les dix sacs que j'ai portés étaient lourds.

    56
    Cathy
    Mercredi 27 Mai 2015 à 10:13

    Bonjour, nous avons eu un débat familial ce weekend sur cette phrase: Ces oeuvres, je les ai vues exposées à Paris. En lisant votre article (en particulier le point Participe passé suivi d'un attribut du complément d'objet direct), j'en conclus que je peux également écrire: Ces oeuvres, je les ai vu exposées à Paris. Merci d'avance pour votre avis. Excellente journée à vous et merci pour votre article très éclairant!

    57
    Mercredi 27 Mai 2015 à 13:08

    Le participe passé accompagné d'un attribut d'objet direct s'accorde ordinairement avec cet objet si celui-ci précède le participe : Ces œuvres, je les ai vues exposées à Paris.
    Si hésitation il peut y avoir, c'est surtout avec les participes cru, su, dit, voulu (et leurs synonymes), pour lesquels le complément est en réalité une proposition et qui devraient donc rester invariables.
    Mais une autre analyse est possible : Ces œuvres, je les ai vu exposer à Paris (comprenez : j'ai vu quelqu'un exposer ces œuvres à Paris).

    58
    nath
    Jeudi 28 Mai 2015 à 11:02

    Bonjour, je corrige un TFE, et je ne trouve pas avec certitude la justification de ceci:

     

    l'auteure (une jeune fille donc) du TFE a écrit: "Je me suis découverte une passion fulgurante (...)"

     

    pour moi il faut écrire "Je me suis découvert une passion fulgurante (...)"; est-ce exact? et comment le justifier? MERCI! (verbe occasionnellement pronominal à sens réfléchi comme "se servir?")

     

     

    59
    Jeudi 28 Mai 2015 à 13:37

    Je vous invite à lire ce billet.

    60
    claire 35
    Vendredi 5 Juin 2015 à 12:58
    J'ai comme un gros doute. Ils s'en sont inspiré ou ils s'en sont inspirés
    61
    Vendredi 5 Juin 2015 à 15:30

    Le doute se dissipe en décomposant la phrase :
    Ils s'en sont inspirés = Ils se sont inspirés de cela = Ils ont inspiré qui ? se mis pour eux (complément d'objet direct placé avant le participe), de quoi ? de cela (complément d'objet second). L'accord est donc de rigueur.

    62
    Amanda
    Lundi 8 Juin 2015 à 10:15
    Amanda

    orthographe: "des yeux que l'envie de vivre semblait avoir quittés" ou "quitté"?

    63
    Lundi 8 Juin 2015 à 17:39

    L'envie de vivre semblait avoir quitté quoi ? des yeux, complément d'objet direct placé avant le participe. L'accord est donc de rigueur : Des yeux que l'envie de vivre semblait avoir quittés.

    64
    marie
    Mercredi 17 Juin 2015 à 21:08

    Peut-on écrire : "Les lenteurs de leur service nous ont CONDUITS à quitter la table à 15 heures"?


    Merci.

    65
    Vendredi 19 Juin 2015 à 19:14

    L'accord se fait au pluriel, sauf si nous représente une seule personne (nous de majesté ou de modestie).

    66
    nath
    Vendredi 19 Juin 2015 à 19:29

    Merci Marc81, un peu de retard dans ma réaction, mais le courriel était parti dans les spams... je ne manquerai pas de revenir voyager dans le site!

     

    67
    esther
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 14:41

    tu l'as bien mérité  é ou ée en parlant d'une fille

    68
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 17:57

    Tu as bien mérité quoi ? l' mis pour cela, complément d'objet "neutre" placé avant le participe. Donc tu l'as bien mérité (quel que soit le genre du sujet). Mais Cette gifle, tu l'as bien méritée.

    69
    Sido229
    Lundi 6 Juillet 2015 à 11:26
    Les bons voeux qu'il vous a plu (ou plus) de m'adresser.
    Merci de me préciser la bonne orthographe.
    70
    Lundi 6 Juillet 2015 à 12:07

    Il a plu (à vous) de m'adresser quoi ? les bons vœux, complément d'objet direct de l'infinitif adresser (et non du participe passé plu). Au demeurant, plaire ne pouvant avoir de COD, le participe plu est toujours invariable : Les bons vœux qu'il vous a plu de m'adresser.

    71
    Lundi 6 Juillet 2015 à 17:34
    Amanda

    C'est un plaisir de lire questions et réponses.
    Il y a toujours quelque chose à apprendre.
    Merci.

    72
    lomock
    Samedi 11 Juillet 2015 à 17:16

    Bonjour, suite à plusieurs recherches il semblerait que l'accord et le non accord puissent être acceptés dans cette phrase, est-ce vraiment le cas ?

    Jamais elle ne se serait cru(e) capable d'un tel geste.

     

    Merci

    73
    Samedi 11 Juillet 2015 à 20:24

    En effet, plusieurs analyses sont possibles :

    1/ elle a cru qui ? elle-même, [être] capable d'un tel geste (se est analysé comme complément d'objet direct, d'où accord),
    2/ elle a cru qu'elle était capable d'un tel geste (se n'a pas de fonction logique, d'où accord),3/ elle a cru quoi ? elle-même capable d'un tel geste (c'est l'ensemble indissociable elle-même + capable qui constitue ici le COD, d'où l'invariabilité).
    Dans les faits, l'accord se rencontre le plus souvent : Elle s'est crue capable d'un tel geste.

    Voir également ce billet (et les commentaires associés).

    74
    jm66
    Lundi 20 Juillet 2015 à 10:18

    Bonjour, j'ai un doute sur l'accord du verbe lorsqu'il suit une énonciation contenant "ou".


    Quelle doit-être la terminaison du verbe "concerner" et comment conjuguer "être" dans la suite de la phrase suivante ? : 


     "... l’organisme ou la personne concernés/concerné (???)  sont/est (???) libre(s) d’exécuter l’opération.


    Quelle règle applique-t-on dans ce cas d'espèce ?


    Merci d'avance pour votre aide.


     


     


     

    75
    Lundi 20 Juillet 2015 à 11:00

    Si les deux sujets unis par ou sont des singuliers, l'accord se fait au pluriel ou au singulier selon que l'idée exprimée par le verbe peut se rapporter ou non aux deux sujets à la fois. Si, dans votre phrase, vous sous-entendez que l'un (l'organisme) comme l'autre (la personne) sont libres d'exécuter l'opération, alors accord au pluriel ; si vous sous-entendez que c'est soit l'un soit l'autre, accord au singulier.
    Comparez : Un homme ou une femme conviennent pour ce poste (l'un comme l'autre conviennent, les deux sont possibles) et Pierre ou Paul est le père de cet enfant (c'est l'un ou c'est l'autre, mais pas les deux à la fois !).
    Même règle pour concerné : si vous considérez que l'adjectif se rapporte aux deux (l'organisme concerné ou la personne concernée), accord au pluriel (l'organisme ou la personne concernés).

    76
    jm66
    Lundi 20 Juillet 2015 à 11:49

    Merci beaucoup ;-)

    77
    Atreides
    Lundi 20 Juillet 2015 à 12:02
    Bonjour. Ai-je raison de croire que dans "délivrer une prestation", "délivrer" est un anglicisme? Merci pour votre site.
    78
    Lundi 20 Juillet 2015 à 15:26

    En français courant, délivrer veut dire « rendre libre à nouveau ». Une autre acception « remettre après certaines formalités » apparaît dès le XIIe siècle (vers 1130), si l'on en croit le Dictionnaire historique de la langue française, lequel précise : « On a évoqué une référence possible aux formalités accompagnant la remise de captifs libérés, mais l'influence formelle et sémantique de livrer pourrait être déterminante. » L'Académie confirme : « Livrer ; mettre, remettre entre les mains de quelqu'un ; distribuer. Délivrer des marchandises. Délivrer de l'argent, des fonds. Délivrer des papiers, des titres. Délivrer un certificat, une attestation. Délivrer une quittance de paiement. Le médecin délivre une ordonnance. » De là à délivrer une prestation...

    79
    Atreides
    Lundi 20 Juillet 2015 à 15:37
    Merci pour votre réponse. Je vous devine dubitatif. Comme je travaille dans une société où l'on travaillle beaucoup en anglais, je suis assailli d'anglicismes. Celui-là me parait en être un, malgré les dénégations de mes collègues. Je garde donc ma conviction. Cordialement.
    80
    Vincent
    Lundi 20 Juillet 2015 à 20:30

    On croit trop souvent que les termes français qui ressemblent à des termes anglais ont été empruntés outre-manche. C'est bien souvent le contraire et celui-ci en est un. Trouvé sur www.etymonline.com :


     


    deliver (v.) 


     


    c. 1200, "save, rescue, set free, liberate," from Old French delivrer "to set free; remove; save, preserve; hand over (goods)," also used of childbirth, from Late Latin deliberare, from de- "away" (see de-) + Latin liberare "to free" (see liberal (adj.)).

    81
    Mardi 21 Juillet 2015 à 00:01

    Il peut toutefois s'agir d'un anglicisme sémantique (emploi d'un mot français dans un sens qu'il n'a pas, sous l'influence de l'anglais), comme délivrer un message.

    82
    jm66
    Mardi 28 Juillet 2015 à 17:00

    Bonjour, j'ai parfois l'impression de ne plus savoir écrire correctement. A la lecture de certaines phrases je doute de l'orthographe exacte. Dans celle-ci : " ... lorsque les nécessités du Service l’impose, les heures supplémentaires s'avèrent incontournables et peuvent de ce fait être récupérées, ...".                                       " imposer" a pour terminaison "e" ou "ent" ? Quelle est la fonction du " l' " ?                                 Cordialement.

     

     

    83
    Mardi 28 Juillet 2015 à 17:21

    Votre phrase s'analyse ainsi : lorsque les nécessités (sujet) imposent l' (complément d'objet direct vraisemblablement mis pour cela).

    84
    jm66
    Mardi 28 Juillet 2015 à 17:25

    Merci. Donc, dans la phrase, avec le "l" c'est-à-dire le cod avant le verbe, impose reste au singulier ?

    85
    Mardi 28 Juillet 2015 à 18:01

    Non : la règle que vous évoquez n'est valable que pour l'accord des participes passés. Là, il s'agit du simple accord d'un verbe avec son sujet.
    Comparez : Les nécessités de la vie sont nombreuses (accord du verbe avec son sujet) et Les nécessités de la vie les ont contraints à accepter cet emploi (accord du participe passé avec son complément d'objet direct antéposé).

    86
    Agota
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 17:51
    Bonjour, j'aurais deux questions à vous poser.
    1) J'ai une soudaine hésitation lorsqu'une proposition vient s'enchâsser dans une subordonnée relative, compliquant la donne. Ainsi, dans la phrase suivante, le pp « connu » doit-il ou non s'accorder ? « Je remercie toutes ces personnes que je suis heureux d'avoir connu(es). »
    2) Le problème du pp à valeur prépositive. Dans la phrase suivante, est-ce le cas (donc pp invariable) ? « Passé(e) cette sinistre époque, nul ne se souvint plus de lui. »
    Infiniment merci de vos lumières.
    Agota
    87
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 18:17

    1) Je suis heureux d'avoir connu qui ? que mis pour toutes ces personnes, complément d'objet direct placé avant le participe passé, donc accord au féminin pluriel : Je remercie toutes ces personnes que je suis heureux d'avoir connues.
    2) Concernant passé en tête de phrase, voir cet article.

    88
    Agota
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 21:32

    Merci de votre diligence à me répondre. C'est limpide, et du coup je me trouve vaguement honteux... Très respectueusement vôtre,

    Agota

    89
    lomock
    Vendredi 14 Août 2015 à 17:44

    Bonjour, je voulais dissiper un doute concernant l'expression "faire sien(ne)". Doit-on faire l'accord dans la phrase suivante :

    "Il veut s'exprimer sur cette discipline qu'il a faite sienne."

    On ne peut pas répondre à la question "Il a fait quoi ?", "Il a fait cette discipline". Mais "il a fait sienne cette discipline".

    Cet argument permet-il d'exclure l'accord ?

    Merci

    90
    Samedi 15 Août 2015 à 20:35

    Je vous ai répondu par le truchement de ce billet.

    91
    Petite mimi 42
    Jeudi 20 Août 2015 à 15:00

    Bonjour,

     

    Comment faites-vous accorder :

    "cette dernière lui a précisé que sa maman était malade....."

    ou "cette dernière lui a précisée que sa maman était malade..."

     

    92
    Jeudi 20 Août 2015 à 15:42

    Cherchez le complément d'objet direct : cette dernière lui a précisé quoi ? que sa maman était malade. Le COD étant placé après le participe passé, il n'y a pas d'accord. Lui est ici complément d'objet indirect (cette dernière a précisé à qui ? à lui), qui ne saurait régir l'accord.

    93
    Laetyfel
    Vendredi 28 Août 2015 à 16:40
    Bonjour,

    "je n'ai pas envie de te croire" est une phrase au passé composé. .. je dois la transformer au pluriel mais je ne trouve pas le verbe.
    Je trouve la réponse pour la transformer bien sûr mais ne comprends pas que l'on ai que l'auxiliaire.

    "Envie" n'est pas le verbe ...?...
    94
    Vendredi 28 Août 2015 à 20:26

    Le tour est ici : avoir envie de. Je n'ai pas envie de, nous n'avons pas envie, ils n'ont pas envie de.

    95
    Sand
    Jeudi 10 Septembre 2015 à 15:35

    Bonjour, j'ai un doute pour le faire part de ma future fille 


    accueillie par des parents heureux


    ou


    accueilliparvdes parents heureux

    96
    Jeudi 10 Septembre 2015 à 20:11

    Accueillie par des parents heureux (sous-entendu : elle est/sera/a été accueillie par des parents heureux).
    Je profite de l'occasion pour vous adresser mes félicitations !

    97
    yindi
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 14:57

    Bonjour, voila deux phrases qui me semblent construites de la même façon, dans l'une on fait l'accord, dans l'autre non, je ne comprends pas pourquoi :

     

    Les moutons craignent le pluie. Je les ai faits rentrer plus tôt.

    Ma voiture est en panne. Je l'ai fait réparer chez le garagiste. (et non" je l'ai faite", pourquoi ?)

    Merci !!

    98
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 15:15

    Prenez le temps de bien lire le paragraphe ci-dessus intitulé Participe passé suivi d'un infinitif : "L'accord ne se fait avec le COD que si : 1/ le COD est placé avant le pp ; 2/ le COD fait l'action exprimée par l'infinitif."
    Dans votre premier exemple, le COD est les (mis pour les moutons), placé avant le participe. Le COD fait-il l'action exprimée par l'infinitif rentrer ? Oui, ce sont bien les moutons qui rentrent. D'où l'accord.
    Dans votre second exemple, le COD est l', mis pour ma voiture. Mais ce n'est évidemment pas la voiture qui répare ! Donc pas d'accord.
    Toutefois, il est possible de laisser le participe fait invariable chaque fois qu'il est suivi d'un infinitif.

    99
    yindi
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 16:56

    Merci pour votre réponse, j'ai compris !

    Par contre, j'hésite encore sur cette phrase, même en relisant les paragraphes d'explication :

    "Suite aux nombreux retours positifs que nous avons eu sur ce stage, nous avons dû faire face à une forte demande."

    est-ce que "eu" s'accorde avec "que" masculin singulier et non "les retours" ?

     

    Merci beaucoup

    100
    Vendredi 11 Septembre 2015 à 18:51

    Les pronoms relatifs que et qui transmettent dans la subordonnée le genre (masculin/féminin) et le nombre (singulier/pluriel) de leur antécédent. Dans votre exemple, que (COD placé avant le participe) est mis pour les nombreux retours positifs. Le participe s'accorde donc au masculin pluriel : A la suite des nombreux retours positifs que nous avons eus sur ce stage.

    101
    lomock
    Vendredi 25 Septembre 2015 à 17:05

    Bonjour,

    faut-il faire l'accord dans les phrases :

    Il les a rendu(s) fous avec tout ce bruit.

    Il nous a rendu(s) malades avec ces descriptions horribles.

    En consultant plusieurs ouvrages de référence, je trouve des versions contradictoires.

    Merci

    102
    Vendredi 25 Septembre 2015 à 19:33

    L'hésitation ne date pas d'hier (cf. les observations de l'Académie française sur les remarques de Vaugelas à ce sujet). Vous trouverez quelques éléments de réponse ci-dessus (dans le paragraphe Participe passé suivi d'un attribut du complément d'objet direct).

    103
    Freelancer
    Dimanche 27 Septembre 2015 à 07:18

    L'énoncé de la règle (« Le pp des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde […] avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe » et non « précède le verbe/la forme verbale » ou « précède l'auxiliaire ») semble suggérer qu'il peut exister des situations où le COD est placé entre l'auxiliaire et le pp. Est-ce le cas ?

    104
    Dimanche 27 Septembre 2015 à 12:12

    Oui : Je n'ai rien vu, rien entendu. Il a tout dit.

    105
    Novaoui
    Lundi 28 Septembre 2015 à 21:31

    Bonjour

    Pourriez m'éclairer sur la phrase suivante:

    Où a t'il caché l'enveloppe que lui a donné le voisin?

    Que lui a donné ou que lui a donnée?  

    Pour moi le COD est l'enveloppe , donc placé avant mais comme il est complément d'objet second puisque "lui" est intercalé entre que et a donné je suis complètement perdue. Spontanément je n'accorderais mais je ne saurais expliquer pourquoi.

    merci pour votre aide

    106
    Lundi 28 Septembre 2015 à 23:09

    Pour moi le COD est l'enveloppe, donc placé avant > Vous avez tout bon. L'accord est donc de rigueur : l'enveloppe que lui a donnée le voisin.

    107
    Novaoui
    Mardi 29 Septembre 2015 à 21:33

    Merci pour votre réponse rapide !

    108
    Jeudi 1er Octobre 2015 à 11:41

    Bonjour,

     

    Pourriez-vous m'ôter d'un doute? Est-ce que cette phrase est correcte : "Cherchons un endroit où se cacher" ou devrait-on écrire "Cherchons un endroit où nous cacher" quelle est la règle? 
    Merci

    109
    Jeudi 1er Octobre 2015 à 11:55

    On écrira correctement : "Cherchons un endroit où nous cacher."
    Le pronom complément réfléchi nous est utilisé chaque fois que le sujet est nous (première personne du pluriel) ; le pronom complément réfléchi se, chaque fois que le sujet est il(s), elle(s) ou on (troisième personne du singulier ou du pluriel). Comparez : Elle cherche un endroit où se cacher et Nous cherchons un endroit où nous cacher.

      • Jeudi 1er Octobre 2015 à 12:16

        Merci d'avoir répondu si vite, c'est bien ce qu'il me semblait, mais je n'ai pu trouver la règle nulle part, sauriez vous où je pourrais la trouver? car c'est pour une amie québécoise qui écrit, et elle préfère que je cite une source sûre quand je corrige une erreur.

        Merci 

      • Jeudi 1er Octobre 2015 à 12:37

        Ces informations figurent dans toute grammaire française, dans la rubrique "Pronoms (personnels) réfléchis".
        Vous trouverez un tableau récapitulatif ici.

    110
    Jeudi 1er Octobre 2015 à 13:47

    Très bien, merci beaucoup :)

    111
    Doladille
    Vendredi 2 Octobre 2015 à 10:27

    Parmi ces deux phrases quelle est celle qui est correcte :

    Une des missions qui m'a été confiée

    Une des missions qui m'ont été confiées

      • Vendredi 2 Octobre 2015 à 11:37

        Tout dépend du sens (et donc du contexte). Je vous invite à consulter cet article.

    112
    Val
    Lundi 5 Octobre 2015 à 16:38
    Bonjour, J'ai un doute sur l'écriture de la phrase suivante, doit-on dire : Quelles compétences as-tu acquises ? ou bien : quelles compétences as-tu acquis ? selon la règle du COD placé avant l'auxiliaire, il faudrait accorder, mais cela me semble bizarre : dirait-on de la même manière : quelle chemise as-tu mise ce matin ? ou bien quelle voiture as-tu prise ? Merci d'avance pour votre aide, Bien cordialement
    113
    Lundi 5 Octobre 2015 à 21:14

    Il n'y a rien de bizarre dans tout cela : Quelles compétences as-tu acquises ? Quelle chemise as-tu mise ce matin ? Quelle voiture as-tu prise ?

    114
    lomock
    Lundi 5 Octobre 2015 à 21:31

    Bonjour,

    comment faut-il écrire "fredonner" dans la phrase suivante ?

    "Il a mémorisé les premières mesures d’une musique entendues fredonner par son voisin."

    "fredonner" ou "fredonnées" ?

    Merci beaucoup

      • Mardi 6 Octobre 2015 à 00:13

        D'abord se pose la question de l'accord d'entendu : le sens plaide, me semble-t-il, en faveur du féminin singulier (avec une musique plutôt qu'avec les premières mesures). J'opterai donc pour : Il a mémorisé les premières mesures d'une musique fredonnée par son voisin. Mais : les premières mesures d'une musique qu'il a entendu fredonner (ou qu'il a entendue fredonnée) par son voisin.

    115
    sousa
    Samedi 24 Octobre 2015 à 19:59

    Bonjour j'ai une hésitation concernant une phrase et j'aurai besoin de votre aide.

     

    "Mes différentes expériences m’ont conduit(e ou es ?)  à me tenir informée des dernières actualités".

     

    Sachant que je suis une fille. 

    Merci de votre aide

     

     

     

    116
    Samedi 24 Octobre 2015 à 23:16

    Mes différentes expériences ont conduit qui ? m' (qui désigne une fille), complément d'objet direct placé avant le participe passé. Le participe conduit s'accorde donc avec le COD, au féminin singulier.

    117
    Loussy
    Lundi 26 Octobre 2015 à 22:11

    Bonjour,

    Est-ce qu'il y a accord du participe passé si celui-ci est précédé d'un COD mais également d'un COI?

    "Est-ce que tu as donné les copies au professeur?" "Oui, je les lui ai données

    Merci sincèrement pour votre aide.

     

      • Lundi 26 Octobre 2015 à 22:51

        La présence d'un COI ne change rien à l'affaire.

    118
    Sousa
    Vendredi 30 Octobre 2015 à 21:30

    Merci beaucoup pour votre aide 

     

    CDT 

    119
    Shank
    Lundi 2 Novembre 2015 à 01:42

    Bonjour,

    merci pour ce billet et pour le blog en général.

    J'ai lu attentivement le paragraphe concernant l'accord du participe passé accompagné d'un attribut du COD. Voici mon dilemme initial :

     

    J’ai assisté à un certain nombre de choses que j’avais toujours pensé impossibles.

    ou

    J’ai assisté à un certain nombre de choses que j’avais toujours pensées impossibles.

     

    On est dans le cas, que Grevisse relève, de verbes exprimant une opinion.

    J'étais parti pour accorder ; puis j'ai tenu le raisonnement suivant (avant d'avoir lu votre article) :

    Dans ce sens-là, on dit "penser à quelque chose", normalement. Du coup, dans ma phrase, je dirais qu'il s'agit d'une élision du verbe dont "choses" est le sujet et "impossibles" l'attribut, par exemple "être" :

    J’ai assisté à un certain nombre de choses que j’avais toujours pensé être impossibles.  

    Dans cette dernière phrase, il me semble qu'il ne faut pas accorder. "choses" n'est pas le COD de "penser", mais le sujet de "être", lui-même partie du complément d'objet (la proposition en elle-même étant COD) de "penser". Du coup, j'aurais tendance à ne pas accorder dans la première.

     

    C'est le même type d'exemple que celui de votre billet :

    Des femmes qu'il avait cru/crues intègres.

    En ajoutant "être", on n'accorderait plus, à mon avis :

    Des femmes qu'il avait cru être intègres.

     

     

    Néanmoins, le même argument (sujet du verbe (ici non éludé)) ne tient plus vraiment dans les règles avec participe passé + infinitif :

    Cette femme, je l'ai vue chanter. (=J'ai vu cette femme chanter.)

    Cette œuvre, je l'ai vu chanter. (=J'ai vu (quelqu'un) chanter cette œuvre.)

     

    Et maintenant, que dire de ceci :

    Cette œuvre (ou pourquoi pas cette femme), je l'ai vue chantée. (=J'ai vu cette œuvre être chantée (par quelqu'un).)

    ou bien :

    Cette œuvre, je l'ai vu chantée.

    On retombe dans le même problème qu'initialement : cette œuvre, je l'ai vu être chantée.

     

     

    Voilà voilà. Je parle tout seul. Désolé. En tout cas, merci encore pour votre blog.

    Et merci d'avance si vous avez un éventuel avis quant à mon dilemme initial.

    Bien cordialement,

     

     

    G. Shank

     

      • Lundi 2 Novembre 2015 à 10:37

        Deux analyses sont possibles : des choses que j'avais pensées impossibles (j'avais pensé ces choses comme étant impossibles : choses est COD de pensé, et impossibles est attribut du COD) ou des choses que j'avais pensé impossibles (j'avais pensé que ces choses étaient impossibles : c'est toute la proposition qui est COD de pensé).

    120
    MisterM
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 21:06

    Bonjour,

    J'ai un soucis concernant l'orthographe de la phrase suivante:

    Ces cadeaux sont nouveaux parce qu'ils n'en ont jamais vu / vus?

    COD ? COI? placé avant...

    Merci de votre aide.

      • Jeudi 12 Novembre 2015 à 23:28

        On écrira correctement : Ces cadeaux sont nouveaux parce que nous ne les avons jamais vus mais D'aussi beaux  cadeaux, nous n'en avions jamais vu.

    121
    Lyly 33
    Vendredi 13 Novembre 2015 à 22:08

    Bonsoir,

    Pourriez-vous, s'il vous plaît, me confirmer l'orthographe du verbe faire employé en participe passé dans  la phrase : je vous fait (ou fais) parvenir les documents.

    Fait dans ce cas est invariable ou s'accorde t'il ?

    Merci de votre réponse.

      • Samedi 14 Novembre 2015 à 00:31

        Dans votre exemple, faire n'est pas employé comme participe passé : il est conjugué au présent de l'indicatif ! On écrira donc correctement : je vous fais parvenir les documents, il vous fait parvenir les documents, nous vous faisons parvenir les documents, etc.

    122
    Lyly 33
    Samedi 14 Novembre 2015 à 20:59

    Merci de votre réponse.

     

    123
    lomock
    Mardi 17 Novembre 2015 à 18:37

    Bonjour,

    l'accord est-il correct dans la phrase suivante :

    ça, c'est une grosse erreur qu'a commise mon père de le laisser partir !

    Merci

      • Mardi 17 Novembre 2015 à 20:48

        L'accord est correct, même si l'on dira mieux : Le laisser partir est une grosse erreur qu'a commise mon père.

    124
    PapyJack
    Lundi 7 Décembre 2015 à 11:23

    Je reçois ce matin une lettre de l'Assurance Maladie m'encourageant à me faire vacciner.

    Elle dit notamment :

    "L'épidémie qu'a connue la France a durement touché les populations les plus fragiles..."

    Cet accord me gêne mais je ne sais pourquoi.

    Pour contourner l'obstacle, j'aurais volontiers écrit

    "L'épidémie que la France a connue..."

    SVP, dites moi quand même si la première formulation est correcte.

     

      • Lundi 7 Décembre 2015 à 13:18

        L'accord est correct : la France a connu quoi ? l'épidémie, complément d'objet direct placé avant le participe passé connu. L'inversion du sujet dans la subordonnée n'y change rien : L'épidémie qu'a connue la France ou L'épidémie que la France a connue.

         

    125
    Audrey
    Lundi 4 Janvier 2016 à 11:18

    Bonjour,
    Dans la phrase :

    365. C'est le nombre de jours qu'aura passé(s) M. X à la tête de l'organisme.

    Passé s'accorde-t-il ou pas, et quelle est la règle relative à ce genre d'expression ?

    Merci beaucoup pour votre aide.

    A

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 16:05

        Accord : la règle se trouve ci-dessus dans le § Complément circonstanciel.

    126
    Jesuislà
    Lundi 4 Janvier 2016 à 16:32

    Ecrit-on:

    Les magazines qu'on trouve dans les librairies ou les magazines qu'on trouvent dans les librairies ?

    Merci d'avance !

     

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 17:59

        Attention de ne pas tout mélanger : il n'y a pas de participe passé à accorder dans votre phrase !
        Il s'agit d'un simple accord du sujet avec son verbe au présent de l'indicatif : Les magazines qu'on trouve dans les librairies (mais, au passé composé : Les magazines qu'on a trouvés dans les librairies).

    127
    graziella
    Mardi 5 Janvier 2016 à 04:51

    Merci infiniment pou votre aide précieuse.

    Puis-je écrire à des amis : "je vous ai emmené(s) avec moi soyez en assuré(s)"

    Le raisonnement que je crois devoir tenir est : j'ai emmené qui avec moi " vous" donc le  "s" s'impose

    quant à "soyez en assuré" là , je me perds. Faut il mettre le "s" ou pas ?

     

     

     

     

      • Mardi 5 Janvier 2016 à 11:59

        Accord au pluriel dans les deux cas : je vous ai emmenés (pour les raisons que vous avez indiquées) et  soyez-en assurés (puisque l'on est en présence de l'auxiliaire être).

      • graziella
        Mercredi 27 Janvier 2016 à 22:07

         J'ai tardé à vous répondre et je m'en excuse.  Encore merci !

         

    128
    vkoumbapambo
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 11:09

    Bjr, cet accord est-il correct? "Les dates que vous avez bien voulues me proposer"

      • Jeudi 21 Janvier 2016 à 11:43

        Non, car que mis pour les dates est ici complément d'objet direct de l'infinitif proposer, pas du participe passé voulu : Les dates que vous avez bien voulu me proposer.

    129
    Camille
    Vendredi 22 Janvier 2016 à 12:41

    Bonjour Marc, 

     

    Je  de consulter des annales de français dont le corrigé me fait douter. Doit-on écrire "Quelle grande comédienne vous eûssiez fait ! " ou "Quelle comédienne vous eûssiez faite !" ? J'accorderais le participe passé faire, considérant que le COD est "comédienne", mais le corrigé m'indique le contraire.

    Merci pour votre réponse.  

      • Vendredi 22 Janvier 2016 à 14:39

        Pour ma part, ce qui me choque, c'est cet accent circonflexe : qu'il eût mais que vous eussiez.
        En ce qui concerne l'accord (ou plutôt le non-accord) du participe passé, on considère ici que comédienne est attribut du sujet (et non complément d'objet direct) : Quelle comédienne vous auriez été  !

    130
    Vendredi 22 Janvier 2016 à 16:15

    Bonjour Marc,

    cet accord est-il correct ?

    Madame, attentif à vos interrogations, j'ai transmis vos diverses demandes le 1er décembre dernier à monsieur Leréverant, comme je vous en ai informée.

     

    Merci pour votre réponse

      • Vendredi 22 Janvier 2016 à 16:24

        L'accord est correct.
        En effet, en (ici complément d'objet indirect) n'intervient pas dans les règles d'accord, contrairement à vous, complément d'objet direct ici mis pour madame et placé avant le participe passé informée. Ce dernier s'accorde donc correctement au féminin singulier.

      • Jeudi 28 Janvier 2016 à 10:06

        Merci Marc de vos réponses très argumentées et claires. A bientôt sans nul doute !

    131
    malika
    Mercredi 27 Janvier 2016 à 13:13

    pourriez vous svp m'éclairer?

    cette période que nous avons vue (ou vu) comme  une période test

      • Mercredi 27 Janvier 2016 à 17:08

        Nous avons vu quoi ? cette période, COD placé avant le participe, donc accord.

    132
    Mercredi 10 Février 2016 à 12:11

    Bonjour Marc,

    pourriez-vous me confirmer si dans ces deux extraits , les accords sont corrects. Merci de votre réponse.

    Cordialement

    Jodase

     

    1/ Les gendarmes ont appelé mon attention sur les difficultés que vous déclarez avoir eues.

     

     ou autre formule  : 2/ sur les difficultés que déclare avoir rencontrées madame votre épouse en conduisant.

      • Mercredi 10 Février 2016 à 12:30

        Je n'y vois rien à redire.

    133
    Atreides
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:42

    Bonsoir.

    Entendu ce soir à plusieurs reprises: " ...sa position préférentielle" (à propos d'un joueur lors du match Psg - Lyon). Je la crois pédante et même fausse. Ai-je raison?

    Cordialement.

      • Jeudi 11 Février 2016 à 10:56

        L'adjectif préférentiel signifie "qui indique ou établit une préférence" : tarif préférentiel, droit préférentiel.
        Aussi est-on fondé à se demander si, dans ce contexte, position préférée n'aurait pas été... préférable !

    134
    Lutetia75
    Lundi 14 Mars 2016 à 11:22

    Monsieur,

    J'ai un doute au sujet de la phrase suivante :

    Les ennuis que cela a engendré ou les ennuis que cela a engendrés ?

    Comme cela est un pronom neutre, j'aurais tendance à ne pas accorder le participe passé, comme dans la pluie qu'il a fait.

    Je vous remercie d'avance de votre réponse.

     

      • Lundi 14 Mars 2016 à 11:40

        Les deux constructions sont différentes : dans la pluie qu'il y a eu, on a affaire à un tour impersonnel ; le participe passé reste d'ordinaire invariable. Alors que dans les ennuis que cela a engendrés, on a bien affaire à un verbe transitif direct ; le participe s'accorde avec le COD antéposé.

    135
    Lutetia75
    Lundi 14 Mars 2016 à 12:11

    Merci beaucoup de votre réponse rapide.

    136
    Annick
    Mercredi 16 Mars 2016 à 14:48

    Pour le cas où elles t'auraient échappé, de superbes photos sont accessibles...

    échappé ou bien échappées ?

      • Mercredi 16 Mars 2016 à 16:08

        Il me semble que la phrase devrait être tournée ainsi : Pour le cas où cela t'aurait échappé, de superbes photos sont accessibles...

    137
    Vaiji
    Dimanche 1er Mai 2016 à 12:15

    Bonjour,

    J'ai besoin de votre avis sur l'accord du participe passé du verbe payer dans cette phrase si c'est une femme qui parle : Ils m'ont payé ... euros par mois ou ils m'ont payée ... euros par mois.

    Je dirais que s'il s'agit d'un salaire, il faut écrire payée et s'il s'agit d''autre chose (une dette, par exemple), il faut écrire payé. Qu'en pensez-vous ?

    Merci

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 19:38

        Une femme écrira : "Pour ce travail, ils m'ont payée."
        Au complément d'objet direct m', il est possible d'ajouter un complément circonstanciel de prix, qui ne modifie en rien l'accord initial : "Pour ce travail, ils m'ont payée cent euros", "les cent euros qu'ils m'ont payée pour ce travail".

      • Vaiji
        Dimanche 1er Mai 2016 à 20:05

        Merci pour votre réponse.

        Est-ce qu'il n'est pas possible de considérer m' comme un COI, par exemple dans une phrase de ce genre : "Ils m'ont payé cent euros par mois pour rembourser leur dette" ?

    138
    Dimanche 1er Mai 2016 à 22:55

    Votre question est légitime. Elle revient à se demander si l'on dit : Ils ont payé à Marie cent euros par mois ou Ils ont payé Marie cent euros par mois.

    139
    Jeudi 5 Mai 2016 à 13:36

    A StanFran : Oui, l'accord est de rigueur dans votre exemple.

      • Vendredi 6 Mai 2016 à 01:24

        Je comprend que l'accord est de rigueur, mais faut-il accorder avec "les" précédant le participe passé avec un genre inconnu, ou avec "paroles" qui est placé après. Petit rappel de la phrase:

        Bien que je les ai entendus plusieurs fois, je n'arrive pas à me souvenir des paroles de cette chanson.

        entendus (accord avec les placé avant le pp) ou entendues (accord avec paroles placé après le pp, dans ce cas il faut revenir en arrière pour corriger car au moment d'accorder il est impossible de savoir à quoi refère l'article "les")

        Merci pour la précision.

    140
    Paupau
    Mardi 10 Mai 2016 à 22:39

    Bonjour, 

     

    Je suis perdue concernant l'accord dans la phrase suivante : 

    "Nous remercions les communes de nous avoir reçu(s) en début d'année". "Nous" concerne les membres d'une association. Dois-je mettre un "s" ?

    Merci

      • Samedi 14 Mai 2016 à 23:22

        Cherchez le COD : nous remercions les communes d'avoir reçu qui ? nous, placé avant le participe passé, d'où accord au pluriel.

    141
    Samedi 14 Mai 2016 à 23:15

    On écrira : Bien que je les aie entendues plusieurs fois, je n'arrive pas à me souvenir des paroles de cette chanson.

    142
    Mardi 24 Mai 2016 à 17:44

    François écrit : "Oui mais on peut aussi dire: "Cela a conduit quoi?" à contacter l'association, d'où pas d'accord."
    Et que faites-vous de "nous", dans ce cas ? On écrira bien, comme expliqué plus haut : Cela nous a conduits à contacter l'association (si nous renvoie à plusieurs personnes).

    143
    Reno
    Mercredi 29 Juin 2016 à 17:10

    Bonjour,

     

    Si il y a à la fois un COD et un COI doit on également se référer à la règle du COD placé devant le pp?

    Par exemple : les sachets que je t'ai proposés te conviennent-ils?

    Il semble me souvenir que si il y avait à la fois COI et COD on ne devait pas accorder le pp.

    Dans l'exemple COI t' mis pour à toi et COD les sachets

    Mes souvenirs sont-ils faux?

     

    Merci pour votre réponse

     

      • Mercredi 29 Juin 2016 à 18:05

        S'il y a un COD, c'est lui qui, selon sa position, commande l'accord du participe... indépendamment du COI. D'où : les sachets que je t'ai proposés.

    144
    costa
    Jeudi 30 Juin 2016 à 19:46

    je vous envoie comme vous me l'avez demandé la liste des livres.

    est-ce correct ? merci de me répondre

    annick

     

      • Vendredi 1er Juillet 2016 à 12:45

        Dans comme vous me l'avez demandé, demandé reste en effet invariable, car l' équivaut ici à de faire cela.

    145
    lomock
    Lundi 8 Août 2016 à 16:06

    Bonjour,

    j'ai un doute sur la phrase suivante, doit-on faire l'accord ?

    Elle leur explique comment aborder celles qu'elle leur a choisi.

    Merci

      • Lundi 8 Août 2016 à 16:35

        Même si je ne vois pas bien à quoi pourrait correspondre le pronom celles dans votre exemple, celui-ci fait de toute évidence office de complément d'objet : elle leur a choisi quoi ? celles, placé avant le participe passé. L'accord est donc de rigueur : celles qu'elle leur a choisies.

    146
    Lyendith
    Samedi 20 Août 2016 à 13:52

    Très franchement, je suis partagé…

    D'un côté je me dis que c'est pas si mal ces règles, que ça oblige à toujours réfléchir à la structure de la phrase et à ne pas perdre de vue quel élément désigne quoi…

    D'un autre côté, il me semble assez illogiques que les participes passés (c'est à dire des unités VERBALES) s'accordent en genre et en nombre avec quoi que ce soit. Car enfin, en anglais et en allemand les participes passés sont invariables, et les locuteurs de ces langues ne s'en portent pas plus mal.

    Donc je serais d'avis de rende les participes passés purement et simplement invariables, et de ne les accorder que lorsqu'ils ont valeur d'adjectifs. Ça épargnerait à nos têtes blondes (et accessoirement aux adultes) des heures de migraine, qui pourraient être employées à maîtriser des règles grammaticales autrement plus importantes.

    147
    Jean
    Dimanche 28 Août 2016 à 16:19

    Bonjour,

    Faut il ecrire :

    "les mois de galere que nous avons connue" ou bien "les mois de galere que nous avons connus" ?

    Merci

    Jean

      • Dimanche 28 Août 2016 à 18:31

        J'écrirais : les mois de galère que nous avons connus, comme les mois difficiles que nous avons connus.

      • Jean
        Lundi 29 Août 2016 à 10:17

        Merci Marc !

    148
    Lomock
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 16:50

    Bonjour,

    pouvez-vous me dire si ces  phrases sont bien orthographiées ?

    C'était bien cette peur qu'elle avait éprouvée dès la première seconde.

    C'était bien de la peur qu'elle avait éprouvé dès la première seconde.

    Il me semble que la présence du "de" change la nature de "peur" qui n'est donc pas COD dans la 2e phrase.

    Merci de me le confirmer.

      • Vendredi 2 Septembre 2016 à 23:55

        Elle avait éprouvé quoi ? cette peur ou de la peur, COD (la présence de l'article partitif n'y change rien).

    149
    Lomock
    Samedi 3 Septembre 2016 à 09:08

    Un grand merci pour vos réponses toujours rapides !

    150
    grazielle
    Lundi 12 Septembre 2016 à 13:26

     Bonjour

    "Vous n'oubliez aucun de ceux qui vous contacte"

    J'ai vraiment un "trou"  : s'écrit avec "ent" ou "e"

    Merci infiniment pour l'aide que vous ne cessez de dispenser.

    Graziella

    151
    graziella
    Lundi 12 Septembre 2016 à 15:29

    Oh ! Merci  Marc pour votre réponse si rapide.

    Graziella

    152
    Angela
    Lundi 10 Octobre 2016 à 21:42
    Dans une phrase qu'on a deux cod mais que un suit et l'autre precede il faut faire ou pás un accord? Ex phrase: Quelles mesures leur a-t-on demande de prendre? Donc on a 'quelles mesures = cod' et 'de prendre=cod'
      • Mardi 11 Octobre 2016 à 08:42

        Dans votre exemple, de prendre est bien COD du participe demandé, mais quelles mesures est COD... de l'infinitif prendre (et n'influe donc pas sur l'accord de demandé). On écrira donc : Quelles mesures leur a-t-on demandé de prendre ?

    153
    Julie
    Vendredi 4 Novembre 2016 à 14:47

    Bonjour,

    J'ai un doute avec cette phrase.

    On écrit:

    Elle a toujours rêvé de rencontrer celle qui l’a mise au monde.

    Ou:

    Elle a toujours rêvé de rencontrer celle qui l’a mis au monde.

    D'avance, merci.

     

     

      • Vendredi 4 Novembre 2016 à 19:25

        L', mis pour elle, est complément d'objet direct antéposé du participe passé mis, lequel doit s'accorder : Elle a toujours rêvé de rencontrer celle qui l’a mise au monde.

    154
    Lomock
    Dimanche 13 Novembre 2016 à 12:24

    Bonjour,

    pouvez-vous dissiper le doute que m'inspire cette phrase (pas très élégante mais l'auteure la veut ainsi) :

    Elle arriva au bureau dans une tenue que j'ai soupçonnée être son pyjama.

    Doit-on faire l'accord ? J'ai soupçonné quoi ? Sa tenue (d'être son pyjama)...

    Ou ne pas accorder ? J'ai soupçonné quoi ? Que sa tenue était son pyjama...

    Merci de m'éclairer !

      • vially
        Dimanche 13 Novembre 2016 à 22:48

        On peut en pratique accorder comme on veut mais la construction reste vulgaire. Normalement, on soupçonne une personne de pouvoir faire ou d’avoir fait quelque chose, et non une chose d’être dans un état ! On trouve, cependant,  par extension de sens, ce verbe comme équivalent à « deviner », « pressentir », etc.  (Soupçonner un danger, par exemple) Mais si l’on tient absolument à la formule familière qui nous intéresse, le plus logique est de soupçonner l’ensemble :  « la tenue était un pyjama ». Ne serait-ce que par la simple raison que la chose n'a pas de conscience ! et que le verbe « soupçonner «  équivaut ici à « porter un jugement sur la chose » (-ce doit être un pyjama-) ; le bloc complément qui suit le  verbe transitif détermine l’objet qui précède et prédomine donc pour l’accord.  

      • Lundi 14 Novembre 2016 à 14:52

        Grevisse et Hanse préconisent dans ce cas l'invariabilité, parce que l'on est contraint de considérer que l'objet direct est la proposition infinitive : une tenue que j'ai cru être son pyjama (j'ai cru quoi ? que sa tenue était son pyjama).

    155
    Lomock
    Mercredi 16 Novembre 2016 à 15:19

    Bonjour,

    d'après la règle, la présence de "en" COD dans cette phrase rend le participe passé "revu" invariable.

    C'est bien cela ?

    J’ai observé à cette occasion une aurore boréale comme je n’en ai jamais revu.

    Merci

      • Mercredi 16 Novembre 2016 à 15:47

        Oui... même si l'usage en la matière reste assez flottant : "Je vous apporte une curiosité comme je n'en ai jamais vu" (Balzac), "Une verdure comme je n'en ai jamais vue" (Romain Rolland).

    156
    Aime
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 14:20

    Bonjour,

    Je n'arrive pas bien à savoir s'il faut accorder dans la phrase : Il semblerait que cette information m'ait échappé(e). Pourriez-vous m'éclairer, sil vous plait ?

    Je vous remercie.

      • Mercredi 30 Novembre 2016 à 15:55

        Reprenez la règle indiquée plus haut : "Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir s'accorde, en genre et en nombre, non pas avec le sujet mais avec le COD lorsque celui-ci existe et précède le participe."
        Le participe échappé a-t-il un complément d'objet direct dans votre exemple ? Non : cette information a échappé à qui ? à moi (m'), complément d'objet... indirect ! Pas d'accord dans ce cas.

    157
    Emma
    Vendredi 6 Janvier à 13:05

    Bonjour,

    j'ai peur de comprendre que je fais donc erreur depuis toujours en écrivant des phrases du type "les conséquences que cela a entraîné" ou "la paralysie que cela a causé" sans accorder ?!.

    Merci beaucoup et Bonne Année cool

      • Dimanche 8 Janvier à 07:59

        Il n'est jamais trop tard pour prendre de bonnes résolutions ! Je vous souhaite également une excellente année.

    158
    Camomille
    Samedi 7 Janvier à 19:47
    "On dirait que cette oeuvre qu'ils ont payé" (ROLLAND) Pourquoi met-on payé et pas payée ?
      • Dimanche 8 Janvier à 07:57

        Romain Rolland a écrit dans Colas Breugnon : On dirait que cette œuvre qu'ils ont payée, de leurs deniers, ils l'ont créée !

    159
    Frédéric
    Mardi 10 Janvier à 16:31

    Bonjour Marc,

    Comment dois-je accorder le participe "informé" dans la phrase suivante :

    L'application du Groupe XYZ qui te tient "informé" ou "informée"

    Merci et félicitations pour mon site 

     

      • Mardi 10 Janvier à 23:38

        On écrira tenir informé en parlant d'un homme, tenir informée en parlant d'une femme.

    160
    Monique
    Jeudi 19 Janvier à 19:10

    Comment s'accorde 'tombé' dans la phrase suivante?

    Au cours de la nuit est tombé(e) la neige la plus scintillante qui soit.

    Je ne trouve aucune référence discutant l'accord quand le sujet est placé après le participe passé.

     

    Merci.

     

      • Jeudi 19 Janvier à 20:35

        Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire être [hors verbes pronominaux] s'accorde avec le sujet, quelle que soit la place de ce dernier : Au cours de la nuit est tombée la neige.

    161
    Frédéric
    Vendredi 20 Janvier à 13:12

    Bonjour Marc,

    Pouvez-nous SVP nous départager.

    Je soutiens que le participe passé 'eu' doit s'accorder dans la phrase suivante :

    "Merci pour les attentions que vous avez EUES pour elle."

    Merci

      • Vendredi 20 Janvier à 16:08

        En effet, même si l'on écrira plus correctement : Je vous remercie des attentions que vous avez eues pour elle.

    162
    Lomock
    Jeudi 2 Février à 17:18

    Bonjour, dans la phrase suivante, le participe passé "mis" est-il bien accordé ?

    On leur indiqua l’emplacement de la salle qu’on avait mise à leur disposition.

    On avait mis quoi à leur disposition ? La salle, COD placé avant, donc accord.

    C'est bien cela ?

    Merci

      • Jeudi 2 Février à 18:17

        C'est bien cela, en effet.

    163
    Atreides
    Samedi 4 Février à 17:19

    Bonjour, j'ai offert une édition illustrée des fables de La Fontaine à ma mère. Elle me fait remarquer que dans "Le lion devenu vieux" il est écrit: " Il attend son destin sans faire aucunes plaintes", et me demande pourquoi ce pluriel. Je ne suis pas capable d'y répondre. Pouvez-vous m'aider (une fois de plus) ?

     

    Merci.

      • Samedi 4 Février à 18:57

        Je vous invite à lire ce billet.

    164
    Mireille
    Mardi 7 Février à 09:50

    Bonjour,

    Dans la phrases : "les prestations qu'il vous a été demandé d’effectuer", comment doit-on accorder "demandé" ?

    Merci pour votre aide,

      • Mardi 7 Février à 16:14

        Il vous a été demandé quoi ? d'effectuer les prestations. Les prestations est COD de l'infinitif effectuer, pas du participe demandé. Pas d'accord : Les prestations qu'il vous a été demandé d’effectuer.
        Mais on écrira correctement : Les prestations qu'il a effectuées.

    165
    Lomock
    Mardi 7 Février à 19:38

    Bonjour,

    dans la phrase suivante le participe "eu" doit-il être accordé ?

    Mais ces neuf mois de gestation n’étaient-ils pas les seuls moments vraiment maternels qu’elle avait eu à lui offrir ?

    Merci

      • Mardi 7 Février à 20:13

        Elle avait eu des moments maternels à lui offrir, d'où les moments maternels qu'elle avait eus à lui offrir.

    166
    Lomock
    Mercredi 8 Février à 11:56

    Merci Marc81 pour vos réponses toujours rapides !

    J'ai une autre question pour vous.

    D'après ce que je sais, on écrit : Il s'est vu confier cette mission difficile ("vu" car "Il" n'est pas sujet de "confier", il a vu quelqu'un lui confier cette mission, et "confier" car le COD "mission" se trouve après).

    Maintenant, si l'on inverse la phrase, et que l'on met le COD "mission" avant le pp, doit-on écrire :

    Cette mission difficile qu'il s'est vu confier ou confiée ?

    Après se l'être vu confier ou confiée, il refusa cette mission difficile.

    Merci beaucoup pour votre aide.

      • Mercredi 8 Février à 12:53

        Vous avez répondu à la question : Il a vu quelqu'un lui confier cette mission. Confier est ici un infinitif et non pas un participe passé. Donc La mission qu'il s'est vu confier.

    167
    Cécé
    Lundi 13 Février à 13:26

    Bonjour,

    J'aurai besoin d'une précision concernant une phrase "L'établissement scolaire qui m'a formée au métier..."

    Sachant que je suis une femme, l'accord du coi "m' " doit-il se faire ou non. On me dit que non mais la règle n'est-elle pas d'appliquer l'accord en genre et en nombre lorsque le verbe est transitif, ce qui semble être le cas ici. Merci à vous de bien vouloir me corriger si je me trompe... (C'est urgent)

      • Lundi 13 Février à 15:27

        La règle d'accord est rappelée dans l'article ci-dessus (accord avec le complément d'objet direct placé avant le participe passé). D'où : L'établissement scolaire qui m'a formée.

    168
    Lomock
    Mardi 7 Mars à 10:21

    Bonjour, j'ai trouvé cette citation d'André Gide, mais bien sûr, comme souvent sur Internet, orthographiée de deux façons différentes (avec et sans l'accord) et je n'arrive pas à me faire mon opinion (je ne possède pas l'ouvrage Les Nourritures terrestres). Pouvez-vous m'aider et me donner l'explication ? Merci par avance

    "Toute connaissance que n’a pas précédé une sensation m’est inutile."

    "Toute connaissance que n’a pas précédée une sensation m’est inutile."

      • Mardi 7 Mars à 10:32

        Toute connaissance que n’a pas précédée une sensation m’est inutile : que, mis pour connaissance, est COD de précédée (le sens est : "une sensation doit précéder toute connaissance").

    169
    Raul
    Vendredi 24 Mars à 16:23

    Bonjour,

    Dans la phrase : "Les généraux nous ont ordonné d'attaquer", le mor "attaquer" est-il un COD ou un COI (car répond à la question ordonner "de quoi?"--> "d'attaquer" ?

      • Vendredi 24 Mars à 23:52

        Dans votre exemple, d'attaquer est une proposition infinitive complément d'objet direct : ils ont ordonné quoi ? D'attaquer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :