• Vu ou entendu


    Les professionnels dont la langue est l'outil de travail (écrivains, journalistes, correcteurs, présentateurs, chroniqueurs, hommes politiques, publicitaires, enseignants, etc.) sont, de fait, plus exposés que d'autres aux dérapages en tous genres.

    Nul n'étant à l'abri d'une défaillance, voici quelques coquilles et formules malheureuses relevées dans les médias et décortiquées dans ces colonnes, dans l'espoir (naïf ?) qu'un tel exercice de recension puisse aider à la maîtrise des subtilités du français.

  • Accords à haut risque

    « Il est donc conseillé de consulter son assurance multirisques. »
    (Jean-Michel Normand, sur lemonde.fr, le 23 juin 2017)  

     

      FlècheCe que j'en pense


    Hanse est pourtant catégorique : « Dans les composés de multi, le 2e élément, soudé au premier, s'écrit sans s au singulier et varie au pluriel : une assurance multirisque, des assurances multirisques. » Las ! il n'est que de consulter Girodet pour mesurer à quel point l'unanimité n'est pas de mise en la matière : « Multirisques adj. Une assurance multirisques. Des assurances multirisques. » Pis : c'est avec une coupable assurance que certains ouvrages de référence versent dans l'inconséquence. Ne lit-on pas dans le Petit Robert (édition 1987) à l'entrée « multirisque » (sans s final, contrairement à la graphie retenue par Girodet) : « Adj. Se dit d'une assurance couvrant plusieurs risques pour un même contrat » et à l'entrée « assurance » : « Assurance multirisques » ? C'est à se demander ce que fait la police (d'assurance)...

    Pourquoi une telle cacophonie ? Parce que grande est la tentation de donner, dès le singulier, auxdits mots composés la marque du pluriel, sous le prétexte que le préfixe multi- (emprunté du latin multus, « nombreux, abondant ») suppose une pluralité d'éléments : puisqu'il est question d'un contrat par lequel on s'assure contre plusieurs risques, la logique ne plaide-t-elle pas en faveur de la graphie assurance multirisques comme on écrit assurance tous risques ? À y regarder de plus près, l'argument paraît difficilement recevable... à commencer par les partisans de la graphie au pluriel eux-mêmes : ne s'accordent-ils pas, contre toute attente, à écrire une assurance multisupport, à propos d'un contrat d'assurance-vie offrant pourtant plusieurs supports de placement ? Deux poids, deux mesures... Plus encore, viendrait-il à l'idée de quelqu'un d'écrire un pays multiculturels parce qu'y coexistent différentes formes de cultures ? Vous l'aurez compris : l'hésitation sur la variabilité en nombre ne concerne que les composés de multi- dont le second élément est un nom. Dans le doute, mieux vaut ne pas prendre de risques inutiles et s'en tenir prudemment à la règle générale d'accord en nombre, selon laquelle les intéressés, qu'ils soient noms ou adjectifs, ne prennent la marque du pluriel... qu'au pluriel !

    Mais là n'est pas le seul écueil que nous réservent les composés de multi- : la variabilité en genre se révèle un exercice tout aussi risqué. « Doit-on écrire une stratégie multicanal ou multicanale ? » me demande en substance un habitué de ce blog(ue), à propos d'une stratégie qui recourt à plusieurs canaux (réels ou virtuels) de distribution. Là encore, deux logiques s'opposent. Ceux qui continuent de traiter le syntagme comme s'il était composé de deux éléments autonomes écriront : un pays multiculturel, une œuvre multiculturelle (parce que culturel, adjectif autonome, varie régulièrement en genre, comme en nombre), mais un marketing multicanal, une stratégie multicanal (parce que canal, nom masculin autonome, ne saurait varier en genre) − le cas du féminin pluriel reste toutefois épineux : des stratégies multicanal ou multicanaux ? Ceux qui, à l'instar du Larousse en ligne, y voient un nouvel adjectif en -al à part entière, oseront parler de stratégie multicanale (comme on parle d'une stratégie bancale) − reste à comprendre pourquoi, à cette aune, les mêmes ne prônent pas la graphie assurance... multisupporte !

    Toujours est-il que Grevisse a beau jeu d'observer qu'« il est difficile d'intégrer dans la syntaxe française ces formations hybrides ». L'arbitraire aurait-il contaminé la série des multi ? Oui, si l'on en croit le nombre de contrevenants... multirécidivistes !

    Remarque 1 : Les mots formés avec multi- s'écrivent sans trait d'union... sauf si le second élément commence par un i : un (musicien) multi-instrumentiste. Seul Bescherelle préconise d'étendre l'usage du trait d'union à tous les composés de multi- dont le second élément commence par une voyelle, afin d'éviter toute ambiguïté de prononciation : un produit multi-usage (Bescherelle) ou multiusage (Larousse en ligne).

    Remarque 2 : Les mêmes observations valent pour les autres préfixes latins (bi-, tri-, quadri-, multi-, omni-, pluri-) ou grec (poly-) qui expriment la quantité. Le TLFi note, par ailleurs, que multi- entre parfois en concurrence avec pluri- et avec poly-.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Une assurance multirisque (de préférence à multirisques).

     


    3 commentaires
  • Peut mieux faire

    « Il faut à la fois déterminer le gaz mais aussi, autant que faire ce peut, s'il était dans une bombe, comment il a été tiré et utilisé. »
    (paru sur lemonde.fr, le 5 avril 2017)  

     

      FlècheCe que j'en pense


    Voilà une expression au charme désuet, que l'usager moderne analyse plus souvent qu'à son tour de façon erronée. Il croit y déceler « autant que cela peut se faire » (d'où la tentation du pronom ce, mis  pour cela), mais ne perçoit pas qu'un se manque à l'appel. Non ! Pour autant que je sache, il s'agit là du tour impersonnel il se peut faire − pour il peut se faire (1) −, plus couramment employé sous la forme absolue il se peut (cela se peut) : « Il se peut faire que les autres pensent ainsi » (Dictionnaire de Jean Nicot, 1606), « Toutefois il se peut faire que je me trompe » (Descartes), « Il se peut faire qu'il y ait des vraies démonstrations, mais cela n'est pas certain » (Pascal), « Cette recherche se peut faire » (Bossuet), « Dans de telles conditions, cela se peut faire » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie). Reconnaissons, à la décharge des contrevenants, que l'ordre des mots, peu naturel, et l'omission du pronom impersonnel il, fréquente dans ce type de construction (2), ne facilitent pas l'interprétation d'autant que faire se peut en « autant qu'il se peut faire », autrement dit « autant que cela peut se faire, autant que cela se peut », d'où « autant que cela est possible, dans la mesure du possible ».

    Ladite locution, qui exprime donc « une possibilité sur laquelle on émet des réserves » (selon le Dictionnaire de l'Académie), est présentée comme « figée » dans Le Bon Usage. Voire. Car enfin, on a connu des syntagmes au degré de figement autrement élevé.
    D'abord, les exemples où le verbe pouvoir est conjugué à d'autres temps que le présent de l'indicatif (mais toujours à la troisième personne du singulier) ne sont pas rares : « Il sera bon de dépouiller, autant que faire se pourra, les lieux observés » (D'Alembert), « Pour concilier leur dévotion avec leur paresse autant que faire se pourrait » (Gérard de Nerval), « C'était donc une heure dans la vie à noter, à graver, à défendre, autant que faire se pourrait, contre un trop rapide oubli » (Pierre Loti), « Il en [= des enfants abandonnés] a hébergé et élevé cinq cents en treize ans, donnant à chacun, autant que faire se pouvait, une âme » (Émile Henriot), « Autant que faire se pouvait avec une documentation souvent lacunaire, incertaine et toujours tardive, on a tenté de... » (Alfred Ernout), « Car le sentiment qu'il portait au jeune homme ressemblait à l'amour autant que faire se put  [sic] » (Gerald Messadié), « Chaque citation est, autant que faire s'est pu, doublement référencée » (Henri Béhar), « Nous nous en tenions à l'écart autant que faire se pouvait » (Robert Deleuse), « L'honneur cependant d'un juste critique sera d'échapper autant que faire se pourra à un impressionnisme trop aisément satisfait de sot » (Grand Larousse encyclopédique).
    Ensuite, le TLFi mentionne à l'entrée « pouvoir » la variante tant que faire se peut (littéralement « aussi longtemps que cela peut se faire »), quand le Larousse en ligne consigne de son côté la formule si faire se peut : « Tant que faire se pourra » (Bossuet), « La sœur du roi devait évidemment s'occuper [...] de la solitude de son frère, ce qui jusqu'à un certain point, et tant que faire s'était pu, avait été fait » (Jean Giono), « Entrer, tant que faire se peut, dans l'âme du possédé » (Bernard-Henri Lévy) ; « Surmonter, si faire se peut, les plus grandes adversités » (François de La Mothe Le Vayer), « Trouver − si faire se peut − dans les lettres françaises ce qu’il y a de meilleur » (Jean d'Ormesson).
    Enfin, faire se peut s'emploie depuis au moins le XVe siècle comme complément dans diverses constructions comparatives et superlatives : « Le plustost que faire se pourroit » (Livre des faits de Jean Le Meingre, vers 1409), « Comme si vingt hommes l'eussent assise le plus doucement que faire se peut » (Journal d'un bourgeois de Paris, 1434), « Le plus abregement que faire se peut » (Louis XI, 1462, cité par Littré), « La meilleure apparence que faire se peut » (Pierre de Crescens, 1486), « Tant et si longuement que faire se pourra » (Charles Quint, 1534), « Au plustost ou Le plustost que faire se peut » (Jean Nicot, 1606), « Représenter chaque chose le plus au naturel que faire se peut » (Honoré d'Urfé, 1607), « Fai(re) lever les voiles et cingler le plus promptement que faire se peut » (Pierre Matthieu, 1625), « Je dis adieu, avec autant de regrets que faire se peut » (Discours sur la mort du chapelier, vers 1628), « Enjoignons aux pères de famille de faire la diminution, sur chacun d'eux, aussi juste que faire se pourra » (Montesquieu, 1721), « Employer, le plus que faire se peut, le temps et les mains des sujets » (Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1765) « J'avancerai les miennes [d'affaires] le plus que faire se peut » (Louis-Joseph Papineau, 1822), « Tirer le plus honnêtement que faire se peut trois francs du plus grand nombre possible de poches françaises » (Jules de Goncourt, 1855), « Aussi peu que faire se pourra » (Émile Meyerson, 1931) ; cet usage, que d'aucuns qualifieront volontiers d'archaïsant ou de précieux, perdure sous quelques plumes contemporaines : « Aussi délicatement que faire se peut » (Pierre Perret), « Profiter chaque jour du soleil aussi longtemps que faire se peut » (Renaud Camus), « Expliquer, aussi simplement que faire se peut » (Pierre Bergounioux) − on dirait plus couramment, de nos jours, aussi délicatement (longtemps, simplement) que possible.

    Toujours est-il que, figée ou pas, notre locution s'écrit justement avec le s de possible − un moyen mnémotechnique comme un autre, que l'on gagnera à retenir... autant que faire se peut !

    (1) Littré précise que le pronom se « peut se placer devant pouvoir, sans que pouvoir soit pour cela verbe réfléchi ; se appartient alors au verbe à l'infinitif qui suit ».

    (2) Que l'on songe à mieux vaut, peu importe, n'empêche, comme bon lui semble, comme suit, si besoin était, etc.

    Remarque 1 : Le lecteur pressé pourrait croire que la locution autant que faire se peut est absente du Littré. Si elle ne figure à aucune des entrées attendues, elle apparaît toutefois au détour de l'introduction de la préface : « La définition et les divers sens classés et appuyés, autant que faire se peut, d'exemples empruntés aux auteurs des dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles. » Précisons, tant qu'à faire, que la première attestation qu'il m'ait été permis d'établir date de 1506 : « Pénétrer, autant que faire se peut, l'essence de ce dont les autres ne voient que les ombres et les simulacres » (François de La Mothe Le Vayer).

    Remarque 2 : Il va sans dire que la graphie autant que faire se peu, que l'on trouve çà et là sur la Toile, n'est pas davantage recevable.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Autant que faire se peut (ou, plus couramment, autant que possible, dans la mesure du possible).

     


    votre commentaire
  • « Un point de plus, un point de moins, ce sera un peu près 30 députés [sur les 80 à 132 sièges que peut compter glaner la droite dans l'hémicycle, ndlr]. »
    (paru sur europe1.fr, le 13 juin 2017)   
    François Baroin (photo Wikipédia sous licence GFDL par Anonymous42)

     

      FlècheCe que j'en pense


    De toute évidence, ces propos de François Baroin, au lendemain du premier tour des élections législatives et de la déroute annoncée des partis traditionnels, ont été mal retranscrits par la rédaction du site Internet d'Europe 1. Car enfin, il ne vous aura pas échappé que l'expression consacrée pour exprimer une approximation est à peu près (ou à peu de chose près) : Il est à peu près aussi grand que moi (= il est presque aussi grand que moi). J'en suis à peu près sûr. Nous étions à peu près vingt. Ces couleurs sont à peu de chose près identiques.

    N'allez pas croire pour autant que le tour un peu près n'existe pas. Il n'est rien de moins que correct... à cela près qu'il ne s'envisagera que dans une acception spatiale : Il est un peu (trop) près du bord, Il est nécessaire d'examiner les faits d'un peu (plus) près ou, figurément, Il est un peu (trop) près de ses sous.

    À y regarder d'un peu près, justement, la confusion entre les deux formes est plus courante qu'il n'y paraît. Jugez plutôt : « Voilà un peu près tout ce que nous savons » (Le Monde), « Nicolas Sarkozy a fait un peu près 20-21% au premier tour » (Europe 1), « On attend en tout un peu près 400 enfants » (La Voix du Nord), etc. Vous l'aurez compris : mieux vaut se garder, dans cette affaire, de toute confusion (phonétique ?) entre à et un. Histoire d'éviter de verser dans... l'à-peu-près.

     
    Remarque 1 : De nos jours, le substantif invariable peut être utilement distingué de la locution adverbiale par deux traits d'union : Faire à peu près la même chose, mais S'en tenir à des à-peu-près (= des approximations grossières). Littré, pour sa part, s'en passait dans les deux cas.

    Remarque 2 : La graphie à peu de choses près, avec choses au pluriel, ne se justifie guère, puisque le sens est « à quelque chose près, à peu près » et non « à plusieurs choses près ». Les dictionnaires usuels laissent toutefois le choix : « À peu de chose(s) près » (Robert illustré, Larousse en ligne). L'Académie elle-même, qui prône la graphie au singulier dans la neuvième édition de son Dictionnaire, laisse échapper un « à peu de choses près » à l'entrée « pratiquement » (même inconséquence constatée dans le TLFi, qui consigne la graphie au singulier aux entrées « chose » et « peu »... et celle au pluriel à l'entrée « près »).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ce sera à peu près 30 députés.

     


    3 commentaires
  • « On va arrêter avec les explosions. Rapport à mon appartement. »
    (publicité pour les brownies Granola)   


     

      FlècheCe que j'en pense


    Rapport à ? Autant préciser d'emblée que les palais les plus délicats n'ont guère d'appétit pour ce biscuit-là. C'est que le bougre − qui, vous l'aurez deviné, n'est autre que la forme abrégée de par rapport à, gauchement employée au sens de « à cause de » (Il n'a pas pu venir rapport à son fils qui est malade) ou de « au sujet de, à propos de, en ce qui concerne » (Je vous écris rapport à notre affaire) − ressortirait à la langue « familière » (Académie), « relâchée » (Larousse en ligne), « populaire » (Littré, Thomas, Girodet),  « populaire ou très familière » (Goosse, Hanse) ou « très vulgaire » (Dupré). Vous voilà prévenus !

    Sans doute me rétorquera-t-on, et avec quelque apparence de raison, que ledit tour est attesté de longue date en littérature. Certes, confirme Dupré, mais sous des plumes qui, cherchant à imiter le parler des faubourgs, versent dans l'« affectation comique d'incorrection » : « C'est que ma mémoire se brouille, rapport à cet autre » (Marivaux), « Le président du conseil a dit deux mots dans le tuyau de l'oreille [du préfet de police], rapport à vous » (Balzac), « [Il] tourne autour de ma jupe, rapport à mes rentes » (Balzac), « Pourquoi donc ? demandai-je. Pardi, rapport à sa maison, reprit le garde champêtre » (Émile Souvestre), « Aujourd'hui il s'est retardé, rapport à un enterrement, qu'il a dit à Joseph » (Alphonse Daudet), « C'est toujours rapport à ton jardin ? » (Henri Lavedan), « Ici tous les employés partent, rapport à la loge » (Proust), « C'est rapport à vot' dame » (Henri Bauche), « D'abord, essuie-toi les pieds, rapport au tapis » (Bernanos), « Tu vas pas chialer, rapport au temps ? dit-il » (Francis Carco), « − Dites donc, vous savez, c'est vrai ce qu'on raconte des pendus. − Quoi donc ? demande Étienne. − Rapport à la virilité » (Queneau). À y regarder de plus près, force est pourtant de constater que la fortune de rapport à à l'écrit ne s'est pas toujours limitée au seul registre de la dérision : « Il avait pris par les rives de l'Ouest, rapport au coup d’œil qu'il avait donné par là » (Alphonse de Châteaubriant), « On fait son ménage avec d'infinies précautions, rapport aux papiers qui encombrent tous les fauteuils » (Armand Hoog, cité par René Georgin).

    D'aucuns se demanderont encore si redonner à la locution sa forme pleine suffit à se prémunir contre toute critique. Rien n'est moins sûr. Car, si par rapport à s'est effectivement dit au sens de « en ce qui concerne », cet emploi semble tombé en désuétude à en croire André Goosse. Quant à par rapport à au sens de « à cause de », il n'en demeure pas moins suspect que sa forme réduite : ne lit-on pas dans Le Bon Usage que ladite nuance causale s'est observée « dans le langage parlé, surtout populaire » ?

    Vous l'aurez compris : si, à l'oral, le tour rapport à peut à la rigueur se concevoir, spécialement dans la bouche d'une étudiante en train de se gaver de brownies comme dans la publicité qui nous occupe, à l'écrit, mieux vaut passer son chemin, sous peine de friser l'indigestion.


    Remarque 1
    : La langue populaire se sert aussi de rapport à ce que, rapport que.

    Remarque 2 : Littré admet par rapport à pour exprimer, non la cause, mais le but : Il a fait cela par rapport à vous, c'est-à-dire « en vue de vous obliger, pour vous ».

    Remarque 3 : Selon Napoléon Caillot (Grammaire générale, 1838), avoir rapport à exprimerait une idée de liaison, de relation (les effets ont rapport aux causes), quand avoir rapport (du rapport, un rapport, des rapports) avec renfermerait une idée d'analogie, de ressemblance, de conformité (nos plus belles tragédies ont beaucoup de rapport avec celles des Grecs). De nos jours, observe Hanse, avoir rapport à n'a plus guère ce sens, mais signifie « avoir trait à, concerner ».

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    On va arrêter avec les explosions. Ce n'est pas bon pour mon appartement (?).

     


    2 commentaires
  • « On comprend bien le dilemne d'Edouard Philippe. »
    (Hervé Nathan, sur marianne.net, le 26 mai 2017)   

    Édouard Philippe, source assemblee-nationale.fr

     

      FlècheCe que j'en pense


    Que m'a-t-il donc pris de lire le dernier édito d'Hervé Nathan, directeur adjoint de la rédaction du journal Marianne, intitulé « Edouard Philippe aux électeurs de Bretagne : dégagez Ferrand pour moi svp » ? Je ne parle évidemment pas du fond de l'affaire, qu'il ne m'appartient pas de commenter ici, mais de la forme... laquelle dégage une fâcheuse impression d'à-peu-près. Jugez plutôt.

    « "Vox populi, vox dei" (la voie du peuple est celle des dieux), disaient les Anciens. » Gageons que les Modernes auront su remettre ladite traduction dans le bon chemin.

    « La manœuvre qui qui [sic] consiste à recourir à une soi-disant justice "populaire" par l'intermédiaire d'un scrutin politique, n’est pas vraiment glorieuse et a peu à voir avec la justice. » L'Académie a beau rappeler que, contrairement à prétendu, l'adjectif invariable soi-disant ne saurait s'appliquer à une chose (laquelle, convenons-en, aurait bien du mal à dire quoi que ce soit), rien n'y fait : celui-ci s'impose, dans l'usage courant comme en littérature, au détriment de celui-là. Maurice Druon lui-même compte parmi les contrevenants : « Et le renflouage soi-disant refusé par les Leroy, qu'est-ce qu'il y avait de vrai là-dedans ? » C'est dire !

    « Une assertion dont on se demande ce qu'en pensent les cotisants de la Mutuelle de Bretagne. » Et vous, que pensez-vous de ce en, dont tout porte à croire qu'il fait double emploi avec le relatif dont ?

    « Edouard Philippe a publié le 25 mai une circulaire enjoignant tous les ministres de lui faire part "de tout intérêt antérieur à ces cinq ans susceptible d'influencer ou de paraître influencer une décision publique à laquelle vous serez associé". » Est-il vraiment besoin, je vous le demande, de s'obstiner à employer un verbe dont on ne maîtrise pas la construction ? Si l'on n'est pas prêt à souscrire à l'idée d'enjoindre à quelqu'un de faire quelque chose, mieux vaut encore se rabattre sur le verbe ordonner, d'usage plus courant.

    « On comprend bien le dilemne d'Edouard Philippe. » On comprend moins la tentation d'Hervé Nathan de se laisser aller à écrire, au mépris de l'étymologie (le grec lêmma désignait ce que l'on prend ou reçoit, puis la prémisse d'un syllogisme), dilemne par contamination avec indemne.

    « Un psychanalyste conclurait que le subconscient du Premier ministre impuissant, allié à son surmoi, appelle tout simplement les électeurs du Finistère à "dégager" Richard Ferrand du paysage politique, quoi qu’il affirme penser le contraire. » Notre journaliste, quant à lui, a-t-il seulement conscience d'avoir confondu la conjonction concessive quoique (en un mot), synonyme de bien que, et la locution concessive quoi que (en deux mots) qui signifie « quelle que soit la chose que » ? Comparez : Quoi qu'il affirme, je ne le crois pas et Il ne me croit pas, quoiqu'il affirme le contraire.

    De là à ce que notre homme s'entende dire qu'il ne se montre guère... déférent envers la langue française.


    Voir également les billets Soi-disant, Enjoindre, Quoique et Dilemme.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    La voix du peuple est celle de Dieu.

    Une prétendue justice populaire.

    Une assertion dont on se demande ce que pensent les cotisants de la Mutuelle de Bretagne.

    Une circulaire enjoignant à tous les ministres de...

    On comprend bien le dilemme d’Édouard Philippe.

    Il appelle les électeurs à dégager Richard Ferrand du paysage politique, quoiqu'il affirme penser le contraire.

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique