• « Ils s'étaient cotisé pour lui offrir un de ces écrans plasma de plus d'un mètre de diagonale. »
    (Alain Babanini, dans son livre Le Collecteur des quotidiens, aux éditions Lulu.com)

     

     

    FlècheCe que j'en pense


    Dérivé du nom cote (dans son acception de « quote-part imposée à chaque contribuable »), le verbe cotiser est attesté dès le XIVe siècle au sens transitif de « faire contribuer (quelqu'un) pour une quote-part à une dépense commune » (selon le Dictionnaire de l'ancienne langue française de Godefroy), d'où « le soumettre à une taxe, à une contribution » (notez dans cette acception le caractère imposé de ladite cotisation) : « Ils [lui] donnèrent pouvoir et mandement de cottiser et taxer également chaque ville » (Jacques Amyot), « On cotise les personnes à proportion de leurs biens » (Dictionnaire de Furetière). De là l'emploi pronominal réfléchi au sens de « soumettre soi-même à une contribution », d'où « s'engager en commun à payer une somme d'argent » (ladite cotisation passant progressivement d'imposée à volontaire) : « Chacun des confederez se quottiseroit à ce qu'il devroit fournir » (Martin du Bellay), « Ils sont prêts à se cotiser, chacun selon leur fortune » (Chateaubriand).

    Si l'emploi transitif a fini par disparaître (sauf au Canada, si l'on en croit le Dictionnaire historique de la langue française) au profit de la construction indirecte cotiser à, « verser une cotisation » (cotiser à une mutuelle, à un syndicat, à un parti politique), il permet de justifier l'accord du participe passé à la forme pronominale : « Nous nous sommes cotisés pour lui offrir un cadeau » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie), « Les élèves se sont cotisés pour faire un cadeau à leur professeur » (Dictionnaire du français de Josette Rey-Debove), « Ils se sont cotisés » (Hanse, Robert), « Elles se sont cotisées ; ils se sont cotisés » (Office québécois de la langue française). Dans ces exemples, l'analyse est la suivante : ils, elles ont cotisé (comprenez : ont fait contribuer) qui ? se, mis pour eux, elles, complément d'objet direct placé avant le participe passé. L'accord de ce dernier en genre et en nombre avec son COD est donc de rigueur. Encore faut-il, me rétorquera-t-on avec quelque apparence de raison, se rappeler l'ancien sens transitif de cotiser pour parvenir à cette conclusion. Voire. Car on peut tout aussi bien considérer que le pronom se dans se cotiser n'est pas analysable − puisque dans l'usage moderne se cotiser ne signifie plus « cotiser soi-même » (ni, du reste, « cotiser à soi-même ») − et, partant, que le participe passé doit s'accorder avec le sujet.

    Vous l'aurez compris : rien ne justifie l'invariabilité du participe cotisé dans l'affaire qui nous occupe. De là à demander à notre auteur de payer son écot à la langue française...


    Remarque 1 : La distinction entre l'emploi intransitif et l'emploi pronominal de cotiser n'est pas très nette. Ne lit-on pas dans le Larousse en ligne : « Organiser entre soi une collecte de fonds en vue d'une dépense commune ou pour un don : Ses enfants ont cotisé pour lui offrir un cadeau », là où l'on écrirait aussi bien Ses enfants se sont cotisés pour lui offrir un cadeau ?

    Remarque 2 : On notera que le tour se cotiser à plusieurs est considéré par les spécialistes de la langue comme pléonastique, se cotiser impliquant à lui seul l'idée de pluralité (plusieurs personnes réunissent une somme d'argent pour effectuer une dépense commune). Hanse ajoute toutefois qu'« on peut préciser : à deux, etc. »


    Voir également le billet Accord du participe passé des verbes pronominaux

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils s'étaient cotisés pour lui offrir une télévision.

     


    1 commentaire
  • « M. Valls s’est dit confiant que le dossier aboutisse » (à propos du traité de libre-échange CETA entre le Canada et l'Union européenne).
    (Anne Pélouas, sur lemonde.fr, le 12 octobre 2016)

     

    FlècheCe que j'en pense


    L’expression être confiant que est un calque de l'anglais to be confident that, que le locuteur soucieux de sa langue gagnera à remplacer par être persuadé que, avoir bon espoir que, ne pas douter que, croire que, estimer que.

    C'est que, nous explique l'Office québécois de la langue française, l'adjectif confiant, contrairement à son cousin anglais confident, « n'est pas synonyme de convaincu, persuadé et ne peut se construire avec une proposition complétive introduite par que ou avec un infinitif introduit par de ». Méfiance, donc. Cela dit, rien ne l'empêche d'être suivi d’un complément de personne ou de chose, introduit le plus souvent par les prépositions en ou dans (et autrefois de) : « Confiant en son étoile. Confiant dans le succès, dans la justice de sa cause. Confiant à l'égard de ses amis » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie), « Confiant en ses amis » (Robert).

    Mais voilà, renseignements pris, ledit anglicisme se trouve jusque sous des plumes académiciennes : « L'équipe [...] confiante que les trois hommes de la défense feront ce qu'il faut » (Montherlant), « Confiant que ses mânes ne pourraient trouver d'apaisement qu'au contact de la mesure palladienne, le jeune désespéré a choisi pour mourir le temple circulaire » (Dominique Fernandez). Avouez que ça la fiche mal. Si l'on ne peut plus faire confiance aux Immortels...


    Voir également le billet Avoir confiance (en, dans).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    M. Valls se dit confiant dans le fait que (ou, plus légèrement, a bon espoir que) le dossier aboutisse.

     


    votre commentaire
  • « Le candidat [en politique] doit justifier d'une implantation locale préalable et bienvenue [...] Dans ces espaces ruraux, le candidat doit alléguer de son appartenance au monde rural. »
    (Alexandre Niess, dans son ouvrage L'Hérédité en République, paru aux éditions Septentrion)

     

    FlècheCe que j'en pense


    J'en étais resté pour ma part à la construction alléguer quelque chose, que le verbe soit employé au sens didactique de « citer comme autorité, comme preuve à l'appui de ce qu'on affirme » (alléguer un texte de loi, un exemple, un fait) ou au sens plus usuel de « mettre en avant, pour servir d'excuse ou de justification » (alléguer une raison, un motif, un prétexte, un argument) : « N'alléguez plus votre malheureuse incrédulité » (Bossuet).

    Force est cependant de constater que les emplois transitifs indirects dudit verbe ne sont pas rares dans les médias (*). Jugez plutôt : « Pour alléguer d’une "légitime défense individuelle", [la France] devrait fournir la preuve d’une agression imminente » (Le Monde), « [Il] demande 10 000 € de provision au titre de dommages et intérêts, alléguant d'un désarroi psychologique très pénalisant » (Le Figaro), « Londres avait renoncé à l'extrader, alléguant de sa santé fragile [de Pinochet] » (L'Express), « alléger des procédures qui se sont cumulées sur la durée en alléguant d’une meilleure efficacité et compétitivité » (Libération), « Point n’est besoin d’alléguer d’un manque de vision historique » (Contrepoints), « On ne peut pas alléguer d’une certaine immunité dans de telles circonstances » (RFI), « Alléguant d'une méconnaissance du principe d'égalité de traitement entre les candidats, la société [X] a saisi le juge » (Les Échos). Hésitation syntaxique ou effet de style ? Sans doute se trouvera-t-il des historiens de la langue pour alléguer, à la décharge des contrevenants, que notre verbe a pu s'employer autrefois avec la préposition de : « aleghier dou contraire » (Jean Froissart, vers 1400), « Et s'il m'estoit permis d'aleguer de ma rime (Jean Vauquelin de La Fresnaye, XVIe siècle), « Nous pouvons alleguer de ce que ie dy » (Gabriel Chapuis, 1585), « quoy que les subtils Casuistes puissent alleguer du contraire » (François Langlois, 1625). Mais ça, c'était il y a longtemps. De nos jours, la tentation du tour indirect s'explique sans doute par l'influence de verbes sémantiquement proches qui supportent les deux constructions. Que l'on songe à prétexter qui, au sens d'« alléguer comme prétexte », se rencontre parfois (surtout dans la langue littéraire ?) avec la préposition de − « Minoret prétexta de sa fatigue pour se retirer » (Balzac), « On peut toujours prétexter d'un détail » (Jules Romains), « Il avait fait une première visite à Gousenberg, prétextant de sa curiosité pour certaines traductions de commentaires musicaux » (Jacques Chessex) − ou encore, à l'instar de l'affaire qui nous occupe, à justifier, lequel présente la particularité de pouvoir se construire avec un complément d'objet direct au sens général de « faire admettre quelque chose, en établir le bien-fondé, la nécessité » ou avec un complément d'objet indirect au sens juridico-administratif de « apporter la preuve matérielle de quelque chose » − comparez : justifier des dépenses personnelles (les présenter comme légitimes en fournissant des arguments) et justifier de ses dépenses (en rendre un compte précis, avec reçus à l'appui).

    Il n'empêche, ces allégations ne sauraient constituer une excuse. Aussi mieux vaut-il s'en tenir à la construction transitive directe si l'on veut éviter d'être pris en flagrant délit de solécisme.

    (*) On en trouve trace jusque dans un dictionnaire : « Alléguer de : avancer comme justification, prétexter de. Alléguer de diverses raisons [!] » (Dictionnaire encyclopédique Auzou, 2015).

    Remarque 1 : Emprunté du latin allegare (« envoyer quelqu'un [en mission] », puis « produire comme preuve »), alléguer s'est employé autrefois avec un objet direct de personne : « Je pourrais ici alléguer cet illustre prélat qui [...] » (Bossuet). De nos jours, on dira plus couramment en ce sens : citer quelqu'un.

    Remarque 2 : Attention dans la conjugaison à l'accent, tantôt grave, tantôt aigu : j'allègue, nous alléguons ; il alléguera (orthographe traditionnelle) ou il allèguera (orthographe rectifiée).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Tout dépend du sens souhaité : Il doit justifier de son appartenance au monde rural (= en apporter la preuve matérielle) ou Il doit alléguer son appartenance au monde rural (= la mettre en avant pour se justifier).

     


    votre commentaire
  • « E. Leclerc met la barre haute avec des prix si bas ! »
    (prospectus des enseignes E. Leclerc, octobre 2016)

     

     

     

     

    FlècheCe que j'en pense


    Il faut croire que les Français ne parviennent plus guère à différencier l'adjectif, dans son rôle traditionnel d'attribut ou d'épithète, de l'adjectif occasionnellement employé comme adverbe. Les spécialistes appelés à la barre sont pourtant unanimes : haut, dans mettre, placer la barre haut, a valeur d'adverbe et reste donc invariable. Comparez : La barre est trop haute (où haute est adjectif attribut) et « Il y a peu de candidats reçus, la barre était placée trop haut. Le perchiste a fait placer la barre un peu plus haut. Placer la barre très haut, trop haut » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie), « Placer haut la barre. Placer trop haut la barre » (Larousse), « Placer la barre trop haut, trop bas » (Robert), « Ils avaient placé la barre trop haut » (Office québécois de la langue française), avec haut en emploi adverbial.

    Pourquoi cette différence de traitement, me demandera-t-on aussi sec ? C'est là que les ennuis commencent. Car enfin, il faut bien reconnaître, à la décharge des contrevenants, que les explications, en la matière, ne brillent pas toujours par leur clarté. Ainsi de celles de Florian Lévy sur son site N'ayons plus peur des mots  : « La barre est donc haut placée (à un haut niveau), indépendamment de la taille de ladite barre, que celle-ci soit basse ou haute. » Si l'intention est louable − signifier que haut ne se rapporte pas ici au nom barre (comme adjectif), mais bien au verbe placer (dont il précise le sens en tant qu'adverbe) −, on est fondé à se demander à quoi la taille d'une barre peut bien correspondre... Le malaise est tel que certains en viennent carrément à se demander si l'invariabilité ne devrait pas être de rigueur dans la barre est haute, sous le prétexte qu'il s'agirait là aussi d'un emploi adverbial de haut au sens de « en position haute » − une barre (horizontale) ne pouvant guère être qualifiée, au regard de ses dimensions, que de longue. Bigre ! C'est oublier un peu vite, me semble-t-il, que l'adjectif haut peut s'entendre au sens de « (qui est) au-dessus d'un certain niveau ou d'un certain degré de référence, dans une position élevée », comme dans les nuages sont hauts, les branches sont hautes (1). Autrement dit, et c'est là toute la subtilité de l'affaire, notre fameuse barre, après avoir été placée haut (adverbe), peut se voir correctement qualifiée de haute (adjectif).

    Mais voilà que Goosse, désormais seul à la barre du Bon Usage depuis le disparition de Grevisse, vient semer le trouble en écrivant : « Bas et haut indiquant la position sont traités ordinairement comme des adjectifs quand ils sont placés à la suite des noms, alors qu'ils sont invariables si la construction est différente » − que l'on songe à porter la tête haute et porter haut la tête. Re-bigre ! Le linguiste belge a beau ne pas évoquer le cas particulier de notre expression, doit-on comprendre qu'il conviendrait de distinguer mettre, placer la barre haute de mettre, placer haut la barre ? Tel n'est manifestement pas l'avis des ouvrages de référence précédemment cités (2).

    Dans le doute, il est toujours possible de s'en tenir à la graphie mettre, placer haut la barre, qui a le mérite de mettre d'accord les experts les plus haut placés. Point barre !

    (1) L'invariabilité, bien que rare dans ce cas, n'en est pas moins attestée. Citons : « La pleine lune qu'on voit, quand elle monte à l'horizon, [...] bien qu'on la saisisse avec le même angle de vue, est tenue pour plus éloignée, donc pour plus grande que lorsqu'elle est haut dans le ciel » (Michel Foucault traduisant Emmanuel Kant), « Ceux qui sont haut dans la hiérarchie » (Malika Sorel-Sutter).

    (2) Cette distinction se trouve toutefois dans le Dictionnaire des expressions et tournures calquées sur l'anglais (2006) de Michel Parmentier : « lever / mettre la barre haute ; lever / mettre haut la barre. »

    Remarque 1 : Selon l'Académie, notre expression tirerait son origine du vocabulaire sportif, par allusion au saut en hauteur (ou au saut à la perche), où il n'aura échappé à personne que la barre est d'autant plus difficile à franchir qu'elle est placée à une hauteur élevée. De là le sens figuré de « réaliser une performance dont le niveau sera très difficile à atteindre ou à dépasser », « assigner à quelqu'un une tâche difficile à accomplir, un défi difficile à relever, des objectifs ambitieux ». Pour Michel Parmentier, il s'agit surtout d'un anglicisme (to raise, to set the bar high).

    Remarque 2 : Voir également les billets Haut et Adjectifs employés adverbialement.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    E. Leclerc met la barre haut (ou met haut la barre) avec des prix bas.

     


    votre commentaire
  • « Je suis prêt à parier qu'ils vont se tenir tranquille. »
    (Jean-Christophe Ruffin, dans son roman Le Parfum d'Adam, paru aux éditions Flammarion)

     

     

    FlècheCe que j'en pense


    Il n'est pas rare, en français, de voir des adjectifs modifier non pas un nom, mais un verbe. Que l'on songe à bas, beau, bon, cher, clair, court, doux, droit, dru, dur, faux, fin, fort, franc, gras, haut, juste, lourd, net, ras, sec... dans sentir bon, coûter cher, voir clair, filer doux, tomber dru, travailler dur, chanter faux, parler fort, raisonner juste, etc. Employés comme adverbes, ces adjectifs restent invariables : Ces fleurs sentent bon. Ils parlent trop fort. Elles ont vu juste. Mais il est des cas où le choix est possible entre l'accord et l'invariabilité selon que l'on considère que l'adjectif se rapporte au nom (il est alors attribut) ou au verbe (il est alors adverbe). Comparez : Elle marche droite (droite, adjectif attribut, se rapporte ici au sujet : elle marche en étant droite, en tenant le corps droit) et Elle marche droit (droit, employé comme adverbe, se rapporte ici au verbe : elle marche en ligne droite ou, au figuré, conformément à la discipline imposée).

    Seulement voilà, tranquille ne fait pas partie des listes − certes non exhaustives − d'adjectifs tenant occasionnellement lieu d'adverbes, que l'on trouve dans la plupart des ouvrages de référence. C'est que, partout, l'intéressé n'est envisagé que comme un pur adjectif : « L'excellence de ces chevaux barbes consiste [...] à se tenir tranquilles » (Encyclopédie de Diderot et d'Alembert), « Les enfants, restez tranquilles ! » (Robert), « Laisse-nous tranquilles ! » (Larousse), « Nous vivions tranquilles jusqu'à tout récemment » (Office québécois de la langue française). Le TLFi fait toutefois une exception pour les expressions dormir, partir tranquille, où tranquille serait employé « avec [une] valeur adverbiale ». L'argument mériterait d'être précisé, car je suppose que la thèse ici soutenue (à tort ou à raison) est que tranquille dans dormir, partir tranquille peut caractériser soit la manière dont la personne dort, part (dans ce cas, il est interchangeable avec tranquillement), soit l'état de la personne pendant qu'elle dort, part (dans ce cas, il est attribut). Toujours est-il que l'accord prévaut nettement chez les écrivains, quel que soit le verbe envisagé : (avec dormir) « Nous pouvons dormir tranquilles » (Alexandre Dumas, Anatole France, Henri Bosco), « Comment dormir tranquilles maintenant ! » (Guy de Maupassant), « Pouvoir enfin dormir tranquilles » (Blaise Cendrars), « Dormez tranquilles, bonnes gens » (Boualem Sansal), « Ils peuvent dormir tranquilles » (Philippe Claudel) ; (avec partir) « Que ces messieurs partent tranquilles » (Alexandre Dumas), « Elles partaient tranquilles, mais perdues » (Maxime Du Camp), « Il faut nous laisser partir tranquilles » (Léo Mallet), « De lointains défunts partis tranquilles » (Boualem Sansal) ; (avec laisser) « On nous laisse tranquilles jusqu'à présent » (Voltaire), « Malin a trop de remords pour vous laisser tranquilles » (Balzac), « Qu'il nous laisse tranquilles » (Musset, Céline), « Isambart les laissa tranquilles » (Flaubert), « Mon Dieu, si elle pouvait nous laisser tranquilles » (Proust), « Je le prie de nous laisser tranquilles » (Colette), « Il laissait tranquilles ses victimes » (Mauriac), « Si on les laisse tranquilles » (Pagnol), « Qu'on les laisse tranquilles » (Malraux) ; (avec se tenir) « Les adeptes font fort bien de se tenir tranquilles » (Voltaire), « On nous enjoignit de nous tenir tranquilles » (Gérard de Nerval), « Autant eût valu conseiller aux vagues [...] de se tenir tranquilles dans leur lit de sable » (Théophile Gautier), « Qu'ils se tiennent tranquilles ! » (Romain Rolland), « Tâchez de bien écouter et de vous tenir tranquilles » (Alfred Jarry), « Si les enfants veulent bien se tenir tranquilles » (Georges Duhamel), « Pour qu'ils se tiennent tranquilles » (Erik Orsenna, Marie Darrieussecq) ; (avec rester) « Ils se firent même un mérite de rester tranquilles » (Voltaire), « Toutes les autres restent tranquilles » (Rousseau), « Mes jambes n'aiment pas à rester tranquilles » (comtesse de Ségur), « On y discutait publiquement la chose pour se battre ou pour rester tranquilles » (Hugo), « Ils sont forcés de rester tranquilles » (Hervé Bazin).

    D'aucuns, procédant volontiers par analogie, objecteront que le choix est pourtant possible entre elle se tient droit et elle se tient droite. Voire. Car, contrairement à ce que l'on croit souvent, droit dans se tenir (ou rester) droit est présenté par la majorité des spécialistes comme pleinement adjectif et donc variable : « Mesdemoiselles, tenez-vous droites (et non droit) » (Thomas), « Ces fillettes se tiennent droites » (Girodet), « Tenez-vous droits ! » (Bescherelle), « Droit est adjectif notamment dans se tenir droit, droite » (Hanse), « On dit avec droit adjectif : Se tenir droit, rester droitdroit s'applique au corps de la personne sujet du verbe » (Dupré). Seul Grevisse, que l'on sait prompt à l'indulgence, signale les deux analyses : « Droit dans se tenir droit est traité comme un adjectif attribut ou comme un adverbe. » Voilà qui est pour le moins étonnant. Car enfin, droit n'est adverbe et invariable, d'après les dictionnaires usuels, que quand il signifie « en ligne droite, directement, sans détour », au propre (aller droit devant soi) comme au figuré (aller droit au but). Rien de tout cela dans se tenir droit. Aussi bien l'auteur du Bon Usage est-il obligé de reconnaître que les exemples d'invariabilité sont peu fréquents dans la littérature. Citons : « Elle se tenait très droit » (Balzac [1]), « Elle se tient droit comme un lys » (Francis Jammes), « C'était ce temps où les hommes se tenaient droit » (Jean Pérol). Une question brûle toutes les lèvres : viendrait-il à l'idée de ces auteurs d'écrire elle se tenait courbé (comme un arc) ?

    Vous l'aurez compris, en dehors des expressions usuelles évoquées en début de billet, mieux vaut encore réserver l'adjectif à son emploi d'attribut ou d'épithète et recourir, quand cela est possible (2), à l'adverbe en -ment lorsqu'il s'agit de modifier le sens du verbe. On écrira par exemple : elles dorment tranquillement (= d'un sommeil tranquille) ou elles dorment tranquilles (= elles dorment et elles sont tranquilles en dormant), de préférence à elles dorment tranquille. Histoire d'avoir la conscience grammaticale tranquille.

    (1) Je n'ai pu consulter l'édition originale (1832) de la nouvelle Les Célibataires (devenue Le Curé de Tours), dont est extraite ladite phrase citée par Grevisse ; c'est toutefois la graphie droite qui figure dans une édition de 1834. On relève les mêmes hésitations dans les éditions successives d'autres œuvres de Balzac : « Madame de Reybert, née de Corroy, se tenait droit [ou droite] comme un piquet » (Un début dans la vie), « Elle pleurait comme une Madeleine, sans faire de bruit, et se tenait droit [ou droite] comme un piquet » (La Duchesse de Langeais).

    (2) Parfois, l'adjectif remplace un adverbe qui n'existe pas ou qui a pris un sens différent. Ainsi, il n'est que trop clair que parler bas n'équivaut plus à parler bassement.

    Remarque 1 : Hanse observe que « ces adjectifs employés adverbialement sont généralement courts ». Est-ce la raison pour laquelle tranquille, avec ses trois syllabes, est resté sur le banc de touche ? Voire. Car profond, lui, a réussi à creuser son trou.

    Remarque 2 : En dehors des expressions consacrées, l’emploi d’un adjectif pour compléter le sens d’un verbe relève le plus souvent de nos jours de la langue familière (Ça déchire grave) ou publicitaire (Acheter malin).

    Remarque 3 : Voir également le billet Adjectifs employés adverbialement.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils vont se tenir tranquilles.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique