• Ils peuvent bien se brosser !

    « Qui est donc Cécile Bourgeon, la mère de Fiona ? [...] Des experts ont dressé le portrait psychologique de l’accusée. »
    (paru sur francetvinfo.fr, le 7 février 2018)

     

     

      FlècheCe que j'en pense


    Un récent avertissement publié sous la rubrique Dire, ne pas dire de l'Académie française me laisse pour le moins perplexe : « On se gardera de confondre ces deux verbes [brosser et dresser] et l’on se souviendra que l’on ne dresse pas un portrait mais qu’on le brosse. » Que la commission du Dictionnaire de l'Académie ne s'applique-t-elle à elle-même ses propres recommandations ! Car enfin, ne lit-on pas dans les archives de ladite rubrique : « Martial dans ses Épigrammes (II, 7) dresse le portrait railleur d’un plaisant ardélion » (article Ardelions et fâcheux, daté du 5 décembre 2013) et « Dans Le Rhin, Hugo dresse un portrait peu flatteur des bedeaux » (article Bouddha, bedeau, publié le 1er décembre 2016) ? Le tour dresser le portrait (ou le tableau) se trouve, du reste, à l'entrée « présentation » de la neuvième édition du Dictionnaire lui-même : « Un discours [...] qui dresse le portrait rapide d'une personne, d'un invité » et jusque sous la plume (j'allais écrire : le pinceau) de nombreux académiciens : « Ce tableau de l’Univers physique et moral, dressé soi-disant d’après elle » (Paul Bourget, 1914), « Il y a peut-être là-haut quelque officier supérieur [...] qui dresse le tableau d’ensemble » (Louis Gillet, 1939), « Elle a ainsi dressé un portrait complet, plein de nuances. de ce vaillant soldat » (Georges Lecomte, 1955), « J’admire que [...] vous en ayez dressé un portrait d’une telle vie, d’une telle ressemblance » (Jacques Chastenet, 1962), « La loi du genre veut [...] que je dresse de vous, avec votre consentement, un portrait auquel vous aurez désormais l’obligation de ressembler » (Maurice Druon, 1977), « Félix Houphouët-Boigny, dont Pierre Messmer, dans ses mémoires, a dressé un portrait chaleureux » (Simone Veil, 2010), « Elle dresse le portrait de son "oncle Charles" » (Max Gallo, 2011), « Mme Aubenas dresse un portrait de la France telle qu’elle existe loin de tout rêve » (Jean-Christophe Rufin, 2015), « [Ils] ont dressé le 21 juillet, dans l’église Saint-Étienne-du-Mont, un magnifique portrait de cette force de la nature » (Pierre Rosenberg, 2017) (*). Allez comprendre...

    Que l'on ne se méprenne pas : loin de moi l'intention d'émettre la moindre réserve sur l'expression consacrée brosser le portrait, où brosser − qui signifie proprement, en termes de peinture, « peindre à la brosse par larges touches », puis « faire une ébauche rapide » − est employé au sens figuré de « décrire dans les grandes lignes, à larges traits » : « Je me chargerais, si je n'avais pas des choses moins importantes à faire, de "brosser", comme eût dit M. Cuvillier Fleury, d'après Sainte-Beuve, un "Tableau de la Littérature Française au XIXsiècle" » (Proust), « La peinture qu'il brossait de la bourgeoisie paysanne » (Maurois). Il se trouve simplement, et c'est là mon propos, que je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas aussi bien dire : dresser le portrait. Rappelons ici que le verbe dresser, quand il aurait d'ordinaire pour complément d'objet « un bilan, un constat, une liste, un inventaire » (avec le sens de « exécuter, établir »), « un acte, un contrat, un procès-verbal, une contravention » (avec le sens de « rédiger dans la forme prescrite »), ne dédaigne pas à l'occasion la compagnie d'un plan, d'une carte ou de toute représentation, écrite ou dessinée, exigeant soin et précision dans son exécution : « Tracer ou mettre par écrit. Dresser le plan d'un ouvrage, une carte de géographie, un tableau statistique » (Littré), « Dresser le plan d'un ouvrage, une carte de géographie, un arbre généalogique » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie). Rien que de très compatible, vous en conviendrez, avec le mot portrait, dont les dictionnaires historiques nous apprennent qu'il s'est dit autrefois (disons, en brossant large, entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIIe siècle) pour « plan, projet » (Dictionnaire de l'ancienne langue française de Frédéric Godefroy), « forme, figure, plan, disposition » (Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle d'Edmont Huguet). Aussi ne s'étonnera-t-on pas de trouver des attestations du tour dresser le portrait dans la langue des architectes, des sculpteurs et des peintres du XVIe et du XVIIe siècle : « [Un présent] où il y aura une Royne, assize en une chaire [...], et au-devant il y aura un lyon, le tout en or, selon les pourtraictz qu'en ont esté dressez et baillez audit Jean de la Barre, orfèvre de Lyon » (Archives municipales de Lyon, 1548), « Le roi ayant vu le pourtraict dressé par Jean Portinaris des murs qu'il entend faire construire » (Registre des délibérations de la ville de Paris, 1551), « Le 5 juin 1559, les consuls ordonnèrent la construction du pont "suyvant le portrait dressé par Me Olivier Rolan, maître ingényeur du Roy" » (Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, 1875), « Palingene [...] en vers latins en dressa le portrait » (Pierre Tamisier, XVIe siècle), « Afin de dresser le pourtraict entier de la deesse Venus » (Les Amoureux brandons, avant 1606), « Un trou rond de remplissaige de pierre de taille bien accommodé et eslabouré avec ouvraige en la mesme forme qu'a esté dressé le pourtraict par [l'architecte] » (Bulletin de la Société d'agriculture de la Lozère, 1865, citant un texte daté de 1608), « Praxitele dressa le pourtraict de Venus Gnidienne, sur la ressemblance d'une Cratine son amoureuse » (Sébastien Roulliard, 1609), « C'est imiter l'ignorance d'un peintre malavisé, qui ayant entrepris de dessigner le visage d'une dame excellente en beauté [...] attendroit qu'elle fust avancée en aage, pour en dresser le pourtraict » (Denis Pétau, 1645). Autant dire que le terrain était préparé de longue date pour l'entrée en scène de l'emploi figuré moderne.

    Récapitulons d'un trait : voilà une expression qui est attestée (au sens propre) depuis au moins 1548 − quand brosser le portrait date au mieux du milieu du XIXe siècle −, qui est d'usage courant (par métaphore, dans le domaine de l'expression verbale) en français contemporain, qui a la caution de nombreux académiciens... et qui continue d'être ignorée par les ouvrages de référence ! Est-il besoin de vous faire un dessin ?

    (*) Et plus largement : « Les chapitres 8 à 11 dressent le portrait linguistique actuel du français en Belgique » (Le Français moderne, 1998), « Nul chroniqueur n'a éprouvé le besoin de nous en dresser un portrait [de Jeanne d'Arc], même fort peu détaillé » (Colette Beaune), « Un livre [...] qui dresse le portrait savoureux des politiques et des écrivains de son temps » (Luc Ferry), « Jarry, [...] dont j'ai à deux reprises dans mes ouvrages dressé le portrait » (Yann Moix), « Dans un livre de souvenirs [...], Théodore de Banville dresse un portrait en pied de la négresse Jeanne, la maîtresse de Baudelaire » (Simon Liberati).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Des experts ont brossé le portrait psychologique de l’accusée (selon le Dictionnaire de l'Académie).
    On dira aussi bien : fait ou (selon moi) dressé.

     


    1 commentaire
  • « Fabrice Nicolino, journaliste survivant du 7 janvier, a ensuite dressé à la mi novembre un portrait dévastateur du patron de Médiapart Edwy Plenel, connu pour son soutien aux musulmans de France. Riposte de celui-ci : "Charlie se fourvoit dans sa détestation du journalisme d'enquête et de la France multiculturelle". »
    (paru sur tv5monde.com, le 7 janvier 2018)
    Edwy Plenel (photo Wikipédia sous licence GFDL par Thesupermat) 

     

      FlècheCe que j'en pense


    J'en étais resté, pour ma part, au verbe fourvoyer, lequel est du premier groupe et se conjugue comme nettoyer : je fourvoie, il fourvoie ; je fourvoierai, il fourvoiera (notez le e muet à l'indicatif futur). C'est que l'intéressé n'a rien à voir avec... voir, justement, mais bien plutôt avec voie, ici associé au préfixe for- (on a d'abord écrit forvoyer, au XIIe siècle), qui est de même origine que fors (du latin foris, « dehors ») et qui exprime « exclusion, éloignement, abandon de la ligne tracée » (Dictionnaire d'étymologie française d'Auguste Scheler, 1862). Fourvoyer signifie donc proprement « conduire hors du bon chemin, égarer » (Ce guide nous a fourvoyés. Nous nous sommes fourvoyés au carrefour), d'où le sens figuré de « induire en erreur, tromper » (Les mauvais exemples l'ont fourvoyé), surtout vivant à la forme pronominale (Elle s'est fourvoyée dans une entreprise dangereuse).

    À la décharge de notre journaliste, reconnaissons que la confusion avec la conjugaison de voir (ou, plus précisément, de pourvoir) ne date pas d'hier. On en retrouve trace, par exemple, dans A Dictionarie of the French and English Tongues (1611) de Randle Cotgrave (« Il ne se fourvoit point qui à bon hostel va »), dans une édition de 1681 du Traité de l'amour de Dieu de François de Sales (« S'il ne se fourvoit point »), ainsi que dans le numéro de février 1774 du Mercure de France, où figure une citation très approximative d'un poème de Baïf (« Le cours réglé des années / Se fourvoit errant de travers », au lieu de « Le cours déréglé des années / Se fourvoie errant de travers ») (*). De là à soupçonner l'existence d'un hypothétique verbe fourvoir, il n'y avait qu'un pas, que Jean-Baptiste-Bonaventure Roquefort s'est empressé de franchir dans son Glossaire de la langue romane (1808) : « Fourvoir, fourvoyer : s'égarer, sortir de la voie, courir çà et là. » Voilà qui n'est pas banal ! Renseignements pris, et sauf erreur de ma part, ladite variante n'est attestée dans aucun autre dictionnaire d'ancienne langue. Le sieur Roquefort se serait-il... fourvoyé ? Tout porte à le croire, même s'il me faut confesser en avoir relevé une occurrence dans les remontrances adressées au roi par le Parlement le 11 mai 1561 : « Voyant aulcuns se fourvoir et se séparer de la religion vraye » et une autre (mais est-ce vraiment significatif ?) dans un texte d'Orlando de Rudder rédigé en 1986 à la manière du XVIIe siècle : « Hélas, j'eus le tort de me fourvoir d'un mot qu'un exempt entendit. »

    Oyez oyez, qu'on se le dise : la forme fourvoir − encore aperçue en 1995 dans un ouvrage de Jean Clinquart, ancien directeur des douanes (« sans risque de se fourvoir »), et entendue pas plus tard que la semaine dernière dans la bouche de Christophe Willem, au cours de l'émission Destination Eurovision − m'a tout l'air d'être un authentique barbarisme. Mieux vaut donc passer son chemin.

    (*) Et plus près de nous : « Une identité langagière qui [...] se fourvoit dans les mêmes impasses qu'auparavant » (Serge Salaün, 1993), « Tu te fourvois avec cette femme » (Katherine Pancol, 2009), « Le prisme des passions et des vices les fourvoit et déforme leur vision des choses » (Natalia Leclerc et Anouk Jurado, 2010).

    Remarque : Le préfixe for- se trouve également dans forban, forclore, forfaire, forfait (ainsi que dans forbours, forfiler et forsfuyant, refaits en faubourg, faufiler et faux-fuyant par fausse étymologie) et, sous sa forme four-, dans fourbu (de l'ancien verbe forboire).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Charlie se fourvoie dans sa détestation du journalisme d'enquête.

     


    votre commentaire
  • « Je ne peins pas, je ne joue pas de piano. »
    (Philippe Sollers, dans son roman Médium, paru chez Gallimard)

     

     

      FlècheCe que j'en pense


    L'Académie nous le serine depuis belle lurette : « Jouer, suivi du nom de l'instrument avec lequel on joue [comprenez : dont on se sert], demande une préposition » (quatrième édition de son Dictionnaire, 1762). Que l'on songe à : jouer avec une raquette, jouer du couteau, jouer du bâton, etc. Quand l'instrument en question est spécialement conçu pour produire des sons, c'est la préposition de qui donne de la voix : jouer du piano, de la harpe, de toutes sortes de percussions pour « se servir (ou savoir se servir), selon les règles de l'art, d'un piano, d'une harpe, de toutes sortes de percussions ».

    Seulement voilà : plus d'un usager se laisse abuser par le du de jouer du piano, croyant avoir affaire à l'article partitif (le du de manger du pain) là où il n'est question que de la contraction de la préposition de et de l'article défini le (employé ici avec une valeur générique). La confusion, quand elle ne prêterait pas à conséquence en phrase affirmative simple, est perceptible en tournure négative, dans la mesure où l'article partitif (du, de la, de l', des) − contrairement à l'article défini (le, la, l', les) − est alors remplacé tambour battant par la forme réduite de (ou d') devant un complément d’objet direct. Comparez : Il mange du pain → Il ne mange pas de pain et Il joue du piano → Il ne joue pas du piano (comme on dirait : Il ne parle pas du piano). Force est, hélas ! de constater qu'à ce petit jeu nos écrivains ne sont pas les derniers à faire des fausses notes. Jugez-en plutôt : « Enfin, au rez-de-chaussée, il y a moi, qui ne crie point, qui ne joue pas de piano » (Colette), « Je ne joue pas de piano, pour ne pas offrir de prise à la curiosité indiscrète et ennuyée » (Romain Rolland), « Je ne joue pas de mandoline. Je joue de la guitare » (Annie Saumont) (*). Aussi la commission du Dictionnaire de l'Académie s'est-elle récemment fendue d'un avertissement, histoire de mettre tout le monde au diapason : « [On écrit :] Je joue (ne joue pas) du piano, de l’orgue, des castagnettes, de la clarinette. »

    Autant pisser dans un violon ! Car enfin, il faut bien reconnaître, à la décharge de tous ceux qui s'y sont laissé prendre, que la tentation du de est d'autant plus grande que, jouer devenant transitif direct quand il signifie « exécuter un air, interpréter un morceau de musique », on dira très correctement avec l'article partitif : Il joue de la musique → Il ne joue pas de musique. J'en viens d'ailleurs à me demander si certains ne procèdent pas inconsciemment à l'ellipse de Il ne joue pas de (morceau de) piano quand ils s'aventurent à substituer de à du devant ledit nom d'instrument. On peut encore invoquer le rôle que joue vraisemblablement dans cette affaire le tour faire suivi d'un complément d'objet direct déterminé par un article partitif, qui signifie « exercer une activité de façon régulière ou durable, s'adonner à une pratique déterminée » : Il fait du piano, il fait de la musique → Il ne fait pas de piano, il ne fait pas de musique.

    Vous l'aurez compris : on a beau répéter la règle à cor et à cri, on a beau sonner les cloches des contrevenants, rien n'y fait. Il se trouvera toujours des oreilles rétives (des esprits qui raisonnent comme des tambours, diront les mauvaises langues) pour refuser de jouer le jeu et continuer de réanalyser les constructions du type jouer du piano en jouer + article partitif + nom de l'instrument, sous l'influence des emplois transitifs directs de jouer (de la musique) et de faire (du piano). Flûte alors !

    (*) À comparer avec : « Il est vrai qu'elle ne joue pas du violon, et qu'elle ne chante point » (Voltaire),  « Et surtout qu'on ne joue pas du violon tandis que [...] » (Restif de La Bretonne), « Une fille bien élevée [qui] n'a pas de rivale au monde pour les travaux d'aiguille et ne joue pas du piano » (Théophile Gautier), « Est-ce que je ne joue pas du violon pour de l'argent ? » (Alphonse Karr), « Personne, dans les collèges, n'apprend plus à jouer du piano ni du violon » (Pierre Gaxotte), « Ici, quand je suis seule, je ne joue pas du piano » (Marguerite Duras), « Aujourd'hui encore, que je ne joue pas du piano et n'en jouerai jamais, cela me suffoque » (Jonathan Littell).

    Remarque 1 : Les spécialistes ont beau connaître la musique grammaticale, ils peinent à accorder leurs violons sur la question de la fonction du nom complément. Si la plupart y voient un COI, Robert fait entendre une mélodie toute personnelle en présentant jouer dans l'acception qui nous occupe non pas comme un verbe transitif indirect, mais comme un « verbe intransitif (+ préposition) ». Aussi bien, il n'y a là rien d'étonnant, quand on sait à quel point la frontière entre complément d'objet indirect et complément circonstanciel (en l'espèce, de moyen, d'instrument ?) est ténue. Quelle que soit l'analyse envisagée, on retiendra que jouer se construit régulièrement avec la préposition de devant le nom d'un instrument de musique : Il joue de la batterie et de toutes sortes de percussions. De quel instrument joue-t-il ? La guitare dont il joue fort bien. Que veux-tu que je fasse de ton violon ? J'en joue si mal. Pour autant, l'honnêteté m'oblige à préciser, quand cela ne ferait qu'ajouter à la cacophonie, que le tour transitif direct est attesté de longue date ; c'est du moins ce que laisse entendre le Dictionnaire du moyen français, lequel consigne les deux constructions « jouer (d') (un instrument de musique) »... mais ne cite que des exemples avec la préposition : « Orpheüs jouoit de la lire / Mieus qu'homme ne le porroit dire » (Guillaume de Machaut, vers 1361), « On joua des orgues en l'église » (Olivier de La Marche, XVe siècle), etc. Il faut attendre le XVIIIe siècle, me semble-t-il, pour trouver des occurrences de jouer sans devraisemblablement comme calque de l'anglais to play the piano (the violin...) ou comme ellipse de jouer (la partie de) tel instrument : « L'Art de jouer le violon » (traduction de The Art of playing on the violin, titre de la méthode de Francesco Geminiani, 1751), « On joue la flûte en la tenant entre les doigts dans une position horizontale » (Nouveau Dictionnaire universel des arts et métiers, 1829), « Il compose et joue bien le violon » (lettre de Ferdinand Friedland à Hector Berlioz, 1846), « Comme il joue bien la clarinette ! C'est presque un aveugle ! » (Villiers de Lisle-Adam, avant 1889), « L'artiste qui joue la flûte » (Amédée Beaujean, 1875, dans son Abrégé du Dictionnaire d'Émile Littré, là où ce dernier écrivait plus correctement : « L'artiste qui exécute la partie de la flûte traversière dans une symphonie »). Me laisse en revanche sans voix cette observation de Michel Pougeoise dans son Dictionnaire de grammaire et des difficultés grammaticales (1998) : « L'infinitif d'un verbe transitif peut avoir un C.O.D. : Sucer un bonbon. Déguster un mets. Lire un roman. Jouer du piano. » Comprenne qui pourra !

    Remarque 2 : Thomas et Girodet tiennent à ce que l'on dise : sonner (du cor, de la trompe, de la trompette, du clairon), battre (du tambour, des cymbales ou le tambour, les cymbales), pincer (de la guitare, de la harpe), de préférence à jouer. Ces considérations, pourtant, étaient déjà présentées comme désuètes par Littré : « Autrefois il y avait un verbe particulier pour chaque instrument [...]. Aujourd'hui, jouer se dit de toute espèce d'instruments. »
     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Je ne joue pas du piano.

     


    votre commentaire
  • « Tes bras tu as ouvert. »
    (Matt Marvane, dans sa chanson Christ est la lumière)

     

     

      FlècheCe que j'en pense


    Un correspondant me demande si, dans ce texte d'une chanson de Matt Marvane, jeune pasteur dijonnais à qui le monde de la musique chrétienne contemporaine tend les bras, il ne faudrait pas « mettre un "s" à ouvert, puisque le COD est placé devant ». La question est intéressante : l'antéposition à seule fin stylistique (poétique, en l'occurrence) du complément d'objet direct modifie-t-elle l'accord du participe passé ?

    Commençons par rappeler qu'en français moderne ledit complément d'objet direct, quand il est ainsi rejeté à bout de bras en tête de phrase pour être mis en relief, doit normalement être suivi d'une pause et repris par un pronom placé entre le sujet et le verbe : Tu as ouvert tes bras → Tes bras, tu les as ouverts ; la relation étroite entre le verbe et son objet direct antéposé (rappelé par le pronom personnel) est alors soulignée par l'accord du participe passé conjugué avec avoir. Mais il arrive − « moins rarement que ne le disent certains grammairiens » (1), si l'on en croit Goosse, le bras droit de Grevisse − que des auteurs s'affranchissent de ce pronom de rappel, par archaïsme, par emphase, par licence poétique, par imitation de la langue parlée ou, plus généralement, par recherche d'un effet de style que ne renieraient ni le Monsieur Jourdain de Molière ni le Maître Yoda de Star Wars. Pour preuve ces exemples à divers ouvrages de référence empruntés : « Une pointe de ce compas il appuie au centre » (Chateaubriand traduisant Milton), « Affaire de bottes nous avons, affaire de fraises » (Musset), « Un joli attrapage, vous allez voir ! » (Zola), « Écrire un traité, il n’osait. Construire un drame, il ne savait » (Pierre Louÿs), « Une seule chose il voyait » (Romain Rolland), « Une rude langue il avait, ce Créquine » (Maurice Genevoix), « Toute une ceinture de douros pour dépenser à la guerre, il avait » (Jean Paulhan), « Ah ! oui, de jolis parents j'ai là ! » (Georges Bernanos), « Un grand troupeau de pleurnicheurs ils formaient » (Louis-Ferdinand Céline). Dans ce cas, précise Jacques Drillon, mettre de virgule il ne faut pas (2).

    Fréquent dans l'ancienne langue, dont la syntaxe était plus libre, ce phénomène d'antéposition de l'objet direct au groupe sujet-verbe (sans reprise pronominale) s'observe encore dans les vers de nos classiques. Comparez : « Les chars [viandes] crues ils mettent entre leur celles » (Jean de Joinville, vers 1309) et « Puis en autant de parts le cerf il dépeça » (La Fontaine, 1668) (3). Selon les besoins de la rime et les exigences de la versification, l'objet direct pouvait être déplacé, non pas forcément au début de la proposition, mais directement devant le verbe ou l'infinitif complément (4) : « Un courage élevé toute peine surmonte » (Malherbe) ; « L'envie en un moment tous nos desseins détruit » (Honorat de Bueil de Racan) ; « Un juge mantouan belle femme épousa », « N'en puis-je donc, messieurs, un gros [poisson] interroger ? », « Le pauvre Eschyle ainsi sut ses jours avancer » (La Fontaine) ; « Vous direz à celui qui vous a fait venir / Que je ne lui saurais ma parole tenir » (Molière) ; « Et si quelque bonheur nos armes accompagne » (Racine). Aux temps composés conjugués avec avoir, on le trouvait souvent, les bras ballants, entre l'auxiliaire et le participe passé : « Il a par sa valeur cent provinces conquises » (Malherbe) ; « Le seul amour de Rome a sa main animée », « Aucun étonnement n'a leur gloire flétrie » (Corneille) ; « J'ai maints chapitres vus », « Combien de fois la lune a leurs pas éclairés », « Il avait dans la terre une somme enfouie », « Sur le portail j'aurais ces mots écrits » (La Fontaine) ; « Et de son grand fracas surprenant l'assemblée, / Dans le plus bel endroit a la pièce troublée » (Molière) ; « La valeur d'Alexandre a la terre conquise », « Quelques soldats ont [...] tout le corps ébranlé » (Racine) ; « La noble épée / Qui d'Holopherne a la tête coupée » (Voltaire). Il ne vous aura pas échappé que, dans ce cas de figure, nos poètes accordaient à tour de bras ledit participe passé avec le substantif objet lui-même − non pas tant parce que celui-ci était antéposé à celui-là que parce que celui-là était jadis considéré comme l'attribut de celui-ci suivant l'usage latin. Mais le complément d'objet direct pouvait à l'occasion se trouver strictement devant le verbe conjugué à un temps composé : « Quel astre malheureux ma fortune a bâtie ? [comprenez : Quel astre malheureux a bâti ma fortune ?] » (Malherbe), « De ses rares vertus la gloire il n'eut flétrie » (Charles-Auguste de La Fare) ; l'accord du participe n'en était pas moins observé. Aussi ne s'étonnera-t-on pas de voir, aux siècles suivants, quelques auteurs leur emboîter le pas : « D'autres émotions [...] ont dans les cœurs sa mémoire effacée » (Gérard de Nerval), « L'amour a nos âmes en une âme mêlées » (Romain Rolland), « J'ai toute ambition résignée » (Georges Duhamel) et « Bien des malheurs, il avait eus » (Marguerite Duras), « Trois enfants j'ai eus, et tous trois je les ai perdus » (Panaït Istrati, écrivain d'origine roumaine), « Ma chemise j’aurais donnée pour en [= des surprise-parties] être » (Muriel Cerf) (5). Après tout, ces exemples, quand ils paraîtraient peu « naturels », ne sont rien de moins que conformes à l'esprit de la règle énoncée par Marot : n'autoriser l'accord que dans la mesure où le genre et le nombre de l'objet direct sont connus avant l'énonciation du participe passé.

    Seulement voilà : force est de constater (une fois de plus, diront les mauvaises langues et les bras cassés) que la certitude n'est pas de mise en matière d'accord du participe passé. Ainsi l'académicien Louis-Simon Auger écrivait-il (en 1819) à propos du vers de Molière : « L'inversion ne changeant point le rapport grammatical des mots, il semblerait qu'on dût dire a la pièce troublé et non a la pièce troublée, puisque dans l'ordre naturel le participe est indéclinable. » Même réserve émise par Aloys de Closset (en 1867), qui tombe à bras raccourcis sur un des vers précédemment cités de La Fontaine : « Le participe ne peut s'accorder avec le mot chapitres, puisque sa place, dans le vers, est le résultat d'une inversion. La Fontaine suit ici les vieilles traditions. » Plus près de nous, le grammairien Alain Frontier se la joue petit bras en laissant prudemment le choix : « Si l'on changeait la place du complément d'objet (Le parlement la loi a voté(e), La loi le parlement a voté(e), etc.), la phrase deviendrait incompréhensible » (La Grammaire du français, 1997). Et que dire encore de ces deux exemples donnés par la linguiste Sophie Prévost (dans La Postposition du sujet en français aux XVe et XVIe siècles, 2001), sans plus d'explication sur la différence de traitement du participe passé : « Trois pommes il a mangé au dessert » et « Les trois pommes il a mangées », là où Gilles Siouffi (dans 100 fiches pour comprendre les notions de grammaire, 2007) écrit : « Cinq examens il a passés, cinq examens il a réussis » ? Comprenne qui aura le bras assez long.

    Posons le problème autrement : pourquoi n'accorderait-on pas le participe passé dans ce type de construction ? L'occitaniste Charles Camproux avance une hypothèse, fondée sur l'observation des parlers populaires du Gévaudan : « L'antéposition du complément [d'objet direct] sans rappel par le pronom personnel a pour résultat de séparer les deux notions exprimées par le substantif et par le verbe. Le résultat de cette séparation c'est évidemment d'arracher les diverses notions du milieu concret des catégories grammaticales, mais c'est également d'accorder plus d’importance à chacune des notions ainsi isolées. C'est donc en définitive un moyen supplémentaire d'arriver à l'expressivité » (Étude syntaxique des parlers gévaudanais, 1958). Autrement dit, pour en revenir à l'affaire qui nous occupe, le sens ne serait plus selon lui : « Tu as ouvert tes bras », mais « Tes bras (, c'est ce que) tu as ouvert » ; le participe passé demeurerait alors invariable. Est-il besoin de préciser que le linguiste Jacques Pohl, qui s'est lui aussi intéressé à l'usage oral (mais du français contemporain, cette fois), arrive à une conclusion quelque peu différente : « [Dans la langue parlée,] l'accord du participe qui se rapporte à [l'objet] antéposé se fait quelquefois ; il ne semble pas omis plus souvent que dans les autres cas » (Les constructions about - pronom sujet - verbe dans le français contemporain, 1976) ? Face à pareilles contradictions, avouez que la tentation est grande de baisser les bras... ou de jurer que tous ces experts ne parlent pas de la même chose ! Aussi bien se pourrait-il que des constructions à première vue similaires recouvrent des réalités grammaticales différentes ? Telle est la conviction de la linguiste Danielle Leeman, qui observe dans À propos d'un COD « Canada Dry » (2004) que, contrairement aux apparences, le complément déplacé (sans reprise pronominale) n'est pas toujours un authentique COD. Ainsi du tour La tarte, j'ai aimé [glosé en : Et la tarte ? − (En ce qui concerne) La tarte, j'ai aimé], où la tarte ferait office de complément circonstanciel (de point de vue) et, partant, ne saurait commander l'accord du participe.

    Reste à s'entendre sur l'analyse des bras de notre chanson. Dans le doute, vous l'aurez deviné, mieux vaut encore s'en tenir à l'ordre usuel des mots. Histoire d'éviter de passer... du côté obscur de l'accord !

    (1) « Notre langue ne saurait s'accommoder de la transposition de l'accusatif, non pas même en poésie » (Thomas Corneille, dans une de ses notes sur les Remarques de Vaugelas, 1687), « L'antéposition du COD sans rappel [est] généralement donnée comme impossible » (Françoise Gadet, Le Parlé coulé dans l'écrit, 1991), « Le déplacement du complément d'objet direct en tête de phrase [est] un phénomène assez rare en français (la course j'ai gagnée), sauf effet stylistique délibéré » (Sophie Aslanides, Grammaire du français : du mot au texte, 2001), « Il est rarissime qu'un complément direct soit antéposé au verbe, en dehors du cas de l'attribut » (Joëlle Gardes, L'Ordre des mots, 2013).

    (2) « On ne met pas de virgule lorsqu'on antépose un complément d'objet direct ou indirect. [...] En revanche, il en faut avant le verbe lorsqu'on antépose plusieurs de ces compléments » (Traité de ponctuation française, 1991).

    (3) Le complément d'objet direct placé en tête entraînait souvent l'inversion du sujet : « Ceste grant courtoisie fist Diex à moy et à mes chevaliers » (Jean de Joinville) ; « Une chose ai-je à dire », « Peu de prudence eurent les pauvres gens » (La Fontaine).

    (4) Cette construction perdure dans certaines locutions figées : sans coup férir, sans mot dire, sans bourse délier, (savoir) raison garder, pour ce faire, à vrai dire...

    (5) On trouve également sur Wikipédia cette traduction (anonyme) d'un poème de Charlotte Brontë : « J'ai vécu l'heure de l'adieu ultime / De celle pour qui ma vie j'aurais donnée. »

    Remarque : L'antéposition du complément d'objet direct nominal est au contraire usuelle dans les phrases interrogatives ou exclamatives du type : Quelle robe mets-tu ? Quelle belle robe tu as mise !

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Tes bras tu as ouverts (?).

     


    1 commentaire
  • « C'est pourtant pas mal joué, mais les situations sont tellement téléphonées qu'on se prend à anticiper les dialogues » (à propos de la série américaine Code Black, diffusée sur M6).
    (lu dans Télé 7 Jours, le 11 janvier 2018)

     
     

      FlècheCe que j'en pense


    La langue parlée, on ne le sait que trop, se moque pas mal des services de la particule ne dans les tours négatifs : je sais pas, j'ai rien entendu, j'ai jamais dit ça... Grevisse qualifie ce phénomène de « tendance à l'effacement du ne » : « Ne étant nécessairement atone, parfois élidé, et donc faible du point de vue phonétique, les auxiliaires [pasplusrienjamais, etc.] sont devenus les éléments les plus importants de la négation, au point d'être capables de l'exprimer à eux seuls. » À l'oral, passe encore ; mais à l'écrit (fût-ce dans un magazine télé) !

    La chose est d'autant plus dommageable que, dépourvue de ne, la phrase prend ici un tout autre sens : [Tel film] est pas mal joué, comprenez est assez souvent joué (au lieu de est plutôt bien joué). Grand est en effet le risque de confusion entre la combinaison non-lexicalisée ne... pas mal, où ne... pas nie le mot mal employé « avec sa valeur première » (1) comme adjectif ou comme adverbe (ne... pas mal prend alors le sens qualitatif de « assez bien, plutôt bien ») et la locution pas mal qui, dans une phrase affirmative, marque un degré se situant entre « assez » et « beaucoup ». Comparez : Il n'a pas mal travaillé (sens qualitatif, contraire à Il a mal travaillé) et Il a pas mal travaillé (sens quantitatif, contraire à Il a assez peu travaillé).

    À l'origine, ces deux emplois de pas mal exigeaient la négation ne, comme le prouvent les exemples suivants : « Pour une jeune fille, elle n'en sait pas mal [= elle en sait assez long] ! » (Molière [2]), « Elle ne serait pas mal, si elle voulait [= elle serait assez bien, plutôt jolie] » (Mirbeau). Selon Grevisse, il s'agit là du « tour d'abord seul régulier où pas a sa valeur ordinaire de particule auxiliaire de la négation ». Mais voilà : pas mal adverbe de degré (permettant d'indiquer la quantité ou l'intensité) s'est mis à s'employer sans ne dans la langue courante du XIXe siècle. Rien que de très logique pour Léon Clédat qui fait observer que, à la différence de l'emploi qualitatif − où pas mal énonce sous forme de litote le contraire de pas bien −, l'emploi quantitatif ne saurait se déduire de la combinaison de pas et de mal : « Les deux mots, dans ce sens, sont arrivés à former une locution inséparable, et ne a l'inconvénient de les dissocier dans la pensée en attirant à soi le pas, qui le complète. Quand nous disons : "il n'a pas peu de mérite", nous nions qu'il ait peu de mérite ; dire : "il n'a pas mal de mérite" serait nier qu'il ait mal de mérite, or mal n'a pas, à lui seul, de valeur quantitative » (Revue de philologie française et de littérature, 1926). À moins, objecte Jacqueline Bacha dans Le déterminant adverbial pas mal de (2001), de donner à mal le sens de « peu » qu'il a dans son emploi comme préfixe (« Maladroit ne signifie pas "non adroit", mais plutôt "peu adroit" »).

    Toujours est-il qu'avec pas mal adverbe de degré et pas mal de déterminant (3) « ne, autrefois imposé et certes encore permis, est aujourd'hui généralement omis » (dixit Hanse) − obligatoirement omis « quand pas mal est précédé d'une préposition » (dixit Grevisse). Comparez : (avec ne) « Tu n'es pas mal impertinent » (Michel Baron, 1686), « J'ai eu un petit minois qui ne m'a pas mal coûté de folies » (Marivaux, vers 1740), « Il n'y a pas mal de monde » (Louis Chambaud, 1770), « Un grand échalas, [...] dont le nez ne ressemblait pas mal à un éteignoir » (Restif de La Bretonne, 1784), « Il n'est pas mal enthousiaste, et pas mal injuste envers son ancienne bienfaitrice » (Ibid.), « Mais il n'en sait pas mal déjà » (Jean-François de La Harpe, 1799), « Il ne se moque pas mal de moi » (Jean-François Rolland, 1813), « On ne s'est pas mal moqué de moi » (Joseph de Maistre, 1815), « Ah ! bien oui, l'héritage !... je ne m'en moque pas mal ! » (Jean-François Bayard et Philippe Dumanoir, 1837), « Il n'y avait pas mal de curieux à ce spectacle » (Littré, vers 1870), « Il n'y avait pas mal de fautes dans ce devoir » (Auguste Brachet, 1889), « Je ne mets pas mal d'eau dans mon vin » (Hugo, 1890), « Il n'est pas mal effronté » (Hatzfeld, Darmesteter et Thomas, 1900), « Ils conduisent comme des brutes, ces gens-là... et ils ne se foutent pas mal des clients qui leur confient leur existence ! » (Henri Duvernois, 1921), « Avec sa barbe grise, ses cheveux annelés, il ne ressemblait pas mal à saint Pierre, tel qu’on le figure dans les vieux tableaux » (Abel Bonnard, 1933), « Le petit meuble ne contenait pas mal de provisions » (Philippe Hériat, 1957), « Mais les gamins ne lisent pas mal, si j’en crois mes souvenirs d’aujourd’hui » (Maurice Genevoix, 1958) ; (sans ne) « Le ciel est sombre pas mal » (Rodolphe Töpffer, 1836), « Je m'en fous pas mal ! » (Gustave Flaubert, 1842), « Je me fiche pas mal de votre dent ! » (Eugène Labiche, 1856), « Courte réponse qui contenait pas mal de dédain » (Eugène Fromentin, 1863), « Ils devaient mettre de côté pas mal d'argent » (Émile Zola, 1878), « Son Herbert avait toujours été pas mal reître » (Alphonse Daudet, 1888), « Quand on est déjà pas mal avancé dans la vie » (Pierre Loti, 1890), « Nous avons avalé pas mal de poussière » (Anatole France, 1904), « On s'en moquait pas mal » (Abel Hermant, 1906), « J'ai aujourd'hui pas mal de confidences à te faire » (Jean Giraudoux, 1922), « Ma toilette avait dispersé pas mal d'objets autour de moi » (Jules Romains, 1922), « Nous avons à penser à pas mal d'autres choses » (Pierre Benoit, 1928), « Puisqu'il la mettait à la porte c'est qu'il se foutait pas mal d'elle » (Louis Guilloux, 1935), « Ce n'est peut-être pas tout à fait un miracle, mais ça y ressemble déjà pas mal » (Georges Bernanos, 1947), « J'ai eu pas mal de sobriquets dans ma jeunesse » (Robert Sabatier, 1958), « Depuis, nous avons pas mal voyagé » (Simone de Beauvoir, 1967), « Un passé qui [...] commence à être pas mal lointain » (Raymond Queneau, 1973), « J'ai mis pas mal d'eau dans mon vin » (Joseph Hanse, 1983), « Il est pas mal froussard. Il a pas mal voyagé » (Petit Robert, 1986), « Il connaît pas mal de monde. J'ai relevé pas mal d'erreurs dans cette traduction » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie), « Aussi, en octobre, Albert reçut-il avec pas mal de scepticisme les rumeurs annonçant un armistice » (Pierre Lemaitre, 2013) (4).

    Les emplois quantitatifs de pas mal sans ne sont encore présentés comme familiers par l'Académie (neuvième édition de son Dictionnaire), Thomas et Girodet. Goosse, pour sa part, n'y trouve plus rien à redire : « Cette réserve est dépassée : beaucoup [des exemples précédemment cités] ne viennent pas de conversations (5). » Déjà, en 1952, René Georgin se montrait nuancé : « C'est sans doute un tour familier puisqu'on a laissé tomber la négation ne, mais bien entré aujourd'hui dans la langue » (Difficultés et finesses de notre langue) ; il enfonce le clou en 1964 : « Il est certain que pas doit normalement être accompagné de ne qui reste la partie essentielle de toute locution négative et qu'on devrait théoriquement dire : Il n'y avait pas mal de monde. Mais c'est un fait qu'aujourd'hui pas mal de est devenu une expression adverbiale de quantité qui se suffit et s'emploie sans ne. La construction : Je n'ai rencontré pas mal de monde surprendrait et semblerait étrange » (Consultations de grammaire, de vocabulaire et de style). Goosse n'a pas de mal à confirmer les propos de son aîné : « Pas mal construit avec ne est devenu désuet. » On retiendra surtout que, quand pas mal s'emploierait désormais couramment, à l'oral comme à l'écrit, sans la négation au sens quantitatif de « assez, relativement beaucoup », celle-ci reste régulièrement exigée quand pas mal prend le sens qualitatif de « assez bien » : « Ce tableau ne fera pas mal sur le mur. Vous ne feriez pas mal de les avertir. Cela ne t'irait pas mal du tout. Il ne s'en est pas mal tiré » (Robert). Et ce ne sera déjà pas mal !

    (1) La précision est de Goosse : « Ne accompagne régulièrement pas mal quand mal a sa valeur première [c'est-à-dire quand il signifie le contraire de bien] : Luce ne travaille pas mal. Je ne me sens pas mal. Cette fille n'est pas mal. » Le dernier exemple trouve sa justification dans cette observation de Littré (quoiqu'elle ne soit étayée d'aucune autorité) : « Dans le langage familier, être mal se dit pour exprimer que le visage est laid, que la tournure est laide. Cette jeune fille est mal. Cette jeune fille n'est pas mal. »

    (2) Cet extrait de L'École des maris (1661) est présenté par le Dictionnaire historique de la langue française, le Grand Larousse et le TLFi comme la première attestation de la locution pas mal. Tout porte à croire que celle-ci est plus ancienne : « I a quelques restes de vieille muraille qui ne ressemblent pas mal de matière et façon a celes du vieil Bourdeaus » (L'Antiquité de Bourdeaus, 1574).

    (3) Marc Wilmet et Jacqueline Bacha font observer que le déterminant pas mal de est, quant à lui, purement quantitatif : il a pour équivalent un assez grand nombre de, bon nombre de, une assez grande quantité de, plusieurs.

    (4) On relève des hésitations chez certains auteurs :  « − Ah ! bah !... je ne m'en moque pas mal. − C'est ça... je m'en moque pas mal ! » (Julien de Mallian et Philippe Dumanoir, 1831) ; « La petite société de P. ne compte pas mal de propriétaires ruraux », mais « M. Bongrand s'arrangea pour faire gagner pas mal d'argent au père Bournillon » (Henri de Régnier, 1925) ; « Vous ne vous moquez pas mal qu'il soit heureux ou malheureux », mais « Je ressemble pas mal à ces équilibristes en haut d'une pile de chaises », « Il reste encore pas mal de chemin à faire dans l'inconnu » (Jean Cocteau, 1938, 1955 et 1960).

    (5) Il est intéressant de noter que, contrairement à ce que laisse entendre René Georgin, ce n'est pas tant l'absence de ne qui a pu donner à la locution son caractère familier que l'emploi de pas mal pour exprimer la quantité ou l'intensité (cf. par exemple la citation de Bayard et Dumanoir).

    Remarque 1 : Selon Kristoffer Nyrop, « quand il s'agit d'un temps simple, la langue littéraire demande ne ; on écrit il n'a pas mal d'ennuis ; mais on dit toujours il a pas mal d'ennuis » (Grammaire historique de la langue française, 1930). Même son de cloche chez Léon Clédat : « Nous disons couramment : "Il a fait pas mal de bruit”, qu'il serait assurément ridicule de corriger en : "il n'a pas fait mal de bruit." Il est plus facile d'introduire ne quand le verbe n'est pas à un temps composé, et on s'applique à écrire : "Il n'a pas mal d'ennuis", mais on ne dit jamais ainsi » (Revue de philologie française et de littérature, 1903). Quand ne, depuis lors, se serait mis plus souvent qu'à son tour aux abonnés absents jusque dans la langue écrite, le ridicule serait bien plutôt, à en croire Grevisse, de se tromper sur la position de notre locution : « Dans les propositions négatives, si le verbe est à un temps composé, pas mal se place entre l'auxiliaire et le participe [cf. supra, citation de Marivaux] » (Le Français correct). Force est de reconnaître que cette construction est extrêmement rare.

    Remarque 2 Pas mal peut aussi s'employer sans verbe, pour marquer l'approbation : « Pas mal pour un barbare ! » (Voltaire), « Pas mal, vraiment » (Littré), « Pas mal ! Continuez » (Hanse) et pour servir de réponse (notamment à la question « Comment ça va ? ») : « Ça va ? Pas mal, et toi ? » (Dictionnaire historique de la langue française).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ce n'est pourtant pas mal joué.

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique