• Contrairement à ce que croient certains, butoir, dans l'expression date butoir (qui signifie « la date limite, le dernier délai », toutes formulations que l'on préférera à l'anglais deadline), n'est pas un adjectif. Il s'agit en fait d'un nom masculin dérivé de buter (au sens de « heurter »), qui désigne un dispositif fixe servant à arrêter une chose mobile, comme la pièce métallique contre laquelle vient buter le vantail d'une porte cochère ou encore l'obstacle placé à l'extrémité d'une voie, destiné à arrêter une locomotive.

    On se gardera de confondre butoir avec son paronyme boutoir, notamment dans l'expression coup de boutoir qui désigne une attaque brutale, un coup violent et répété, et, au sens figuré, un propos blessant. Dérivé de bouter (au sens de « pousser », dont on trouve trace dans le « bouton » floral), le boutoir correspond en fait au groin armé de canines avec lequel se défend le sanglier.

    Le régime a cédé sous les coups de boutoir de l'ennemi (et non sous les coups de butoir).

    Sa candidature n'a pas été retenue car il n'a pas respecté la date butoir (et non la date butoire, mais on écrira les dates butoirs comme les dates limites).

    La détention provisoire ne pourra désormais excéder une durée butoir pouvant atteindre quatre ans.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Un buttoir (avec deux t) est un outil servant à butter les plantes (c'est-à-dire à faire de petites buttes à leur pied pour faciliter l'écoulement des eaux et ameublir la terre).

    Remarque 2 : Tout comme Jeanne d'Arc bouta les Anglais hors du royaume, le boute-en-train (nom masculin invariable) pousse violemment les autres « en train », c'est-à-dire en mouvement, en gaieté. Si on lui reconnaît aujourd'hui le don d'animer joyeusement une soirée, il exerçait à l'origine ses talents sur les femelles en chaleur (« Mâle utilisé pour reconnaître si une femelle, notamment une jument ou une brebis, est en chaleur », selon la définition du Dictionnaire de l'Académie). On se plaît à croire que l'un n'empêche pas l'autre... Voir également le billet Boute-en-train.

    Boutoir / Butoir

    Imaginez un sanglier qui charge... et donne un coup de boutoir.
    (source : http://dianehautsbosc.canalblog.com)

     


    9 commentaires
  • On enseigne encore que le préfixe grec anti- sert à former de très nombreux mots composés, en y introduisant le sens d'opposition (antiallergique, antibiotique, antibrouillard, etc.), tandis que son paronyme anté- (du latin ante, avant) marque l'antériorité (antécédent, antépénultième, antérieur, etc.).

    Ce n'est pas faire de l'antijeu que de rappeler que, dans un petit nombre de mots, tels que antidate, antichambre, anti- remplace le préfixe latin ante- pour exprimer une antériorité de temps ou de lieu (et non une opposition), tandis qu'il est communément admis que le préfixe anté- d’Antéchrist est une déformation d’anti et signifie « qui s’oppose au Christ »...

    Séparateur de texte


    Remarque 1 : Certains considèrent que le mot Antéchrist est correctement formé, arguant qu'il désigne celui qui doit précéder le retour du Christ à la fin des temps. D'autres préfèrent dire Antichrist pour éviter toute équivoque.

    Remarque 2 : On veillera à bien écrire antédiluvien (du latin ante et diluvium, déluge) avec le préfixe anté- et non anti-. Cet adjectif signifie en effet « avant le Déluge » (en référence au Déluge de la Genèse, autrement dit en des temps immémoriaux) et non « contre le Déluge ». Il s'emploie dans la langue courante par plaisanterie et exagération au sens de « très ancien ». On évitera la confusion avec l'adjectif diluvien qui, tout en se référant également au déluge, signifie « très abondant ».

    Un animal antédiluvien, des périodes antédiluviennes mais des pluies diluviennes.

    Remarque 3 : Anti se joint généralement sans trait d'union au mot qui suit (antiatomique, anticancéreux, antigel), sauf devant un i (anti-inflammatoire), un nom déjà composé (anti-sous-marin), un sigle ou un nom propre (anti-OGM, anti-Atlas) ou un mot formé pour l'occasion (anti-tout et autres « créations de circonstance », dont les plus populaires finiront par être enregistrées dans les dictionnaires, au prix d'un abandon pur et simple de trait d'union).

    Anté- / Anti-
    Éditions Élite

     


    5 commentaires
  • Il convient de distinguer les paronymes accident et incident, même si cela n'est pas toujours aisé en raison de la proximité de leur sens.

    Accident désigne un évènement fortuit et subit qui suspend ou modifie le cours des choses, d’où l’expression par accident, qui signifie « par hasard ». Le terme possède le plus souvent une connotation négative (sens de « hasard fâcheux », d'« évènement imprévu et malheureux, qui survient soudainement et entraîne des dommages matériels ou corporels ») mais on peut dire à l'occasion : un heureux accident.

    Sauf accident, il s'en sortira (= sauf imprévu).

    Il ne l'a pas fait exprès. C'était un accident (= un hasard fâcheux).

    Être victime d'un accident de la route.

    Un incident est un évènement mineur (le plus souvent fâcheux, là encore, mais pas nécessairement) qui survient dans le déroulement d'une action, dans le cours d'une entreprise, d'une affaire, et qui peut la perturber. Il peut également s'agir d'un évènement peu important en lui-même, mais qui risque d'entraîner de graves conséquences. Dans tous les cas, ce terme est beaucoup moins fort qu'accident.

    Un incident imprévu a retardé notre départ.

    La cérémonie s'est déroulée sans incident.

    Un incident diplomatique.

    On retiendra donc que, si les deux termes évoquent l'idée d'une interruption généralement fâcheuse, accident s'applique de préférence à un évènement relevant du hasard, incident à un évènement sans grande importance, secondaire. Pour autant, cette distinction n'est pas toujours possible : ainsi parle-t-on indifféremment d'un accident de parcours ou d'un incident de parcours (= fait imprévu qui perturbe passagèrement le cours normal d'une action, d'une opération, d'une carrière).

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : L’expression l’incident est clos, qui signifie « la discussion est terminée ; la querelle, le différend n'a plus lieu d'être », a une origine juridique. En effet, en termes de droit, incident désigne une contestation soulevée au cours d’un procès, ayant pour effet d'en suspendre le déroulement.

    Remarque 2 : L'Académie ne reconnaît pas le verbe accidenter et considère comme familier et abusif l'emploi de l'adjectif accidenté au sens de « qui a été victime d'un accident, qui a subi un accident ». Si l'on peut parler, au sens propre, d'un terrain accidenté (=  qui présente des inégalités de relief) ou, au sens figuré, d'une carrière accidentée (= qui comporte des évènements multiples et divers ; mouvementée), on dira de préférence qu'un piéton a été victime d'un accident (ou plus précisément renversé, écrasé) et qu'une voiture a subi un accident (ou a été endommagée, abîmée...).

    Remarque 3 : L'Académie rappelle que le mot péripétie « est trop souvent employé à tort, par affaiblissement, pour désigner un incident mineur » (notez au passage le pléonasme...). En effet, péripétie (dérivé du grec peri, autour, et piptein, tomber) désigne un évènement imprévu qui modifie le cours d'une action, qui change le déroulement des choses. Surtout employé au pluriel, ce nom féminin, qui appartient d'abord au langage du théâtre, a vu son sens élargi aux circonstances de la vie en général. On veillera donc à réserver ce terme à tout revirement brutal de situation et à ne pas dire, avec le journal L'Expansion : « Crise majeure ou simple péripétie ? ».

    Une pièce de théâtre riche en péripéties (= en rebondissements, en coups de théâtre).

    Un tour du monde riche en péripéties (= en évènements imprévus).

     

    Accident / Incident

    Échelle internationale des évènements nucléaires (INES),
    servant à mesurer la gravité des incidents et accidents nucléaires.

     


    5 commentaires
  • On se gardera de confondre ces paronymes, tous deux dérivés de l'adjectif tendre (du latin tenerum).

    Tendresse désigne la qualité de ce qui est tendre, au sens moral (c'est donc un sentiment). Au sens physique, on emploiera le terme tendreté (qui s'oppose à dureté), en parlant des viandes, des fruits, des légumes, etc.

    La tendresse des parents pour leurs enfants. Un élan de tendresse.

    La tendreté d'un gigot et de ses légumes.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Si parler de la tendresse d'une viande fait aujourd'hui sourire, ce ne fut pas toujours le cas. Au XVIIe siècle, Vaugelas privilégiait tendresse dans les deux acceptions, refusant « tendreté (qui) ne vaut rien ; tendreur encore moins ».
    Quant à l'adjectif tendre, il s'applique aux deux sens : un air tendre, une viande tendre.

    Remarque 2 : Tendresses, au pluriel, signifie « caresses, témoignages d'affection » (Il me fait mille tendresses).

     

    Tendresse / Tendreté

    Certains ont pour la tendreté de la viande une tendresse toute gloutonne...
    (photo wikipedia)

     


    2 commentaires
  • Voilà deux mots définitivement placés sous le signe de la confusion.

    Confusion des genres, tout d'abord : si l'on ignore le plus souvent que météore est un nom du genre masculin, que dire de celui de météorite, particulièrement hésitant : l'usage préfère le féminin, quand les scientifiques parlent le plus souvent d'un météorite (d'après Hanse). L'Académie, quant à elle, laisse le choix à l'entrée « météorite » de la dernière édition de son Dictionnaire (« nom féminin ou masculin »)... mais s'en tient au seul féminin aux autres entrées : « Le point d'impact d'une météorite », « Une météorite a percuté la Terre », « Météorite pierreuse ».

    Confusion des sens, enfin. Emprunté du grec meteôra (« choses élevées dans les airs »), météore désigne à la fois tout phénomène observé dans l'atmosphère, ainsi que, en particulier, un corps céleste qui se désintègre pendant sa chute dans l'atmosphère (on parle alors couramment d'étoile filante) et, par extension, le phénomène lumineux associé. Quant à météorite, il s'agit d'un fragment de corps céleste qui percute le sol d'un astre.

    On notera donc que la différence entre un météore et un(e) météorite réside dans le fait que seule la seconde entre en contact avec la surface de la Terre (ou de n'importe quel astre). Par ailleurs, on retiendra que météore possède un sens beaucoup plus large que celui couramment retenu, désignant aussi bien la foudre, l'arc-en-ciel, l'aurore boréale... que la seule étoile filante !

    Séparateur de texte


    Remarque 1 : Au sens figuré, météore (et l'adjectif associé météorique) désigne également une personne ou une chose qui brille d'un éclat passager.

    La carrière météorique d'une chanteuse issue de la télé-réalité.

    Remarque 2 : Comète (emprunté du grec komê, chevelure) désigne un astre qui, au voisinage du Soleil, éjecte une atmosphère passagère à l'aspect de chevelure diffuse.

    Météore / Météorite
    (Film de Jack Arnold)

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique