• Anté- / Anti-

    On enseigne encore que le préfixe grec anti- sert à former de très nombreux mots composés, en y introduisant le sens d'opposition (antiallergique, antibiotique, antibrouillard, etc.), tandis que son paronyme anté- (du latin ante, avant) marque l'antériorité (antécédent, antépénultième, antérieur, etc.).

    Ce n'est pas faire de l'antijeu que de rappeler que, dans un petit nombre de mots, tels que antidate, antichambre, anti- remplace le préfixe latin ante- pour exprimer une antériorité de temps ou de lieu (et non une opposition), tandis qu'il est communément admis que le préfixe anté- d’Antéchrist est une déformation d’anti et signifie « qui s’oppose au Christ »...

    Séparateur de texte


    Remarque 1 : Certains considèrent que le mot Antéchrist est correctement formé, arguant qu'il désigne celui qui doit précéder le retour du Christ à la fin des temps. D'autres préfèrent dire Antichrist pour éviter toute équivoque.

    Remarque 2 : On veillera à bien écrire antédiluvien (du latin ante et diluvium, déluge) avec le préfixe anté- et non anti-. Cet adjectif signifie en effet « avant le Déluge » (en référence au Déluge de la Genèse, autrement dit en des temps immémoriaux) et non « contre le Déluge ». Il s'emploie dans la langue courante par plaisanterie et exagération au sens de « très ancien ». On évitera la confusion avec l'adjectif diluvien qui, tout en se référant également au déluge, signifie « très abondant ».

    Un animal antédiluvien, des périodes antédiluviennes mais des pluies diluviennes.

    Remarque 3 : Anti se joint généralement sans trait d'union au mot qui suit (antiatomique, anticancéreux, antigel), sauf devant un i (anti-inflammatoire), un nom déjà composé (anti-sous-marin), un sigle ou un nom propre (anti-OGM, anti-Atlas) ou un mot formé pour l'occasion (anti-tout et autres « créations de circonstance », dont les plus populaires finiront par être enregistrées dans les dictionnaires, au prix d'un abandon pur et simple de trait d'union).

    Anté- / Anti-
    Éditions Élite

     

    « Pédéraste / PédophileSe mettre en grève »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Phil
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 12:59

    Mais comment savoir s'il faut écrire en un seul mot ou bien employer un trait d'union, surtout si c'est susceptible de changer au bout d'un temps ?

    Puis-je donc écrire anti-poison, anti-royaliste, anti-parasite (ou anti-parasitaire), anti-conformisme, anti-foudre (et je ne sais quoi d'autre) ou bien faut-il toujours tout attacher, quitte à former des néologismes ?

    Et le pluriel de ces mots, comment l'obtenir ? (par ex., d'après http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/antiroyaliste on aurait ici affaire à un nom/adjectif invariable).

    D'une manière générale, une belle règle bien claire sur l'emploi des préfixes serait appréciable et appréciée : pré-, auto-, entre- et surtout re- qui forme un nombre incalculable de verbes...

    Sujet possible pour un prochain article ?

    2
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 20:26

    La réponse figure déjà ci-dessus, en Remarque 3.

      • Phil
        Lundi 12 Octobre 2015 à 20:47

        Pas vraiment, justement.

        Ça ne dit pas s'il s'agit d'un mot existant ou d'un "mot formé pour l'occasion"...

        Le fait de ne pas trouver un mot sur le dictionnaire n'implique pas qu'il n'existe pas.

         

    3
    Lundi 12 Octobre 2015 à 21:19

    Antipoison, antiparasite, anticonformisme, antifoudre... sont des mots d'usage courant, pour lesquels il n'y a aucune hésitation à recourir à la soudure. Le sort d'anti(-)royaliste est plus indécis.

    4
    Michel JEAN
    Mardi 13 Octobre 2015 à 10:18

    Bonjour M. Marc, DVLF donne de précieuses infos pour n° "anti". Bye.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :