• Peu de gens savent que le mot vite, apparu au XIIe siècle, fut d'abord adjectif, au sens de « qui se meut avec célérité, rapide ».

    Un chien vite et endurant. Vite comme le vent.

    Ce n'est qu'à partir du XVIe siècle qu'il fut également employé comme adverbe, au sens de « rapidement ».

    Il court vite. Venez au plus vite. Aller vite en besogne.

    De nos jours, vite s'emploie presque uniquement comme adverbe (il est alors invariable). Pourtant, on le rencontre encore parfois comme adjectif chez les commentateurs sportifs (auquel cas, il s'accorde).

    Les coureurs les plus vites du monde (on dira les plus rapides, dans le langage courant).

    Il est plus vite que son adversaire.

    Séparateur de texte

    Remarque
    : On se gardera de faire la confusion entre vites, pluriel de l'adjectif vite (archaïsme), et vîtes (avec accent circonflexe), deuxième personne du pluriel du passé simple du verbe voir.

     

    Vite
    Les nouvelles vont vite... mais les coureurs sont vites !
    (photo wikipedia sous licence GFDL by Rick Dikeman)

     


    6 commentaires
  • Le verbe intransitif demeurer se conjugue selon le sens avec l'auxiliaire avoir ou avec l'auxiliaire être (c'est également le cas de convenir et passer).

    FlècheConjugué avec avoir


    Demeurer se conjugue avec l'auxiliaire avoir au sens de « habiter » (ainsi que « tarder »).

    J'ai demeuré quelques années à Paris.

    Il a demeuré longtemps en chemin.

    FlècheConjugué avec être


    Demeurer se conjugue avec l'auxiliaire être au sens de « rester ».

    Elle est demeurée mon amie.

    Il est demeuré fidèle à ses convictions.

    Séparateur de texte

    Remarque
    : Pour les expressions construites avec le nom féminin associé demeure, voir (il y a) péril en la demeure.

     

    Demeurer



     


    votre commentaire
  • Emprunté du latin concernere (mêler avec), le verbe concerner signifie « toucher, intéresser, se rapporter à ».

    Cela ne me concerne pas (= Cela ne m'intéresse pas ou Cela n'a pas de rapport avec moi).

    En ce qui concerne (ou Concernant) cette affaire... (= au sujet de, quant à).

    En ce qui me concerne (ou Me concernant)... (= pour ma part, quant à moi).

    L'emploi de la forme passive être concerné (ou se sentir concerné) au sens d'« être intéressé, touché, impliqué » est condamné par l'Académie depuis le XVIIIe siècle (apparemment sans grand effet, depuis tout ce temps) :

    « On ne doit pas dire : Vous êtes directement concerné par cette mesure, mais : Vous êtes directement touché par cette mesure ou, à la forme active : Cette mesure vous concerne directement. »

    Littré n'est pas du même avis : « Grammaticalement, cet emploi ne fait aucune difficulté. (...) On dit très communément des phrases comme celles-ci : Votre ami est concerné dans cette affaire ; Les intérêts concernés par cette mesure. »

    Dans le doute, autant s'abstenir...

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Il est intéressant de constater que l'Académie ne tient pas toujours compte de ses propres recommandations. Ainsi peut-on s'étonner de lire dans la dernière édition de son Dictionnaire : Tout acteur concerné par le bon fonctionnement d'une entreprise (à l'entrée « prenant ») ou encore Avoir affaire de (vieilli), être concerné par (à l'entrée « affaire »). Faute d'inattention ? Lacune ? Condamnation abusive ? Dans le doute...

    Remarque 2 : Il y a fort à parier que l'analogie avec l'anglais to be concerned in, with (s'intéresser à, s'occuper de) a favorisé le succès dans l'usage moderne du participe passif concerné.

    En revanche, on ne saurait lui donner le sens de « s'inquiéter, être préoccupé par » sous l'influence de l'anglais to be concerned about.

    Son état de santé la préoccupe (et non la concerne).

    Concerner
    « La drogue vous concerne tous » serait de meilleure langue...
    (Livre de Pierre Mezinski, Editions de La Martinière)

     


    votre commentaire
  • Bénéficier est un verbe transitif indirect qui signifie « tirer profit, avantage » ou « jouir d'un droit, d'un avantage, d'un privilège ». Il se construit avec la préposition de et ne peut donc avoir pour sujet que la personne ou la chose qui tire profit.

    L'accusé a bénéficié de circonstances atténuantes.

    Cet employé bénéficie d'avantages en nature.

    Il bénéficie de cette mesure (et non Cette mesure lui bénéficie).

    Dans le sens de « profiter à », la construction bénéficier à, bien que courante, est critiquée puisque son sujet n'est plus le bénéficiaire mais la chose qui apporte un profit. On aura avantageusement recours, dans cet emploi, à profiter à, être favorable, bénéfique à, etc.

    La croissance a profité (ou a été favorable, bénéfique) aux grandes entreprises (et non a bénéficié aux grandes entreprises).

    Le redécoupage électoral a profité à l'opposition (et non a bénéficié à l'opposition).

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : Il convient de faire attention à la conjugaison du verbe bénéficier.

    À l'indicatif imparfait et au subjonctif présent : (que) nous bénéficiions.
    Au futur et au conditionnel : il bénéficiera / il bénéficierait.

    Remarque 2 : On écrit faire bénéficier quelqu'un de quelque chose : « faire bénéficier quelqu'un de ses connaissances » (Larousse), « faire bénéficier quelqu'un de bienfaits » (Dictionnaire historique de la langue française).

    Remarque 3 : Ce n'est que dans la dernière édition de son Dictionnaire (1994) que l'Académie reconnaît l'adjectif associé bénéfique. D'abord employé comme terme d'astrologie pour qualifier ce qui exerce une influence favorable (par opposition à maléfique), il possède aujourd'hui le sens de « qui a un bon effet, qui fait du bien, qui exerce une influence favorable ».

    En dépit des protestations de Jacques Capelovici (voir bibliographie) pour qui « il n'y a aucune raison de dire qu'un médicament ou que l'air pur est bénéfique, alors qu'il est, en réalité, bienfaisant ou salutaire », la distinction entre bénéfique et bienfaisant paraît d'autant plus ténue que ces deux adjectifs partagent la même étymologie latine (beneficus, bienfaisant). Mieux vaut cependant réserver l'emploi de bénéfique aux seuls cas où le sens s'oppose diamétralement à maléfique. On évitera notamment d'en faire un synonyme d'avantageux.

    Remarque 4 : L'Office québécois de la langue française fait judicieusement remarquer que bénéficier et profiter ne sont pas parfaitement synonymes. Ainsi, « bénéficier, contrairement à profiter, donne à penser que le sujet tire profit de quelque chose sans l’avoir vraiment cherché » : on bénéficie d'avantages fiscaux, de droits, de privilèges mais on profite de ses vacances, de la vie. Autre nuance : seul le verbe profiter peut être employé au sens d'« abuser » (profiter de la situation).

    Bénéficier

     


    1 commentaire
  • L'adjectif pareil, qui signifie « égal, semblable, identique », s'accorde logiquement en genre (masculin / féminin) et en nombre (singulier / pluriel) avec le nom auquel il se rapporte.

    Ces deux robes sont pareilles.

    Je n'ai jamais vécu pareilles aventures. Je n'ai jamais rien vu de pareil.

    Ce n'est pas pareil, ça n'a rien à voir.

    Rester pareil à soi-même.

    D'ordinaire, l'accord est également de mise avec les locutions adjectives sans pareil et à nul autre pareil, qui signifient « incomparable ».

    Des exploits sans pareils. Une honnêteté sans pareille.

    Une femme à nulle autre pareille, un homme à nul autre pareil.


    Dans la langue soutenue, le complément sera introduit par à et non par que.

    Une robe pareille à la tienne (et non pareille que la tienne).


    Bien que courant, l'emploi de pareil comme adverbe (pour modifier le verbe) est incorrect. On préférera pareillement, de même, de la même façon, comme, etc.

    J'ai fait comme toi (et non J'ai fait pareil que toi).

    Je ne pense pas la même chose. (et non Je ne pense pas pareil).

    Ils sont habillés de façon identique (et non Ils sont habillés pareil).

    Séparateur de texte


    Remarque
    : Pareil est également un nom signifiant « chose semblable, identique à celle dont on parle », que l'on rencontre surtout dans quelques expressions.

    Au féminin : Rendre la pareille (et non l'appareil) à quelqu'un (= faire à quelqu’un – en bien ou en mal – ce qu’il a fait vis-à-vis de soi).

    Au masculin : C'est du pareil au même (= il n'y a aucune différence). Elle n'a pas son pareil (ou sa pareille) pour nous faire rire (= elle est inégalée dans son domaine).

    Au pluriel : Vous et vos pareils (= vous et vos semblables, personnes de même caractère, de même qualité, de même condition).

    Voir également ce billet.

    Pareil
    Film de Pascal Laëthier

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique