• Une étude en atteste

    Une étude en atteste

    « C'est difficile à croire, mais une étude dans PLOS ONE en atteste : le paludisme (...) a commencé à se manifester au nord de Fairbanks, en Alaska. »
    (paru dans L'Express no 3196, octobre 2012) 

    (photo Wikipédia)

     

    FlècheCe que j'en pense


    Rappelons que le verbe attester (emprunté du latin attestari, dérivé de testis, « témoin ») change de constructions selon ses acceptions.

    Au sens de « certifier » et de « servir de témoignage », il se construit avec un complément d'objet direct ou avec une proposition introduite par que : J'atteste sa bonne foi. J'atteste que ses propos sont vrais.

    Au sens de « prendre à témoin », il suit généralement la construction attester quelqu'un de quelque chose (ou attester quelqu'un que) : Attester le ciel de sa bonne foi. J'en atteste les personnes présentes.

    Larousse a beau jeu d'attester aujourd'hui dans son Dictionnaire en ligne que les formulations attester quelque chose / attester de quelque chose sont toutes deux correctes ; en 2005, dans le PLi, seule la construction transitive directe était consignée...

    Selon toute vraisemblance, ce sont plutôt la confusion entre ses différentes acceptions ainsi que l'analogie avec témoigner de qui sont à l'origine de l'emploi abusif de la préposition de après le verbe attester. La langue soignée se piquera de s'en garder.

    Voir également le billet Attester.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Une étude l'atteste.

     

    « EntreprenariatIl eut fallu »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :