• En linguistique, l'élision désigne la suppression de la voyelle finale d'un mot – marquée par une apostrophe ' – afin d'éviter le frottement avec la voyelle ou le h muet du mot suivant.

    L'un d'entre eux (élision du e de le un et de de entre).

    L'homme (élision du e de le homme).


    En règle générale :

    • Que s'élide devant une voyelle ou un h muet.

    • Quelque ne s'élide que devant un ou une.

    Quelqu'un, quelqu'une mais Quelques-uns, quelques-unes et Quelque autre (de préférence à quelqu'autre, que l'on rencontrait autrefois).

    • Jusque s'élide devant une voyelle.

    Jusqu'ici, jusqu'alors, jusqu'à ce que, jusqu'où, jusqu'à aujourd'hui ou jusqu'aujourd'hui, etc.

    • Presque ne s'élide que dans le mot presqu'île.

    Ils sont arrivés presque à l'heure (et non  presqu'à l'heure), presque en même temps.

    Un pantalon presque usé (et non presqu'usé).

    • Lorsque, puisque et quoique (en un seul mot) ne s'élident d'ordinaire que devant il(s), elle(s), on, un(e), voire en.

    Lorsqu'on ira là-bas mais Lorsque Albert ira là-bas.

    Puisqu'il te l'a dit ! mais Puisque apparemment il l'a fait.

    Quoiqu'il soit impatient, il a attendu son tour mais Quoique impatient...

    • Parce que (en deux mots) ne s'élide d'ordinaire que devant à, il(s), elle(s), on, un(e), si l'on en croit Thomas.

    Parce qu'à Paris les cambriolages se multiplient mais Parce que en France...

     

    Séparateur de texte


    Remarque 1 : Il convient de préciser que, en matière d'élision comme en d'autres, les grammairiens ne s'accordent pas toujours (particulièrement sur en et ainsi). L'Académie, notamment, cumule les incohérences dans la dernière édition de son Dictionnaire :

    • lorsque : « e final s'élide devant il, elle, on, un, une, et généralement devant enfin, en, avec, aussi, aucun », mais on peut lire à l'entrée complet : « C'est complet ! (se dit lorsqu'à des ennuis successifs s'en ajoute un dernier) ».
    • parce que : « s’élide en parce qu’ devant il, ils, elle, elles, on, un, une, à », mais on peut lire à l'entrée indifférence : « parce qu'aucun motif ne fait pencher vers l'un plutôt que vers l'autre » ; à l'entrée latin : « parce qu'aujourd'hui encore plusieurs universités et grandes écoles y sont concentrées », etc.

    Force est de supposer que la tendance est à la généralisation de l’élision sur le modèle de que, ainsi que le laisse entendre Robert : « Le e de lorsque s'élide en général devant toutes les voyelles. » Voilà qui a le mérite de la simplicité...

    Remarque 2 : On s'abstiendra de prononcer lorse-que (au lieu de lorsque), avec insertion d'un e dit épenthétique dans la séquence de consonnes. Concernant la prononciation de tandis que, voir ce billet.

    Remarque 3 : Jusque s'écrit quelques fois avec un s final, surtout en poésie (Jusques à quand ?) ainsi que dans la locution figée et affectée jusques et y compris, qui marque un renchérissement par rapport à y compris.

    Par ailleurs, on notera que, si jusque se construit le plus souvent avec la préposition à (jusqu'à maintenant, jusqu'à cinq heures), celle-ci disparaît quand jusque est suivi d'une autre préposition, des adverbes alors, ici, là et ou des adverbes d'intensité assez, aussi, bien, fort, si, très : jusque chez elle (et non jusqu'à chez elle), jusque-là (de préférence avec trait d'union), jusque fort tard.

    Remarque 4 : On notera que, dans la phrase Je suis quelqu'un qui est à l'écoute des autres, l'accord se fait avec l'attribut quelqu'un et non avec le sujet je.

    Presque

    Album du groupe Presque Oui

     


    7 commentaires
  • Pourquoi diable certains s'acharnent-ils à mettre un s à la fin de parmi ? Par analogie avec hormis ou parce que ce mot suggère l'idée de pluriel ?

    Etymologiquement parlant, il n'y a pourtant aucune hésitation possible : composé de par et de -mi (tiré du latin medius, qui est au milieu), parmi signifie... « au milieu de, au nombre de » !

    Il est arrivé parmi nous (et non parmis nous).

    Je le compte parmi mes amis (= au nombre de mes amis).

    AstuceOn retiendra que parmis n'est pas permis !


    Parmi

     


    votre commentaire
  • Imbécile (qui signifie « faible, sot ») a beau ne prendre qu'un l, imbécillité s'écrivait avec deux... jusqu'aux fameuses Rectifications orthographiques de 1990, où le Conseil supérieur de la langue française, en accord avec l'Académie française, a décidé de rompre avec l'étymologie (latin imbecillitas) en recommandant de ne conserver qu'un l dans un souci de simplification (ou pour éviter le risque de prononciation -ille ?). Les deux orthographes coexistent actuellement, pour la plus grande tranquillité de tous.

    Un homme imbécile, un air imbécile.

    Il ne dit que des imbécilités (ou des imbécillités).

    Séparateur de texte


    Remarque
    : L'intérêt de l'Académie pour les simples d'esprit ne date pas d'aujourd'hui. Déjà, en 1798, elle s'était penchée sur le cas de cet embarrassant imbécille, pourtant logiquement formé mais que les sots risquaient de prononcer de travers. Aussi décida-t-elle, sans plus de façons, de l'amputer d'un coup de faucille bien placé, fixant sa graphie avec un seul l pour les siècles à venir... mais oubliant au passage de faire subir le même sort au nom imbécillité ! L'étourderie ne sera réparée que deux cents ans plus tard, le temps nécessaire aux académiciens pour affûter leur lame.
    Avec le recul, on peut se demander si l'inquiétude des sages de 1798 n'était pas fondée, tant nos contemporains ont la fâcheuse tendance à faire rimer bacille, myrtille, pupille, (il) distille, (il) oscille avec fille...

     

    Imbécile

     


    4 commentaires
  • Certes, il est tentant d'affubler le mot cauchemar d'un d final superfétatoire, par analogie au verbe cauchemarder et à l'adjectif cauchemardesque associés. Mais ce serait une faute, doublée d'une entorse à son étymologie picarde ! Sans doute a-t-on considéré que la graphie cauchemarer n'aurait fait rire personne... au point d'envisager sérieusement l'ajout d'un d euphonique qui n'appartient pas au radical (ce phénomène d'intercalation d'une lettre qui n'est pas d'origine étymologique s'appelle une épenthèse).

    Ce film m'a fait faire des cauchemars (et non des cauchemards) mais Ce film m'a fait cauchemarder.

    Si cette bizarrerie heurte votre logique, sachez que abri s'écrit sans le t d'abriter, bazar sans le d de bazarder, etc.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Emprunté du vieux français cauquemaire, composé de cauche, impératif de l'ancien verbe cauchier, « presser, fouler », et du néerlandais mare, « fantôme nocturne » (que l'on retrouve dans le mot anglais nightmare), un cauchemar est, du point de vue étymologique, « un rêve dans lequel on est poursuivi par des fantômes et qui s'accompagne d'une sensation d'oppression ».

    Remarque 2 : Les adjectifs cauchemardesque (« qui ressemble à un cauchemar ») et cauchemardeux (« rempli de cauchemars ») viennent de faire leur entrée dans la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie. En revanche, la variante cauchemaresque n'y est toujours pas enregistrée. Elle faisait pourtant vraiment peur, non  ?

    Cauchemar

    (Émission de télévision)

     


    4 commentaires
  • Voilà un mot régulièrement soumis à torture...

    Accueil (comme cercueil, cueillir, écueil, orgueil, recueil) s'écrit -ueil et non -euil.

    Je lui ai réservé un bon accueil (et non un bon acceuil).

    En effet, l'orthographe fautive acceuil se prononcerait asseuil...

     

    Rappel de la règle

    Dans un mot, le son œil s'écrit -euil (deuil, écureuil, fauteuil, seuil, etc.) sauf quand il est précédé du son ke ou gue. Dans ce dernier cas, on inverse le u et le e pour obtenir la bonne prononciation et la bonne orthographe -ueil.

    J'ai recueilli un écureuil.

     

    Remarque : Les membres d'un groupe Facebook estiment « plus joli et logique d'écrire acceuil au lieu d'accueil ». Reservons-leur l'accueil qu'ils méritent.

    Accueil

    Bon, ce sont des extra-terrestres, ils sont excusés...

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique