• On voit de tout

    On voit de tout

    « Faire remonter le mal français à mai 1968, penser avec conviction que tout le malheur vient de ce que les femmes se soient vues (tardivement) accorder des droits similaires, sinon égaux, à ceux des hommes, détruisant ainsi l'autorité du père » (à propos de l'« affaire » Zemmour).
    (Michèle Cotta, sur lepoint.fr, le 26 décembre 2014)


    (photo Wikipédia)

     

    FlècheCe que j'en pense

    Je ne sais si ce mal-là remonte à mai 68, mais force est de constater qu'en matière d'accord le participe passé du verbe (se) voir en voit de toutes les couleurs depuis belle lurette. Rappelons une fois de plus que vu ne s'accorde devant un infinitif que si le complément d'objet direct du participe, lui-même placé avant ledit participe, fait l'action exprimée par l'infinitif. Comparez : Elle s'est vue mourir (= elle a vu elle-même en train de mourir) et Elle s'est vu refuser l'entrée (= elle a vu quelqu'un lui refuser l'entrée).

    Dans l'exemple qui nous occupe, il va de soi que ce ne sont pas les femmes qui se sont elles-mêmes accordé des droits. Partant, et n'en déplaise à notre journaliste, l'invariabilité est de rigueur. Vu ?


    Voir également le billet Accord du participe passé des verbes pronominaux.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les femmes se sont vu accorder des droits similaires, sinon égaux, à ceux des hommes.

     

    « Drôle de goûtPourquoi faire simple ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :