• Lèchefrite


    « On va faire ça au lèchefrite » (à propos de la cuisson d'un carrelet).

    (Laurent Mariotte, dans l'émission Petits plats en équilibre sur TF1, le 10 octobre 2013) 
     

     

     

    FlècheCe que j'en pense


    N'en déplaise à notre chef, la frite, quand elle serait léchée, n'en perdrait pas pour autant son genre féminin.

    À la vérité, rien ne dit que la lèchefrite (sans trait d'union, contrairement à lèche-bottes, lèche-cul et lèche-vitrines) ait un lien de parenté avec la forme féminine substantivée du participe passé du verbe frire. L'étymologie, en l'espèce, est incertaine et, si d'aucuns ont cru que le nom de notre ustensile de cuisine venait de lécher et de frire (La Monnoye, 1720), le Dictionnaire historique de la langue française lui trouve plutôt des airs de famille avec l’ancien français lèchefroie – composé cette fois des verbes lécher et froiier (« frotter ») –, manière de rappeler que ledit plateau est proprement destiné à « lécher-frotter » les viandes rôties, entendez : recevoir les graisses et les jus de cuisson.

    Quelles que soient les nombreuses variantes attestées entre le XIIe et le XVIe siècle (leschefrite, leschefraye, leschefroye, lichefroie, lachefroid, lichefrete, lichefrite...), toutes sont apparemment employées au féminin. C'est, du reste, toujours la position de Larousse, Robert, Littré et l'Académie. Aussi ne voit-on pas au nom de quel principe notre époque nous servirait tout à coup un masculin à la friture bien indigeste.

    Remarque : Quant à ceux qui, à l'instar du Wiktionnaire, se réclament d'Abel Boyer – lexicographe français émigré en Angleterre en 1689 – pour justifier l'emploi au masculin (« Mettez le lèchefrite sous la viande », The complete french master, for ladies and gentlemen, 1794), ils en seront pour leurs frais : ne trouve-t-on pas, quelques pages auparavant, la traduction : « une Lechefrite, a Dripping-pan » ? Une coquille dans un chapitre consacré à la cuisine, rien que de très normal, après tout...

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    On va faire ça à la lèchefrite.

     

    « C'est reparti !Parce qui »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Chambaron
    Lundi 20 Mars à 01:12

    N'oublions pas l'ami Georges, qui doit être le seul poète a avoir rendu un hommage appuyé à l'ingrat ustensile dans La non-demande en mariage :

         « Vénus se fait vieille souvent / Elle perd son latin devant / La lèchefrite.

         À aucun prix, moi je ne veux / Effeuiller dans le pot-au-feu / La marguerite... »

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :