• C'est reparti !

    C'est parti !

    « Une activité incompatible avec le code de déontologie de sa profession, qui précise que "le fonctionnaire de police ne se départit de sa dignité en aucune circonstance" » (à propos du chef du protocole du ministère de l'Intérieur, après la découverte sur Internet de vidéos dans lesquelles il s'adonne à des pratiques sexuelles qualifiées de « scatophiles »).

    (paru sur francetvinfo.fr, le 10 octobre 2013) 
     

     

    FlècheCe que j'en pense


    Scabreuse, l'affaire l'est assurément du point de vue de la langue : conjuguer le verbe se départir (qui signifie « se séparer de, renoncer à ») comme répartir plutôt que comme partir relève encore de la grosse... boulette, quoi qu'aient pu écrire quelques bons auteurs.

    D'aucuns feront remarquer, à bon droit, que la forme se départit se rencontre toutefois dans la conjugaison de notre verbe, mais on m'accordera que le sens de la phrase dit assez que l'on s'exprime au présent (de généralité) plutôt qu'au passé simple. Du reste, et contrairement à ce qui est avancé par notre journaliste, c'est bien la forme se départ qui figure dans ledit code de déontologie.

    Loin de moi, pour autant, l'intention de faire un « caca nerveux » comme on dit de nos jours : j'écris tout cela sans me départir de mon calme. Pour le reste, attendons les conclusions de la (petite) commission qui ne manquera pas de statuer sur le sort du malheureux qui vient d'être fait... marron.
     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le fonctionnaire de la police nationale ne se départ de sa dignité en aucune circonstance.

     

    « Chers pénatesLèchefrite »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :