• Le quiz de Jacques Drillon (suite)

    Le nouveau quiz de Jacques Drillon


    « Cette sorte de fruit n'est pas mûr. »

    (Jacques Drillon, sur nouvelobs.com, août 2013) 

     

     

     


    FlècheCe que j'en pense


    Convenons d'emblée que la conception d'un « quiz de la langue française » n'est pas chose aisée, tant les divergences entre les spécialistes sont nombreuses. Le cas de l'accord après un nom désignant l'espèce (espèce, façon, genre, manière, sorte, type...) fait partie de ces subtilités sur lesquelles les ouvrages de référence ne s'accordent pas toujours... quand ils ne se contredisent pas eux-mêmes.

    Jacques Drillon, suivant les recommandations de Thomas et de Girodet à la lettre, n'envisage ainsi l'accord qu'avec le complément de sorte : Cette sorte de fruit n'est pas mûr (et non mûre). Cette sorte de fraises sont tardives. Et telle est, en effet, la position couramment admise... par ceux-là mêmes qui préconisent de laisser le verbe toujours au singulier après genre de. Allez comprendre...

    Inutile, pourtant, de chercher bien loin pour trouver avis plus nuancé (ou moins catégorique) : « Dans les phrases où sorte est employé, il ne détermine pas l'accord du verbe ; cet accord est déterminé par le substantif qui suit : Toute sorte de livres ne sont pas bons. Cependant il n'y a aucune faute à faire accorder le verbe avec sorte. » Et Littré de citer Malherbe : Toute sorte de biens comblera nos familles. Gageons que cet accord n'est pas le fruit du seul hasard.

    Hanse va encore plus loin dans la subtilité : « Si le premier nom est précédé d'un démonstratif, il est mis en relief et il détermine l'accord : Cette sorte de snobs est assez courante dans ce milieu. Ce type de recherches a déjà été entrepris. Ce genre de plaisanteries ne me plaît guère. » En d'autres termes, il est possible de faire la distinction entre Une sorte de fruit qui n'est pas mûr et Cette sorte de fruit n'est pas mûre, selon que l'on souhaite insister sur le fruit ou sur la catégorie.

    Vous l'avez compris, Jacques Drillon aurait mieux fait de nous éviter de choisir entre mûr et mûre, tant les deux accords se défendent. Il faut croire que les raccourcis estivaux ne portent pas toujours leurs fruits...


    Remarque : L'honnêteté m'oblige à préciser que les grammairiens ne sont pas davantage arrêtés sur le genre du nom complément après espèce, genre, sorte, type, etc. Le singulier semble toutefois l'emporter quand il est question d'une réalité abstraite : Cette sorte d'humour mais Une sorte de spectacle ou de spectacles (selon que l'on veut insister sur l'unicité dudit spectacle ou sur la catégorie).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Au choix : Cette sorte de fruit n'est pas mûr (ou n'est pas mûre).

     

    « Nom de non !La preuve par l'évidence »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :