• Au jour d'aujourd'hui

    Voilà une expression qui a le vent en poupe, un tic de langage à la mode qui fait florès dans les bars comme dans les salons, en dépit de l'indéniable lourdeur de son tour pléonastique.

    Que lui vaut son succès actuel ? Son emphase supposée renforcer l'actualité de l'idée exprimée ? Ou la délicieuse suffisance que sa formulation semble procurer à certains ?... Autrefois réservé au registre ironique, ce pléonasme volontaire se répand aujourd'hui dans le langage courant comme une marque illusoire de style soutenu et jusque chez de bons auteurs (George Sand en tête). Au point de susciter chez d'autres un agacement (et c'est un euphémisme) à la hauteur de son incompréhensible popularité.

    Flèche

    Au jour d'aujourd'hui, double pléonasme


    Déjà, la formation de l'adverbe aujourd'hui (contraction de à le jour d'hui) avait de quoi faire grincer des dents. Hui signifiant à lui seul « le jour présent » (du latin hodie, en ce jour), aujourd'hui constitue un pléonasme en soi (« au jour de ce jour »), à la lourdeur certes critiquable mais qui est entré dans la langue comme un mot à part entière depuis le XIIIe siècle. Un pléonasme « admis », donc, par oubli de son étymologie.

    Mais que dire de la locution au jour d'aujourd'hui, qui ajoute une troisième couche à un mille-feuille déjà bien indigeste ? Sinon qu'il s'agit d'un « pléonasme populaire et fort peu recommandable » (Littré), que l'on remplacera plus légèrement par aujourd'hui, actuellement ou à ce jour.

    Foin de la surenchère verbale, donc ! Car à force de se gargariser de ces constructions artificielles, pompeuses et souvent ridicules, on finirait par voir fleurir des « au jour d'hier (ou de demain) » comme des « à l'heure de cette heure »...

    Pour autant, comme le concède le même Littré, cette locution tant décriée peut parfois être utilisée à bon escient, sans relever de la redondance fortuite, de la surcharge sémantique ou de l'excès de zèle. Ainsi chez Lamartine : « L'univers est à lui [Dieu], Et nous n'avons à nous que le jour d'aujourd'hui ! » (= que le jour qu'est aujourd'hui). Et chez Maurice Genevoix : « Une riche plaine bien de chez nous, aussi belle qu’au jour d’aujourd’hui. »

    Pour l'Académie, pour une fois bien conciliante, « l’essentiel est de n’en pas abuser, mais en elle-même, cette tournure n’est pas incorrecte ».

    Quitte à vouloir insister sur l'idée du moment présent, pourquoi ne pas plutôt recourir à l'expression « au jour actuel » comme on dit « à l'heure actuelle » (au lieu de cet invraisemblable « à l'heure d'aujourd'hui » qui se propage sur la Toile) ?...


    Flèche

    Jusqu'(à) aujourd'hui


    Pour les mêmes raisons, certains grammairiens condamnent la locution jusqu'à aujourd'hui sous le prétexte que la préposition à est déjà dans aujourd'hui. S'il est évidemment plus correct, grammaticalement parlant, de dire jusqu'aujourd'hui, l'Académie admet les deux formes sans distinction.

     

    Séparateur de texte

    Définitions

    Pléonasme : répétition inutile de mots ayant le même sens.

    Pléonastique : qui relève du pléonasme.

    Au jour d'aujourd'hui

    Affiche d'un spectacle de la Compagnie Au jour d'Aujourd'hui

     

    « À ce que / De ce queVoire même »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Août 2011 à 17:28
    Chamarie

    Eh bien ! Quel bel article ! Quant à l'académie, je me dis "à quoi sert-elle si c'est pour dire que cette tournure n'est pas incorrecte ?"

    Encore un truc inutile où des gens se croient très importants parce qu'ils portent un habit vert qui leur permet de devenir "immortels", mais ne sont là que pour accepter cette tournure affreuse et que pour ma part je n'aime ni ne supporte. Je ne suis pourtant pas bégueule ni collet monté mais cette tournure me scie les oreilles et me hérisse. Comment George Sand ou Lamartine ont-ils pu l'employer ? Deux personnes que j'apprécie dans la littérature pour l'une et la poésie pour l'autre ? Ce sont des fautifs pour une faible part mais quand même ! Je dis moi que ceux qui emploient cette forme détestable ne savent pas dire autre chose.

    Merci pour ce blog basé sur le bon Français qui me plaît beaucoup surtout qu'il est très certainement le seul comme cela.

    A bientôt,

    Lydia

    2
    Marc81 Profil de Marc81
    Mercredi 31 Août 2011 à 18:18

    Merci Lydia et à bientôt pour de nouveaux articles (voire même est dans le collimateur...)

    3
    JohnBacc
    Mardi 13 Septembre 2011 à 20:36

    Un blog riche en informations essentielles pour moi, j'aime le français rigoureux quitte à en perdre tous mes amis à force de leur faire remarquer leurs erreurs (d'ailleurs je ne me souviens pas avoir vu par ici la différence entre "faute" et "erreur", c'est l'une de mes favorites).

    Tous les éléments répertoriés ici ne sont que vaguements évoqués en cours de tous niveaux (hors littéraire sans doute, je ne sais pas je n'en suis pas) c'est pourquoi, pour les remarquer, il faut avoir beaucoup lu. Mais la jeunesse dont je fais partie ne lis pas beaucoup. Et c'est ainsi que les erreurs se perpétuent d'une génération à l'autre et que naissent des tolérences auprès de l'académie sus-critiquée.

    Merci beaucoup pour ce blog, longue vie à lui !

    4
    Marc81 Profil de Marc81
    Mardi 13 Septembre 2011 à 23:17

    Merci pour ce message d'encouragement !

    Je vais donc m'atteler à la rédaction d'un article sur la différence entre faute et erreur. En espérant ne pas vous décevoir...

    A bientôt

    5
    Elma22
    Mercredi 6 Février 2013 à 23:54

    Sans vouloir être tatillonne, il me semble qu'il s'agit seulement d'un double et non d'un triple pléonasme, le premier étant "au jour d'hui", le deuxième étant d'ajouter "au jour" devant cette formule...

    Merci pour ce blog très bien fait

    6
    Marc81 Profil de Marc81
    Jeudi 7 Février 2013 à 09:13

    Vous avez raison : triple référence à "jour" donc double pléonasme. Merci de votre vigilance !

    7
    litter_noire
    Samedi 23 Février 2013 à 16:00

    Je vous trouve très indulgents avec une expression, absolument insupportable.
    Effectivement on l'entend de plus en plus, non pas sans raison d'ailleurs.
    Si le fait qu'un auteur mineur l'ai employée, suffisait à expliquer son retour, on pourrait au moins penser à une référence littéraire.
    Rien de tout cela, simplement un illettrisme grandissant dans un pays d'imbéciles instruits par des fainéants. Mais que dire, de la langue française ?
    I
    l suffit de voir une émission littéraire pour entendre des mots tels que "écrivaine". Ceux présumé «intellectuels» et garants de la culture ne font que la massacrer la plupart du temps.
    Heureusement tous les écrivains dignes de ce nom sont morts.
    Au moins ils n'auront pas à subir toutes ces inepties.
    21 siècles pour en arriver là ! Nul doute possible le siècle des Sombres Crétins est bien là.

    8
    Marc81 Profil de Marc81
    Samedi 23 Février 2013 à 16:14

    Et moi qui parlais d'euphémisme en évoquant l'« agacement » que suscitait chez certains cette expression...

    9
    Jeudi 20 Juin 2013 à 18:22

    Que ça m'agace de l'entendre et encore plus de le lire !! 

    Merci pour cette mise au point absolument essentielle ! 

    10
    Marc81 Profil de Marc81
    Jeudi 20 Juin 2013 à 19:53

    Merci à vous de votre visite.

    11
    Fr 94
    Mardi 25 Juin 2013 à 19:23
    Écoutez les personnages politiques parler a la télévision ou a la radio, et voyez le nombre de fois ou cette expression est utilisée.
    12
    Imane001
    Vendredi 16 Août 2013 à 18:25

    Bonjour, je suis une étudiante marocaine. Moi aussi à l'université où j'étudie, vous

    ne pouvez pas imaginer combien de fois nos professeurs utilisent cette expression. Je vous remercie INFINIMENT pour l'éclaisrcissement, et laisser  moi vous dire que cette mise au point est inéluctablement fondamentale  et je vous souhaite une bonne continuation.

    Excellente jounée à tous

    13
    XXX
    Mercredi 27 Août 2014 à 06:21

    ..../...non pas hodie mais hoc die....

    14
    Mercredi 27 Août 2014 à 08:59

    Je trouve dans mon vieux Gaffiot : "hodie, adv. (hoc, die) aujourd'hui, en ce jour : hodie mane, qui dies hodie est."

    15
    Michel JEAN
    Vendredi 20 Mars 2015 à 12:01

    Bonjour,je devine, qu'incontinent suis et repasse une couche!!!, derrière ce mot qui put en surprendre bien d'autres avant moi une drolatique odeur de non-sainteté: "cesoird'hui", bien éclipsé du langage courant pourquoi donc??? Merci. Mich.


     

    16
    Vendredi 20 Mars 2015 à 19:55

    On trouve trace de la locution ce jourd'hui (notamment chez La Fontaine : "Gageons un peu quel sera le meilleur, Pour ce jourd'hui, de mon gîte ou du vôtre"), mais pas, à ma connaissance, de ce soird'hui.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :