• Tout est possible

    « Quand on sait combien le niveau des élèves français dégringole en matière d’orthographe, il est à espérer que cette nouvelle méthode porte ses fruits dans le plus d'établissements possibles. »
    (Arnaud Gonzague,  sur nouvelobs.com, le 14 avril 2014)  
     

    FlècheCe que j'en pense

    Autant le reconnaître d'emblée : l'exercice était périlleux. Évoquer dans un article les méthodes d'apprentissage du français sans faire soi-même de fautes tient assurément de la gageure.

    Tout avait même plutôt mal commencé. Citant un extrait de la célèbre dictée de Mérimée, notre journaliste fait un premier faux pas : « C’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissée entraîner à prendre un râteau (...) » Non ! Il convient d'écrire s'est laissé entraîner (entendez elle a laissé quelqu'un l'entraîner), se étant complément d'objet direct du verbe entraîner, non du participe passé laissé.

    Autrement délicat − et débattu − est l'accord de l'adjectif possible, rencontré quelques lignes plus bas.

    Inutile de préciser que possible est évidemment variable quand, placé après un nom, il qualifie directement celui-ci. Il a alors le sens de « qui peut exister, qui est réalisable, concevable » : Des erreurs sont toujours possibles. Il y a deux orthographes possibles de ce mot. Envisager toutes les solutions possibles. Mais les choses se compliquent singulièrement quand le bougre est employé dans une expression comportant un superlatif relatif (le plus, le moins, le mieux...) :  dans ce cas, affirme l'Académie, « possible s'accorde avec le nom s'il qualifie celui-ci, mais il s'emploie adverbialement s'il renforce le superlatif et reste alors invariable ». Voilà qui mérite quelques explications.

    L'invariabilité de possible est acquise devant le nom (1)Nous devons commettre le moins possible d'erreurs (possible se rapportant logiquement au superlatif). Mais il suffit qu'il soit placé après ledit nom pour que la frilosité gagne nos grammairiens : l'invariabilité n'est alors plus que « normale et à conseiller » (selon Hanse) ; « possible reste normalement invariable » (selon Girodet). Pourquoi pareille précaution ? Parce que nombreux sont les écrivains à avoir transgressé l'usage habituel − on trouvera chez Grevisse quelques exemples « qu'il vaut mieux ne pas imiter » : Avec le plus de liberté et le moins de risques possibles (R. Rolland) ; Il voulait lui donner le plus de choses possibles (Giono) ; etc. Il n'empêche : l'invariabilité tient d'autant mieux la corde, dans ce cas, que l'on peut changer les termes de place et faire apparaître que possible se rapporte − sans hésitation... possible − audit superlatif : Nous devons commettre le moins d'erreurs possible (ou le moins possible d'erreurs). Le moins d'erreurs, de fautes possibles (Dictionnaire de l'Académie).

    Aussi bien, Dupré fait remarquer qu'il n'y a qu'une nuance de sens subtile, dans la plupart des cas, entre l'accord et l'invariabilité : « les plus justes prix possible (= "il y a une seule possibilité d'atteindre la justice des prix"), les plus justes prix possibles ("chaque prix, dans chaque cas, représente une possibilité maximale") ». La différence est à peine plus nette entre le meilleur des mondes possibles (le meilleur parmi tous les mondes pouvant exister), graphie retenue par Voltaire, et le meilleur des mondes possible (on prend tous les mondes et on cherche le meilleur qu'il est possible de trouver). Encore faut-il, en l'espèce, éviter de solliciter l'avis de Thomas, selon lequel « pour que l'accord ne se fît pas, il faudrait dans les meilleurs mondes possible ». Vous suivez toujours ?...

    Même divergence de vues entre nos spécialistes quand possible suit un adjectif pluriel au superlatif : Girodet et Hanse préconisent l'invariabilité − Donnez-moi les statistiques les plus récentes possible (= qu'il est possible de donner) ; Les règlements les plus justes possible − quand Grevisse privilégie l'accord, attendu que possible « ne peut dans ce cas être mis immédiatement après le superlatif » (Les décisions les plus justes possibles). De quoi laisser toute latitude au locuteur d'exprimer les nuances les plus subtiles de sa pensée : les décisions les plus justes possibles (comme on écrirait les plus justes qui soient possibles) ou les décisions les plus justes possible (entendez qu'il est possible de rendre).

    On ne s'étonnera donc pas, devant une telle hésitation de l'usage, de voir le Robert illustré, magnanime, laisser le choix : Nouer le plus de liens possible(s), quand Larousse s'en tient aux traditionnels Faites le moins de fautes possible ; Les articles les moins chers possible.

    Gageons que la plupart d'entre nous s'en tiendront, autant que possible, à l'invariabilité quand possible suit immédiatement le nom dépendant du superlatif, à l'accord quand possible suit l'adjectif pluriel.


    (1) L'invariabilité est également de rigueur quand possible, complément d'un comparatif avec aussi, autant, est précédé de que : Prendre des décisions aussi justes que possible (= aussi justes qu'il est possible de l'être).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Il est à espérer que cette nouvelle méthode porte ses fruits dans le plus d'établissements possible (de préférence à possibles).

     

    « Ce qui / Ce qu'il Énième »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Floppy
    Vendredi 14 Juillet à 11:08

    Bonjour,

    Suite à cet article, je souhaitais avoir confirmation de la "règle" dans cette phrase : Vous êtes dans les meilleures mains possibles.

    Je ne mettrais pas de "s" à possible, êtes-vous d'accord ?

    Je vous mets le texte en entier si jamais cela peut vous aider : Bien, je vous laisse avec Yvette... Vous êtes dans les meilleures mains possibles. Ça fait plus de 38 ans qu'elle est là... c'est notre mère à tous...

    En vous remerciant,

    Cordialement

    Florane

      • Vendredi 14 Juillet à 16:46

        En effet, possible ne se rapporte pas ici à mains (il ne s'agit pas de mains "possibles, réalisables"), mais au pronom impersonnel il sous-entendu : dans les meilleures mains qu'il est possible de trouver.

    2
    Floppy
    Dimanche 16 Juillet à 08:35

    C'est bien ce que je pensais, je vous remercie pour vos explications.

    Bonne continuation

    Florane

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :