• Énième

    « A preuve, ce énième "dossier noir de la grande distribution" dans Le Nouvel Observateur de cette semaine. »
    (Michel-Édouard Leclerc, sur son blog, le 11 avril 2014)
    « Si vous vous demandez encore si cet énième épisode est fait pour vous (...) » (à propos de la sortie du jeu Mario Golf World Tour).
    (paru  sur lepoint.fr, le 19 avril 2014)
     

    FlècheCe que j'en pense

    Qui a raison, je vous le demande ? À première vue, il paraît logique de privilégier la forme cet énième, comme il est d'usage devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet : cet élégant jeune homme, cet éléphant, cet habit. Mais voilà : « Employées comme symboles en mathématiques, les lettres demandent la disjonction, de même que les dérivés ordinaux de n et de x », précise Grevisse. Rappelons que ledit phénomène de disjonction se produit lorsqu'un mot commençant par une voyelle se comporte... comme s'il commençait par une consonne. Il convient donc, d'après l'auteur du Bon Usage, de ne pas pratiquer d'élision devant énième − ni, du reste, devant huitième et onzième : le énième chapitre (et non l'énième chapitre), comme le onzième chapitre ; d'où ce énième chapitre, ce onzième chapitre. L'Académie confirme : « Qui occupe un rang indéterminé dans une série. La énième place. La énième tentative. Pour la énième fois, je vous prie de vous taire. »

    Force est toutefois de constater que quelques écrivains n'ont pas hésité à transgresser cet usage : Arrivé à l'ennième coup de la partie d'échecs (Paul Valéry) ;  à l'énième obtuse demande (Umberto Eco) ; l'énième rééchelonnement d'une dette soviétique qui ne sera jamais acquittée (Jacques Attali) ; Alice coupa court à cet énième marchandage (Christine Arnothy). Mais, à en croire Grevisse, il ne s'agirait que d'exemples isolés...

    Là n'est pas, au demeurant, le seul écueil que nous réserve notre adjectif − dérivé de n, symbole mathématique, avec le suffixe des adjectifs ordinaux. Il se trouve que les spécialistes ne s'accordent pas sur sa graphie : énième « avec un seul n », selon le Larousse électronique, ou, en abrégé, nième, Nième, nième, n-ième (« malgré la convention typographique en usage pour l'abréviation des chiffres ») ; nième ou énième, selon le concurrent Robert ; énième (souvent écrit nième), selon l'Académie ; n-ième, énième ou ennième, selon le TLFi ; nième, énième ou ennième, selon Hanse ; énième, n-ième ou Nième, selon Bescherelle.

    S'il fallait une énième preuve qu'il n'est pas toujours aisé de rapprocher la graphie de la prononciation... En la matière, mieux vaut encore sortir de l'X !


    Remarque : De même, on rencontre les graphies xième ou ixième : Je te le répète pour la ixième fois.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ce
    énième dossier, épisode.

     

    « Tout est possibleHors de lui »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Trevorp
    Lundi 21 Avril 2014 à 16:26

    Et pourtant si je voyais « ixième » je comprendrais « neuvième »...

    2
    Lundi 21 Avril 2014 à 19:06

    En effet, je n'y avais pas songé...

    3
    point-virgule
    Vendredi 25 Avril 2014 à 23:56

    merci, Trevorp

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :