• Des années-lumière(s)

    « Mais pourquoi s’installer à des années lumières de notre beau pays ? Et qu’est ce qu’on trouve dans un bar à Nutella mises à part des noisettes ? »

    (paru sur aufeminin.com, le 4 décembre 2013) 
    (photo Wikipédia sous licence GFDL par A. Kniesel)
     

    FlècheCe que j'en pense

     
    Des bars pour déguster en toute promiscuité la célèbre pâte à tartiner ? Voilà qui ne manque pas d'originalité. Reste à savoir si l'on est plus enclin à trinquer à la santé de la langue française une tartine de Nutella à la main.

    Loin de moi l'intention de chercher des noise(tte)s à l'auteur dudit article, mais force m'est de constater qu'il est d'autant plus difficile de passer pour une lumière que l'on s'empresse de faire les choses en deux coups de cuiller à pot (de Nutella).

    Rappelons à toutes faims utiles, pardon, à toutes fins utiles que l'expression année de lumière, plus couramment − et « abusivement », selon le Dictionnaire historique − employée sous la forme année-lumière, correspond à la distance parcourue dans le vide par la lumière en une année. En toute logique, seul le premier élément de cette unité de longueur utilisée en astronomie est susceptible de prendre la marque du pluriel, le complément du nom restant invariable. On écrira donc correctement, avec l'Académie, des années de lumière ou des années-lumière.

    Quant à la locution prépositive mis à part, qui signifie « sans tenir compte de, abstraction faite de », il est d'usage de la laisser invariable quand elle précède le nom auquel elle se rapporte : mis à part les noisettes mais les noisettes mises à part.

    Pas de quoi en faire une tartine, certes, mais suffisamment pour friser l'indigestion... grammaticale.


    Voir également le billet Locutions prépositives.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Mais pourquoi s’installer à des années-lumière de notre beau pays ?

    Et que trouve-t-on dans un bar à Nutella mis à part des noisettes ?

     

    « Pain d'épice(s)Veillé(e) mortuaire »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Une passante
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 01:09

    Merci :)

      • Mercredi 22 Février à 10:41

         

        Bonjour,

        Découvrant aujourd'hui votre blog et en appréciant la pertinence sur les deux sujets évoqués, je me permets d'apporter un commentaire en forme de question concernant une autre locution sur laquelle je sollicite votre avis sarcastic.

        Je vois souvent (et j’entends) un peu partout cette formule "Grâce à l'aide de... ". 

        Exemple : grâce à l'aide du Médecin il put s'en sortir sans encombre.

        Cette expression me choque, me semble un pléonasme, une répétition inutile, une double locution. Ne devrait-on pas choisir entre ces deux formulations :

        Grâce au Médecin il put s'en sortir sans encombre

        À l'aide du Médecin il put s'en sortir sans encombre.

        Qu’en pensez-vous ?

        Cordialement

        <style type="text/css"></style>

        Gérard Giraud

    2
    Vendredi 24 Février à 16:43

    Prenons cette phrase de Fottorino : "André, le mari de Zoune, grâce à l'aide de sa nièce, avait obtenu qu'il perçoive enfin une somme régulière." Il ne s'agit pas là de la locution prépositive à l'aide de ("au moyen de"), comme vous semblez le percevoir, mais de (grâce à) l'aide de, comme on écrirait grâce au conseil de, grâce au soutien de, grâce au courage de, etc.  

      • Samedi 25 Février à 00:59

        Bonsoir  smile

        Votre explication me semble claire. Je vais tenter de la "digérer" comme de la bonne nourriture terrestre sans OGM. 

        Merci de votre réponse yes.

        Cordialement

        Gérard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :