• Pain d'épice(s)

    « De la place Kléber à la place d'Austerlitz, la ville – aux arômes de pain d'épices et de vin chaud – est bondée » (à propos de Strasbourg et de son célèbre marché de Noël).

    (Alexia Ighirri, sur 20minutes.fr, le 2 décembre 2013) 
     
     
    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Erics67)
     

    FlècheCe que j'en pense

     
    Contre toute attente, la graphie préconisée par l'Académie pour désigner la pâtisserie à base de farine et de miel, typique de Noël, est : un pain d'épice (des pains d'épice), avec épice au singulier. Peut-être les immortels pâtissiers de la langue française ont-ils voulu éviter de faire la part trop belle auxdites épices qui n'entraient qu'occasionnellement dans la recette d'origine (1).

    Si Littré, Girodet et Thomas s'en tiennent scrupuleusement à cet usage orthographique, force est de constater que nos dictionnaires usuels n'hésitent pas à prendre quelques libertés avec les ingrédients traditionnels : ne lit-on pas « Pain d'épice » à l'entrée épice du Robert illustré 2013 et « Pain d'épice(s) » à l'entrée pain ? Même flottement constaté dans le Dictionnaire historique : « Pain d'épices (1530 ; 1372, pain d'espessez) » à l'entrée épice et « Pain d'épice (XIVe s.) » à l'entrée pain. Un paindépicier n'y retrouverait pas ses petits... Au demeurant, Bescherelle, Hanse et Grevisse admettent les deux formes sans sourciller : un pain d'épice(s).

    Dans le doute, mieux vaut encore s'en tenir au singulier, qui a la préférence de quelques grands noms de la littérature − des « tronches » qui n'ont rien de cakes : « Un visage de pain d'épice » (Rousseau) ; « On se croirait à la foire aux pains d'épice » (Zola). Avec de telles cautions, on ne risque pas de se tromper, nom d'un petit bonhomme !


    (1) « Il est vrai que le pluriel semblerait indiquer que les épices sont l'élément essentiel de ce pain où les substances aromatiques ne sont que l'accessoire », précise Dupré.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Des arômes de pain d'épice et de vin chaud (selon l'Académie).

    Des arômes de pain d'épice(s) et de vin chaud (selon les dictionnaires usuels).

     

    « L'icône des jeunesDes années-lumière(s) »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :