• Concorde sous condition

    « François Bayrou conteste avoir passé un accord avec François Fillon. L'ancien Premier ministre avait affirmé que le président du MoDem lui avait déclaré : "Si tu gagnes les primaires, je ne me présenterais pas contre toi." »
    (Dominique de Montvalon, sur lejdd.fr, le 17 avril 2016)  
     
    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Guermonprez)

     

    FlècheCe que j'en pense


    Décidément, tout fout le camp... à commencer par la concordance des temps !

    Sans doute est-il besoin de rappeler à notre journaliste que c'est le futur simple (ou le présent) de l'indicatif − et non le conditionnel présent − qui est requis dans la proposition principale quand la subordonnée de condition (introduite par si) est au présent. Comparez : S'il fait beau, je sors ou je sortirai et S'il faisait beau, je sortirais. Encore faut-il être en mesure de distinguer le futur du conditionnel, notamment à la première personne du singulier : je me présenterai (nous nous présenterons) ; je me présenterais (nous nous présenterions). Avouez que l'oreille, en la matière, ne nous guide plus guère, depuis que le é fermé du futur et le è ouvert du conditionnel se confondent plus souvent qu'à leur tour dans le même phonème [ε].

    Il n'empêche, les mauvaises langues ne manqueront pas de faire remarquer qu'il s'agit là d'un point de grammaire (et de conjugaison) que l'élève est censé maîtriser en fin de... primaire !


    Voir également les billets Futur ou conditionnel ? et Si.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Si tu gagnes les primaires, je ne me présenterai pas contre toi.

     

    « Ce n'est pas du luxe !Coup dur »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :