• Inclinaison / Inclination

    En dépit d'une étymologie commune (latin inclinatio) et d'une indéniable parenté paronymique, les substantifs féminins inclinaison et inclination ont longtemps fait l'objet de la distinction suivante :

    • inclinaison, employé au seul sens propre, devait être réservé à l'état de ce qui est incliné.

      L'inclinaison d'un toit, de la tour de Pise. Un angle d'inclinaison.

    • inclination devait être réservé à l'action d'incliner, au sens propre (pour marquer le salut, l'acquiescement ou le respect) comme au sens figuré (pour exprimer le penchant, naturel, pour quelque chose ou celui, plus coupable, pour quelqu'un).

      Il m'a salué d'une inclination de tête (sens propre).
      Avoir une inclination à mentir, de l'inclination pour quelqu'un (sens figuré).

    Force est de reconnaître que l'usage, parfois peu enclin à se soumettre aux règles, s'est aventuré sur des pentes bien trop inclinées pour conserver à l'édifice intellectuel sa cohérence originelle. Jusqu'à verser dans une relative confusion. En témoignent ces citations de Martin du Gard : « Cette inclinaison de la tête sur la gauche », « [J'éprouve pour elle] une inclinaison sentimentale, une sympathie... amoureuse » (au lieu des inclinations attendus).

    À cette aune-là, on en viendrait à se persuader que notre ancien président ne s'était pas fourvoyé (sémantiquement parlant) en expliquant, le 6 septembre 2011, à des routiers penchés vers lui, le regard oblique : « Par inclinaison personnelle, j’ai plutôt envie de donner satisfaction à ceux qui disent "laissez-moi travailler plus", plutôt qu’à ceux qui disent "je veux travailler moins" »...

    Alors, sur le déclin, inclination ? Il semble bien que ledit substantif souffre de nos jours d'un déficit d'image, consécutif à un penchant trop marqué pour le désuet et le suranné (ne parlait-on pas autrefois de « mariages d'inclination » ?). À la rigueur le cantonnerait-on dans le seul sens moral, auquel le destinait sa formation savante. Est-ce une raison suffisante pour s'incliner sans réagir devant la suprématie annoncée de son prolétaire de concurrent, de formation plus ancienne ? Il ne tient qu'à nous d'inverser la tendance, tout du moins de la redresser.

    Séparateur de texte


    Remarque : On notera que le verbe incliner cumule les deux sens, puisqu'il signifie à la fois « courber ; être penché » et « disposer à ; être enclin à ».

    Inclinaison / Inclination
    La carte du Tendre est parcourue par le fleuve Inclination.
    (source Wikipédia)

     

    « Leur inclinaison à voterEx-nihilo »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    lesmart
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 11:06

    Bonjour, 

    j'apprécie beaucoup le contenu de l'article et ses mises en abîme, mais il est dommage qu'une erreur orthographique s'y soit glissée (inclinations attendu(e)s).

    Bonne continuation.

    Michel Lesage

    2
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 12:00

    Il ne vous aura pas échappé que j'ai également écrit : "inclinaison devait être réservé à..."
    L'accord est ici déterminé par le sens : ce ne sont pas les inclinations qui sont attendues, ce n'est pas l'inclinaison qui est réservée... mais bien le mot, le terme : au lieu des (mots) inclinations attendus ; (le mot) inclinaison devait être réservé à. D'où le choix, que l'on peut trouver discutable, de l'accord au masculin.

    3
    Semperdolens
    Vendredi 4 Juillet 2014 à 12:13

    Cher Monsieur, le mot d'inclination est trop faible pour décrire le plaisir que me procurent vos articles, que j'ai découverts fortuitement au détour d'une banale recherche syntaxique. Puissiez-vous poursuivre longtemps votre œuvre pie avec autant d'esprit et d'ironie douce.

    4
    Vendredi 4 Juillet 2014 à 16:20

    Je vous remercie de votre message d'encouragement. Devant tant d'éloges, croyez bien que j'incline à poursuivre cette passionnante aventure.

    5
    M. BA
    Mercredi 9 Juillet 2014 à 12:16

    Dans son roman « La curée », Emile Zola écrit : « Mais il y eut une secousse dans le trot régulier de la file des voitures. Et, levant la tête, elle salua deux jeunes femmes couchées... » Vous conviendrez avec moi que cette phrase désarçonne par sa construction syntaxique, non ?

    6
    Mercredi 9 Juillet 2014 à 17:09

    Vous conviendrez, toutefois, que la lecture du paragraphe dans son intégralité ne laisse planer aucun doute quant à l'identité du pronom elle (mis pour Renée).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :