• Si ce n'est que ça...

    Si ce n'est que ça...

    « [...] rien n'avait plus d'importance, si ce n'étaient ces comptes, ces chiffres alignés qui n'avaient pour lui pas la moindre signification. »
    (Christian Signol, dans son roman Une année de neige, paru aux éditions Albin Michel)
      

    FlècheCe que j'en pense


    D'après la plupart des spécialistes de la langue, le singulier s'impose dans la locution si ce n'est, employée au sens de « excepté, sauf, sinon » : « Si ce n'est eux, quels hommes eussent osé l'entreprendre ? » (Littré), « Si ce n'est eux, qui donc l'a fait ? » (Hanse), « Il a tout emporté, si ce n'est quelques livres » (Girodet), « Ma mère n'a plus de famille, si ce n'est des cousins éloignés » (Grevisse), « Il n'y a pas de fautes, si ce n'est quelques erreurs d'étourderie » (Bénédicte Gaillard), « Deux des meilleurs romans, si ce n'est les meilleurs » (Hanse). Le fait n'est pas nouveau. Féraud, dans son Dictionnaire critique de la langue française, écrivait déjà en 1787 : « D'Ablancourt dit, mais mal : "Tous les exercices en seront bannis, si ce ne sont ceux de récréation." On doit dire : si ce n'est ceux, etc. » La forme si ce ne sont est-elle à ce point « cacophonique », comme croit pouvoir l'affirmer René Georgin ? L'argument me paraît d'autant moins pertinent que l'on dira très correctement au pluriel : Si ce ne sont (pas) vos frères, ce sont vos cousins. Dans cet emploi, en effet, ce est mis pour « ces personnes dont je parle », alors que le ce dans si ce n'est signifiant « excepté, sauf, sinon » répète la proposition principale et peut se traduire selon le grammairien Charles-Louis Marle par ceci : « si ceci n'est ou si n'est ceci, ce que je dis [...] Si ce n'est est là une espèce d'expression adverbiale » (1).

    Les frères Le Bidois vont plus loin : selon eux, si ce n'est est une formule figée qui doit rester invariable non seulement en nombre, mais aussi en forme temporelle. Et les deux linguistes de citer Hugo : « Rien n'égalait Nemrod si ce n'est Attila. » Force est toutefois de constater dans plus d'un ouvrage de référence que le verbe ne se rencontre pas qu'au présent de l'indicatif : l'Académie et Hanse admettent également la forme si ce n'était, à laquelle Thomas et le Larousse en ligne ajoutent encore si ce n'eût été. Qui dit mieux ?

    Vous l'aurez compris, il n'est pas rare que notre locution sorte de son figement (« parfois », selon Grevisse ; « facultativement », selon Jean-Paul Jauneau) : « Les Chinois ne savent point que leur pays s'appelle la Chine, si ce ne sont ceux qui trafiquent avec les Européens » (Bernardin de Saint-Pierre), « L'opinion est égarée ; qui la redressera, si ce ne sont ceux qui disposent du plus sûr moyen pour la diriger ? » (Chateaubriand), « Rien ne restait en lui du démagogue affamé, si ce n'était une insupportable intolérance de doctrine » (Zola), « Rien... si ce ne sont les campagnes qui dansent en tourbillons avec les arbres » (Lautréamont), « [Elle] ne s'intéressait plus à rien, si ce n'était aux menus incidents de l'hospice » (Martin du Gard), « Si ce n'étaient les monticules de terre qu'elle [= la taupe] élève en cheminant [...], on ne soupçonnerait pas sa présence » (Pesquidoux), « Qui grimperait dans le haut Sérianne, si ce n'étaient des amoureux ? »  (Aragon), « En temps normal, il ne se souciait pas d'aimer, si ce n'étaient les combinaisons infinies des chiffres et des figures abstraites qui ravissaient son esprit » (Barjavel). D'aucuns voient dans ces variations la persistance de l'usage ancien, où le verbe se présentait aussi au passé et au pluriel : « Qui eust de quoy fit collation ; mais bien peu en avoient, si ce n'estoit quelque lopin de pain pris au sein d'un valet » (Philippe de Commynes), « sans rien épargner, si ce n'estoient les personnes qui auroient contenance de pouvoir payer rançon » (Boyvin du Villars), « Jamais je ne vy faire un temps si morfondant, si ce n'a esté possible l'année du grand hyver » (Odet de Turnèbe), « Que hors cela on ne les voyoit presque jamais, si ce n'estoit pour affaire » (Claude de Sainte-Marthe).

    Aussi bien, là n'est pas le plus surprenant. On s'étonne en effet de lire à l'entrée « être » de la neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie : « Si ce n'est, si ce n'était ou, elliptiquement et d'un emploi littéraire, n'était, n'étaient, n'eût été, n'eussent été, pour indiquer une exception. » Que peut bien justifier, je vous le demande, cette différence de traitement du verbe être, en nombre et en temps, entre la locution d'origine et sa forme elliptique ? Pas grand-chose, je le crains, si ce n'est... un certain manque de cohérence.

    (1) Las ! Littré sème la confusion en laissant entendre − à tort, cela va sans dire − que si ce n'est est à prendre au sens d'« excepté » dans cette citation de La Fontaine : « Si ce n'est toi, c'est donc ton frère. »

     

    Remarque 1 : Thomas précise à bon droit que si ce n'est, exprimant une restriction, s'emploie sans l'adverbe de négation pas. Cependant, note Jean-Charles Laveaux dans son Dictionnaire raisonné des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française (1822), « dans le cas où la négation serait suivie de pas, le verbe être changerait de temps et de nombre » (en fonction du nom qui suit et qui est le sujet réel). Comparez : « [L'ambitieux] ne jouit de rien, si ce n'est de ses malheurs et de ses inquiétudes » (Jean-Baptiste Massillon) et « Si ce ne sont pas de bons livres, pourquoi les lisez-vous ? » (Noël-François De Wailly), où ce est mis pour « ces livres ».

    Remarque 2 : Certains spécialistes (dans un souci de clarté ?) entendent réserver la forme au passé si ce n'était (ou, elliptiquement, n'était) au sens de « s'il n'y avait pas, sans » : « Si ce n'était la crainte de vous déplaire, je ferais telle chose » (Littré), « Si ce n'était la crainte de rester sans travail, il démissionnerait » (Bénédicte Gaillard), « Si ce n'était sa timidité, c'est un garçon très agréable » (Larousse en ligne), à comparer avec si ce n'est employé au sens d'« excepté ». Les exemples cités plus haut montrent que cette distinction est inégalement respectée dans l'usage.

    Remarque 3 : On trouve les mêmes hésitations à propos de si ce n'est que, au sens de « excepté que, sauf que ».

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Rien n'avait plus d'importance, si ce n'est (ou si ce n'était ?) ces comptes.

     

    « Si ça se trouve...Nous voilà verni(s) ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vincent
    Mercredi 4 Novembre 2015 à 21:25

    Ça me fait penser au sketch de Fernand Raynaud, "le vin blanc", dans lequel ma'm'zelle Hélène crie plusieurs fois "si c'était que ça !". Un régal.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :