• Qui ne tente rien n'a rien

    Qui ne tente rien n'a rien

    « Dans le rôle du démineur, le député proche de François Hollande Sébastien Denaja s’est tenté à l’exercice de médiation en s’exprimant publiquement mardi sur BFMTV pour un "nouveau tour de table" » (à propos du projet de loi sur le travail).
    (Axelle Roux, sur lejdd.fr, le 27 mai 2016)  


    FlècheCe que j'en pense


    J'ai d'abord cru à une simple bourde. Las ! une rapide recherche sur la Toile me donne à penser que le mal est plus profond. Jugez plutôt : « Il s'est tenté à ce jeu et a manqué d'y perdre la vie », « LG s'est tenté à l'expérience du grand show à l'américaine», «  Il s'est tenté à d'autres genres comme le drame », « Il s'est tenté à une explication de ce phénomène de mode » et, avec un infinitif, « Va-t-il se tenter à mettre le nez dehors ? », « On s'est tenté à faire un bras de fer », etc.

    Se tenter à (faire) quelque chose, vraiment ? Inutile de préciser que ledit tour − quand bien même il se serait rencontré autrefois (1) − ne figure à ma connaissance dans aucun dictionnaire usuel. N'est-ce pas plutôt s'essayer, se livrer à quelque chose (au sens général de « entreprendre de faire quelque chose ») que les auteurs de ces phrases avaient à l'esprit ? « S'essayer à un exercice difficile : en faisant l'essai de quelque chose, on fait en même temps l'essai de soi-même » écrit ainsi Pierre Le Goffic dans sa Grammaire de la phrase française (1994). À la décharge des contrevenants, reconnaissons que, les verbes essayer et tenter ayant un champ sémantique commun, grande est la tentation d'appliquer à celui-ci la construction propre à celui-là. Il n'empêche : mieux vaut ne pas tenter le diable...

    (1) « S'entêter que la perfection chrétienne consiste à aimer Dieu sans intérêt [...], c'est se tenter à renoncer à aimer Dieu pendant l'éternité » (Le Chrétien philosophe, 1701).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Il s’est essayé (ou livré) à l’exercice de médiation.

     

    « À côté de la plaqueChaud devant ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Issa
    Samedi 28 Mai 2016 à 21:26
    Qu'en est-il de l'accord dans la phrase : elles se sont essayé(es) à... ?
      • Samedi 28 Mai 2016 à 22:50

        On écrira : Elles se sont essayées à la peinture.

    2
    dao
    Mercredi 15 Juin 2016 à 21:03
    dao

    quelle drôle d'expression! je découvre (oui c'est un peu tard mais bon...) J.Kessel, et A.Londres, "reporters" la comparaison est douloureuse pour les journalistes d'aujourd'hui, qui s'en fichent je crois.

    3
    aranud
    Dimanche 19 Juin 2016 à 20:52

    Personnellement la phrase que vous citez ( "Le Chrétien philosophe")  ne me choque pas et je n'ai pas l'impression que l'ancienneté du texte y soit pour quelque chose.
    Il me semble que le sens y est différent.
    "C'est se tenter à renoncer à... " dans ce contexte n'a pas pour moi le sens de "C'est s'essayer à renoncer à..."
    mais plutôt celui de  "C'est se soumettre à la tentation de renoncer à ... "

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :