• Première nouvelle !

    « Jules Bianchi : toujours aucune nouvelle » (à propos du pilote français gravement blessé au dernier Grand Prix du Japon).
    (Jonathan Murciano, sur tf1.fr, le 20 octobre 2014)

     

    Jules Bianchi (photo Wikipédia sous licence GFDL par Henry Mineur)

     

    FlècheCe que j'en pense

    Un lecteur de ce blog(ue) m'interpelle en ces termes : « Le doute me taraude : doit-on écrire "je n'ai aucunes nouvelles de toi " ou "aucune nouvelles de toi" ? »

    Empressons-nous déjà de rappeler la règle : l'adjectif aucun s'emploie le plus souvent au singulier, sauf devant des noms qui n'ont pas de singulier (aucuns frais, aucuns ciseaux, aucunes représailles, etc.) ou qui prennent au pluriel un sens particulier (Cet homme n'a aucunes lettres, n'a pris aucunes vacances, n'a reçu aucuns gages). Partant, si hésitation il devait y avoir, ce serait donc entre les graphies aucunes nouvelles et aucune nouvelle.

    Selon l'écurie Hanse, « on écrit : Je suis sans nouvelles de lui (puisqu'on dit : recevoir des nouvelles), mais : Je n'ai aucune nouvelle de lui ». Oserai-je l'avouer ? L'argumentation de notre spécialiste me paraît spécieuse. Car enfin, si l'on reconnaît que le tour consacré est recevoir des nouvelles de quelqu'un, comment refuser le pluriel à aucune nouvelle ? Ne sommes-nous pas, précisément, en présence d'un substantif (nouvelle) qui change de sens − comme le note le comité de pilotage du français, sis quai Conti, dans la dernière édition de son Dictionnaire − en passant du singulier (« annonce d'une chose arrivée récemment ») au pluriel : « Renseignements sur l'état d'une personne ou d'une chose dont on n'était pas informé depuis quelque temps. Demander à une personne des nouvelles de sa santé. Prendre, recevoir des nouvelles d'un proche. Envoyer quelqu'un aux nouvelles. Être sans nouvelles d'une expédition. Donnez-nous de vos nouvelles » ?

    Il faut croire que les ouvrages de référence ne l'entendent pas de cette oreille : « N'avoir aucune nouvelle » (TLFi, à l'entrée « nouvelle »), « À ce jour, nous n'avons reçu aucune nouvelle » (Dictionnaire de l'Académie, à l'entrée « jour »), « Je n'ai aucune nouvelle de lui » (Petit Robert, à l'entrée « nouvelle »), « Je n'ai plus aucune nouvelle » (Dictionnaire du français de Josette Rey-Debove, à l'entrée « entendre »). Vous l'aurez compris : j'aimerais pouvoir affirmer ici que les deux graphies sont possibles, mais force m'est de reconnaître que je manque de cautions du circuit professionnel. Bien sûr, me fera-t-on remarquer avec raison, aucun s'est employé couramment au pluriel jusqu'au XVIIIe siècle : « Je n'ai eu aucunes nouvelles de mon pays » (Charles Maupas, Grammaire française, 1607), « Je n'ai pas eu le courage de vous mander aucunes nouvelles » (Racine), « Il eut de grandes inquiétudes sur ce qu'il n'apprenoit aucunes nouvelles de Jean Casimir ni des Allemands » (Bossuet), « Je suis bien en peine de n'avoir aucunes nouvelles de notre ami » (Mme de Sévigné), « Angau ne me donne aucunes nouvelles » (Voltaire). L'Académie elle-même écrivait encore en 1762, à l'entrée « rembarquement » de son Dictionnaire : « On n'a aucunes nouvelles de lui depuis son rembarquement », mais elle ne se fit... aucun scrupule (?) d'opter pour le singulier dans les éditions suivantes, à l'instar de Rousseau (« La douleur de n'avoir aucune nouvelle de Madame de Warens »), de Sainte-Beuve (« Vous ne me donnez dans votre lettre aucune nouvelle de votre santé »), de Flaubert (« Je m'étonne beaucoup de n'avoir aucune nouvelle de vous ») ou de Martin du Gard (« Toujours rien de vous, aucune nouvelle ») (1).

    La confusion gagne encore du terrain, et à vive allure, dans le cas où aucun est employé avec la préposition sans (2) : doit-on écrire (être) sans aucunes nouvelles ou sans aucune nouvelle ? Curieusement, les avis semblent plus équitablement partagés. Jugez-en plutôt : « Montpellier était sans nouvelles aucunes » (Pierre Larousse), « Nous sommes de nouveau sans nouvelles aucunes de nos familles » (Élie Reclus), « On était sans nouvelles aucunes de Jean » (Émile Gaboriau), « Tu as dû être surpris de rester sans aucunes nouvelles de moi depuis tes deux dernières lettres » (Max Jacob), « Je suis sans aucunes nouvelles directes de vous » (Antonin Artaud), « Je suis très étonné d'être sans nouvelles aucunes de Pierre » (Claude Lévi-Strauss), « Deux semaines passèrent sans aucunes nouvelles » (Denis Lépée), mais « La nuit s'écoula comme la journée, sans nouvelle aucune » (Alexandre Dumas père), « Si vous voyez Maupassant, serrez-lui la main et dites-lui que je suis sans aucune nouvelle de Flaubert » (Émile Zola), « J'étais [...] sans aucune nouvelle de qui que ce fût » (Léon Bloy), « Quatre ans sans aucune nouvelle de son père » (Elvire de Brissac), « Trois jours passèrent sans aucune nouvelle » (Jean-Baptiste Harang).

    De là à envoyer rouler mes certitudes dans la poussière...


    (1) Le pluriel perdure toutefois sous quelques bonnes plumes : « Je n'ai plus aucunes nouvelles. Pouvez-vous m'en donner ? » (George Sand), « Je suis bien étonné de n'avoir aucunes nouvelles de vous » (Charles Baudelaire), « Plus aucunes nouvelles depuis ton deuil » (André Gide), « J'ai demandé à Mlle Legrain des nouvelles de Mme Leroux. Aucunes nouvelles » (Paul Léautaud), « On n'a aucunes nouvelles de M. Saft » (Georges Simenon), « La jeune femme [...] dont il n'avait plus aucunes nouvelles depuis leur séparation » (Claude Seignolle).

    (2) Aucun peut alors être postposé au nom.


    Voir également le billet Frais

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    La même chose, selon l'Académie.

     

    « N'en déplaise(nt)Un n ou deux n ? »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Novembre 2014 à 19:04

    Bonjour et merci pour ce blog très instructif.

    Pour ajouter ma voix sur le sujet de ce billet, j'ai pour ma part l'habitude d'employer le pluriel si l'objet de la négation est habituellement au pluriel. Pour moi cela devrait s'appliquer à "aucun". Par exemple une pièce sans aucune porte (il n'y a généralement qu'une porte dans une pièce) mais une maison sans aucunes fenêtres (il est rare de n'avoir qu'une seule fenêtre dans une maison).

    Dans ce cas "ne recevoir aucunes nouvelles" me paraît valable car on reçoit plus souvent des nouvelles qu'une nouvelle.

    S'agit-il juste d'un délire de ma part, ou y a-t-il une règle officielle qui s'oppose fermement  à l'utilisation du pluriel ?

    2
    Lundi 24 Novembre 2014 à 19:57

    Merci de votre message de soutien.

    La règle que vous décrivez est réservée à l'emploi de sans et de pas de (voir cet article). On écrira donc : une pièce sans porte (il n'y a d'ordinaire qu'une porte dans une pièce) et une maison sans fenêtres ; une pièce sans aucune porte et
    une maison sans aucune fenêtre (l'adjectif aucun n'étant pas compatible dans ce cas avec un pluriel) mais un déplacement sans aucuns frais.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :