• Accord avec "pas de" et "sans"

    Tordons tout de suite le cou à une idée fausse : non, ce n'est pas parce qu'une expression est négative qu'elle doit forcément être au singulier ! La négation peut tout à fait porter sur la pluralité.

    Pas de et sans peuvent donc être suivis aussi bien du singulier que du pluriel, selon que le nom auquel ils réfèrent suggère logiquement l'idée d'unicité ou de pluralité. Une fois de plus, c'est le sens qui commande.

    Astuce

    En général, le nom garde le nombre (singulier ou pluriel) qu'il aurait dans une tournure positive → il suffit donc le plus souvent, pour se décider, de remplacer sans par avec et il n'y a pas de par il y a.

    Un couteau sans manche (un couteau ne peut en avoir qu'un) mais Un gilet sans manches (un gilet avec des manches → pluriel).

    Un devoir sans fautes (plus fréquemment que sans faute) mais Je viendrai demain sans faute (= assurément).

    Un homme sans parole mais Une histoire sans paroles.

    Un débat sans éclat (= terne, ennuyeux) mais Un débat sans éclats (= sans prises de bec).

    Une personne sans intérêt (= pas digne d'intérêt) mais Un crédit sans intérêt ou sans intérêts (= qui ne rapporte pas d'intérêt[s]).

    Être sans emploi (on ne peut généralement en avoir qu'un).

    Je n'ai pas d'argent (j'ai de l'argent → singulier).

    Il n'y a pas de cheminée dans ce salon mais Il n'y a pas de meubles dans ce salon.

    Il n'y a pas de danger que...

    Sans autre formalité mais Sans plus de formalités.

    Souvent, le sens (ainsi que le... sans) peut offrir le choix :

    Je n'ai pas de problème(s) (selon que l'on privilégie le fait qu'il puisse y en avoir un ou plusieurs).

    On l'a traité sans ménagement(s).

    L'Académie précise cependant que, « dès lors que ce dont on parle peut suggérer l’idée de pluralité, c’est le pluriel qui est le plus fréquent ».

    Séparateur de texte

    Remarque 1 : On notera que les noms abstraits ainsi que la plupart des locutions s'écrivent généralement au singulier : sans arrêt, sans bruit, sans commentaire, sans condition, sans délai, sans difficulté, sans doute, sans écho, sans effort, sans encombre, sans espoir, sans exception, sans fard, sans gêne, sans hâte, sans incident, sans merci, sans peine, sans pitié, sans précaution, sans raison, sans regret, sans réserve, sans ressource, sans retour, sans souci, sans scrupule, etc. Mais on écrit de préférence : sans bornes, sans limites et sans façons (parfois sans façon).

    Le cas de sans histoire(s) est plus hésitant : dans le sens de « sans rien de marquant ni de fâcheux », Robert préconise la graphie au singulier, l'Académie, celle au pluriel (Un voyage sans histoires. Mener une vie sans histoires) ; d'autres voient dans le singulier le sens de « sans passé ».

    Le pluriel est évidemment de rigueur avec les noms qui n'ont pas de singulier : sans frais, sans ambages, etc.

    Remarque 2 : D'ordinaire, la locution sans pareil varie, tout comme sans égal (sauf au masculin pluriel, selon la plupart des spécialistes). Mais l'invariabilité est également admise.

    Des exploits sans pareils mais Des exploits sans égal (et non sans égaux).
    Une honnêteté sans pareille. Une honnêteté sans égale.

    Remarque 3 : On notera le pluriel du substantif sans-abri (des sans-abri selon la règle classique ou des sans-abris selon les Rectifications orthographiques de 1990), qui tend à remplacer dans le langage courant le terme de sans-logis pour désigner une personne n'ayant pas ou plus de logement.

    Remarque 4 : On écrit sens dessus dessous (et non sans dessus dessous, n'en déplaise à Rika Zaraï !)

    Sans

     

    « Ayons, soyezDilemme »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Septembre 2011 à 09:44

    J'avais bien besoin de celui-là pour lequel je me posais toujours la question.

    Eh bien maintenant, je sais !

    Amitié

    Lydia

    2
    Jean-Michel
    Dimanche 29 Mai 2016 à 08:04
    Jean-Michel

    J'ai écrit: "néanmoins cette pratique ne va pas sans difficultés" - au pluriel, car j'énumère ensuite plusieurs difficultés. En fait je veux dire qu'il-y-a des difficultés inhérentes à la pratique en question. Cependant j'écrirai en réponse à la question: "Pourrez-vous accomplir cette tâche dans les délais impartis ?" - sans difficulté au singulier, comme: - sans problème. C'est-à-dire sans aucune difficulté, sans un seul problème !

    Qu'en dites-vous ?...

      • Dimanche 29 Mai 2016 à 11:10

        On trouve le pluriel chez Marguerite Yourcenar : "Pour le passé, je suis loin de posséder une copie de tous ces textes ; je m'efforce au contraire en ce moment de les rassembler, ce qui ne va pas sans difficultés." On pourrait également dire : ce qui ne va pas sans quelques difficultés.
        Hanse laisse le choix : "réussir sans difficulté ou sans difficultés", contrairement au Bescherelle : "Difficulté est invariable dans en difficulté, avec difficulté, sans difficulté."

    3
    laetitia
    Mercredi 9 Novembre 2016 à 16:20

    Dans la phrase: "Il répète jour après jour ses gammes sans faire de caprices", caprices doit-il être obligatoirement  au pluriel, ou peut-il être au singulier?

      • Jeudi 10 Novembre 2016 à 00:11

        Selon moi, les deux graphies sont correctes (on peut dire : faire un caprice ou faire des caprices), même si le pluriel semble plus fréquent.

    4
    atreides
    Vendredi 11 Novembre 2016 à 07:02

    Bonjour, j'ai un doute à propos de cet accord: ".....l'issue du conflit se révélant conforme à la relation qu'ils en avaient faite". J'aurais écrit "faite", mais la sonorité me gêne. Qu'en dites vous? Merci

      • Vendredi 11 Novembre 2016 à 11:51

        J'avoue ne pas saisir le sens de la phrase...

      • atreides
        Vendredi 11 Novembre 2016 à 15:30

        Le conflit se terminait conformément à ce que laissait augurer la relation qu'ils en avaient faite (par une victoire).

         

    5
    Vendredi 11 Novembre 2016 à 19:25

    Je ne comprends pas davantage... Que peut bien signifier "la relation qu'ils en ont fait(e)" ? Faire une relation ? Et à quoi renvoie le en ?
    Le sens n'est-il pas plutôt : Le conflit se terminait conformément à ce que laissait augurer la relation qu'ils avaient établie ?

    6
    atreides
    Samedi 12 Novembre 2016 à 11:14

    Non, il s'agit de la relation au sens de relater un événement. Quant à "en" j'imagine qu'il renvoie au conflit.

      • Samedi 12 Novembre 2016 à 14:17

        J'y suis : faire une relation de quelque chose, au sens de "relater, rapporter quelque chose". Dans ce cas, votre phrase s'analyse de la façon suivante : Ils avaient fait la relation du conflit (ou de l'issue du conflit). On écrira donc : l'issue du conflit se révélant conforme à la relation qu'ils en avaient faite (qu', COD mis pour relation, étant placé avant le participe faite).

      • atreides
        Samedi 12 Novembre 2016 à 21:09

        Oui, c'est bien ainsi que je l'aurais écrite spontanément, mais tout à coup l'accord m'a paru bizarre.

        Merci pour votre réponse. Mille bravos pour le site.

    7
    Nikole
    Mardi 6 Décembre 2016 à 16:15

    Bonjour. Des questions, comm d'hab' !  :-)
    - Je ne comprends pas, si je suis la logique de ce que vous nous expliquez, la possibilité de crédit sans intérêt, au singulier, dans un contexte bancaire.
    [Tiens, en passant, je me demandais si les rectifications orthographiques ne permett(r)aient pas un sg ou un pl. dans tous les cas !]
    - Concernant l'Académie, et en général d'ailleurs, quand on parle d'emploi "le plus fréquent", sous-entend-on qu'il est celui qui est à préférer, ou que les deux posssibilités sont acceptables ?
    - Enfin, je vous propose la phrase suivante " Pas un animal non plus, domestique ou non : pas de chien[s], aucun chat [...], pas  de hérisson[s], de rat[s], de mangouste[s]" Là encore, si je suis votre logique, je dois mettre le pluriel, puisqu'à l'inverse on dirait : "Il y a des chiens etc." (encore que l'inverse pourrait être : "Il y avait un chien... !" Spontanément, je ne met(trai)s pas de s (je  di(rai)s : il n'y a pas un sel chien ! ) : m'est avis que dans ce cas précis, s ou pas, ça fonctionne, non ?
    Et dans ce type de problème, je me demande ce qu'on devrait considérer comme faute "réelle" dans une dictée !
    Merci de votre future réponse.
    Ah ! Vous avez compris que j'étais attachée à l'orthographe et à la forme : si vous constatiez dans mes écrits, qui finissent par récurrer, des erreurs, des imprécisions d'emploi, de quelque type qu'elels soient, non seulement je ne m'offusquerais pas, mais je vous saurais gré de m'en faire part !  :-)

      • Mardi 6 Décembre 2016 à 17:14

        Comme indiqué dans l'article, "souvent, le sens (ainsi que le... sans) peut offrir le choix". C'est le cas avec le mot intérêt, pris au sens de "revenu produit par un capital prêté ou placé" : payer, servir, verser, percevoir un intérêt ou des intérêts, d'où un prêt sans intérêt ou sans intérêts.

    8
    Mardi 6 Décembre 2016 à 19:48

    Merci. Et que feriez-vous, avec le(s) chien(s) ? :-)

      • Mardi 6 Décembre 2016 à 20:39

        La présence de "aucun chat" dans votre exemple incite à tout laisser au singulier.

    9
    Raul
    Jeudi 24 Août à 10:40

    Bonjour,

    Dans la phrase, "l'incendie a été maîtrisé sans faire de victime(s)".

    "Victime" doit-il être au pluriel ou au singulier ?

    Merci d'avance.

      • Jeudi 24 Août à 19:16

        Les deux formes sont grammaticalement correctes, même si celle au pluriel a, pour ainsi dire, ma préférence : "Ils passent inaperçus et sans faire de victimes de leurs plaisirs ou de leur oisiveté" (Colette).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :