• Laisser sur sa fin

    Laisser sur sa fin

    « Le projet inachevé du Sabbat et l'expérience récente non moins malheureuse de ses deux duos bouffes l'avaient indubitablement laissé sur sa fin » (à propos du compositeur français Emmanuel Chabrier, photo ci-contre).

    (lu dans L'Odyssée musicale d'Emmanuel Chabrier, d'Éric Lacourcelle, Éditions L'Harmattan, 2000)


         (Photo wikipedia)


    FlècheCe que j'en pense


    Confusion amusante entre les deux homophones fin et faim. Le contexte impose pourtant clairement l'idée de frustration, d'insatisfaction, non celle d'achèvement, de terme.

    Dans le premier cas, il convient de recourir à l'expression laisser quelqu'un sur sa faim (= ne pas satisfaire sa curiosité, ne pas répondre à son attente), qui établit un parallèle entre la nourriture physique et la nourriture intellectuelle, entre l'appétit et la soif de connaissance. Les mêmes remarques valent pour rester sur sa faim (= ne pas obtenir tout ce qu'on espérait).

    Dans le second cas, on emploiera logiquement les expressions construites avec le substantif féminin fin : toucher à sa fin, prendre fin, sentir approcher la fin, etc.

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils l'avaient indubitablement laissé sur sa faim.

     

    « Été ou était ?De singuliers échos »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :