• La possibilité d'une coquille

    « On aura beau le menacer de toutes les sanctions possibles et inimaginables, Franck Ribéry n'est pas prêt à revenir sur sa décision » (de ne plus jouer en équipe de France).
    (paru sur public.fr, le 11 septembre 2014)

     

    Franck Ribéry (photo Wikipédia sous licence GFDL par Stanislav Vedmid)

      

    FlècheCe que j'en pense

    J'entends déjà les mauvaises langues insinuer que les journalistes écrivent comme Ribéry joue : avec les pieds !

    Car enfin, que notre expression soit analysée comme une de ces tautologies dont le français raffole (que l'on songe à sûr et certain, seul et unique, bel et bien, en bonne et due forme, etc.), au motif que ce qui est possible est forcément imaginable, ou qu'elle suppose une progression dans l'intention (comprenez : après avoir envisagé toutes les sanctions possibles, il reste encore à s'intéresser à celles que l'on a la faculté d'imaginer), on se gardera d'y remplacer imaginables par son antonyme − fût-il popularisé par son emploi dans C'est inimaginable ! Convenons que, quand la grammaire serait sauve, l'attelage possibles et inimaginables n'aurait guère de sens : comment envisager ce que l'on ne peut même pas imaginer, je vous le demande ?

    Chose proprement inimaginable, en revanche, nos dictionnaires usuels font preuve d'une touchante unanimité sur ce sujet : Utiliser tous les moyens possibles et imaginables (Robert). Il a essayé toutes les solutions possibles et imaginables (Larousse). Il n'empêche, le tour fautif se répand sur la Toile à la vitesse des perles de Ribéry sur les réseaux sociaux. Il faut croire qu'à l'impossible nul n'est tenu.

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Toutes les sanctions possibles et imaginables.

     

    « Parole d'expertAu pied de la lettre »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :