• Fut-il

    Fut-il

    « Un mensonge, fut-il répété dix fois, cent fois, mille fois, ne fait pas pour autant une vérité » (à propos du prétendu exode fiscal des Français les plus riches).
    (Laurent Neumann, sur marianne.net, le 20 février 2013)

     

     

     
    FlècheCe que j'en pense


    Monsieur le journaliste, vous me copierez dix fois, cent fois, mille fois : « Je ne confondrai plus le passé simple de l'indicatif et le subjonctif imparfait du verbe être. »

    Certes, les deux formes conjuguées ne diffèrent que par un malheureux accent circonflexe. Il n'empêche, ledit accent n'a rien de... futile ! Seul l'imparfait du subjonctif peut, en effet, être occasionnellement employé avec une valeur de conditionnel, comme nous le rappelle justement Grevisse : « L’imparfait du subjonctif peut, dans une sous-phrase ayant la valeur d’une proposition commençant par même si, équivaloir à un conditionnel présent. Ce tour appartient à la langue littéraire, sauf avec fût-ce, plus répandu. »

    En d'autres termes, notre phrase pourrait s'écrire de façon équivalente : « Un mensonge, serait-il répété dix fois » ou encore « Un mensonge, même s'il était répété dix fois », etc.

    Je vous assure qu'il s'agit là de la stricte vérité, fût-ce au risque de contrarier notre journaliste, quelle que fût sa richesse intérieure.


    Voir également le billet Fût-ce.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Un mensonge, fût-il répété dix fois, cent fois, mille fois, ne fait pas pour autant une vérité.

     

    « Les 0,8%Aïe aïe aies... »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :