• Placer la barre haut

    Faut-il accorder haut avec barre dans placer (ou mettre) la barre haut ? Voilà une question qui semble en soucier plus d'un.

    Flèche

    Haut adverbe


    L'analyse est la suivante : dans cette expression figurée, qui signifie que le niveau requis pour accéder à telle qualification ou pour relever tel défi est élevé (par référence à l'athlétisme), haut se rapporte au verbe placer (ou mettre), dont il précise le sens ; on pourrait dire « placer la barre en haut ». Haut est donc adverbe (et non adjectif) et reste invariable.

    Je n'ai pas été reçu à mon examen, la barre était placée trop haut (et non trop haute).

    Flèche

    Haut adjectif


    On écrira toutefois : Lors de cet examen, lors de cet entretien de recrutement (comme lors de cette épreuve de saut), la barre était (très, trop, pas assez, suffisamment) haute.

    Haut qualifie ici le nom barre : il est adjectif − avec le sens particulier de « (qui est) au-dessus d'un certain niveau ou d'un certain degré de référence, dans une position élevée », d'où « difficilement accessible » (1), au propre comme au figuré − et s'accorde donc en genre et en nombre avec barre.


    (*) Ne lit-on pas à l'entrée « inaccessible » de la neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie : « Une étagère trop haute, inaccessible » ? Haute, dans cet emploi, ne précise pas la dimension de l'étagère, dans le sens de la hauteur, mais bien sa position.

     Séparateur de texte

    Remarque 1
    : Haut se trouve en tant qu'adverbe dans diverses expressions : reprendre un ton (une octave) plus haut, des personnes haut placées ou haut perchées, haut les mains, haut les cœurs, etc. Il est adjectif dans des personnes hautes en couleur, des chaînes haute fidélité, des hauts lieux, etc. Voir également le rappel de la règle d'accord des adjectifs employés comme adverbe.

    Remarque 2 : Haut de gamme (sans trait d'union) est invariable comme nom ou comme adjectif : Des produits haut de gamme.

    Remarque 3 : Voir également ce billet.

     

    Placer la barre haut

    Une barre placée vraiment très haut !
    (photo Wikipédia sous licence GFDL by Hunter Peress)

     

    « BâfrerRebattre les oreilles »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Ruby
    Mardi 21 Février 2017 à 23:28

    Replay Chasseurs d’appart’, Maxime met la barre très haute ! du M6

    La barre très haute – Cette expression est souvent utilisée, même dans le titre d’un replay (cf ci-dessus). Mais il faut dire ‘La barre très haut’ et non ‘très haute’, on ne va pas dire mettre ‘la barre très basse’.. ou mettre ‘la barre tout en haute’, c’est ridicule..

    Surtout que cette expression 'mettre la barre très haute'  est trop souvent citée dans de nombreuse émissions TV devant donc des millions de téléspectateurs, aussi bien par les animateurs, les journalistes, que les participants. Hélas c'est une goutte dans le nombre d'inepties qui peuvent être dites..

    2
    Lundi 26 Mars à 10:37

    Ai-je bien lu ? La seconde phrase ci-dessus, dans un site Web dédié à la langue française : "Voilà une question qui semble en soucier plus d'un."

      • Lundi 26 Mars à 12:29

        Vous avez bien lu !
        L'emploi transitif de soucier, au sens de "causer de l'inquiétude", est certes qualifié de nos jours de "vieilli", de "littéraire", parfois de "familier". Il se trouve chez les classiques : "Penses-tu que ton titre de roi / Me fasse peur ni me soucie ?" (La Fontaine), "Hé ! je crois que cela faiblement vous soucie" (Molière) et perdure sous quelques plumes contemporaines (voire académiciennes) : "Cela ne me souciait pas davantage" (Proust), "Rien ne les souciait moins que [...]" (Abel Hermant), "Ça le souciait lui de plus en plus (Céline), "Dont la santé ne laisse pas de me soucier" (Georges Duhamel), "Telle est la question même qui vous soucie" (Jean Paulhan). Selon Dupré, "il n'y a pas de raison valable pour condamner cette forme, sinon que l'usage l'a délaissée [au profit de se soucier de]. Disons tout au plus qu'il s'agit d'un archaïsme légèrement affecté."

        Sans doute aurait-il été plus prudent, je vous l'accorde, de recourir ici au verbe préoccuper...

    3
    Mardi 27 Mars à 23:10

    J'ai été surpris et ravi de votre réponse si rapide. Je n'ai pas votre bagage linguistique quoique je me défende ma foi pas mal.

    Mais j'avais vraiment tiqué sur cette expression. Merci de reconnaître sa vétusté et les risque de son utilisation.

    Je mets illico votre site en référence dans mes favoris.

    4
    Pierre
    Lundi 23 Avril à 12:25
    Merci pour haut et haute. Tres clair.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :