• Obliger (à, de)

    Le verbe obliger, emprunté du latin obligare, a perdu son sens premier de « attacher, lier quelqu'un par une obligation religieuse ou morale ; par des liens de reconnaissance », qui ne perdure que dans quelques expressions telles que : Noblesse oblige ! ou Vous m'obligeriez en acceptant.

    L'usage moderne en fait avant tout un synonyme de contraindre, forcer, et tend à établir une distinction entre ses deux constructions.

    Flèche

    Obliger à + infinitif


    À l'actif, obliger se construit avec l'infinitif complément introduit généralement par la préposition à, sauf pour raison d'euphonie.

    Il m'oblige à l'écouter.

    Il m'oblige à aller le voir (éventuellement Il m'oblige d'aller le voir ou, plus élégamment Il m'oblige à l'aller voir, pour éviter le hiatus).

     

    Flèche

    Obliger de + infinitif


    Au passif, obligé se construit avec l'infinitif complément introduit de préférence par à quand il a une réelle valeur verbale (notamment en présence d'un complément d'agent), par de quand il est employé adjectivement.

    Il fut obligé par ses parents à faire ses devoirs.

    Il est obligé de partir.

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : L'honnêteté m'oblige à préciser que Littré considère cette distinction comme artificielle : « L'oreille seule en décide. »

    Remarque 2 : Les mêmes remarques valent pour contraindre et forcer.

    Obliger (à, de)

     

    « Agonir / AgoniserFond / Fonds / Fonts »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    francois x
    Jeudi 19 Mars 2015 à 13:24

    Bonjour, pourrait-on écrire aussi "il m'oblige à l'aller voir" plutôt que "d'aller le voir"?... L'oreille décide... que ça "glisse" avec légèreté, non?...  

    2
    Jeudi 19 Mars 2015 à 15:48

    Le tour, parfaitement correct quoique désuet, se trouve encore dans la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie : Il n'a pas eu l'honnêteté de l'aller voir.

    3
    Proko
    Lundi 21 Septembre 2015 à 16:20

    Je croyais que, lorsqu'il venait du latin, h était muet. Or je lis ''pour éviter le hiatus.'' Ne dit-on pas h d'hiatus pour h aspiré ?

    4
    Lundi 21 Septembre 2015 à 17:28

    Il y a hésitation, jusque dans les colonnes du Dictionnaire de l'Académie : le h de hiatus est considéré comme muet dans la huitième édition (cet hiatus, l'hiatus)... et aspiré dans la dernière (ce hiatus, le hiatus), avec cette mention : "On dit aussi l'hiatus, sans aspiration."

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :