• Les fantômes de l'Opéra


    « Les Trophées de l'entreprise se sont donné en spectacle à l'opéra. »
    (lu sur leprogres.fr, le 26 juin 2014)

     

     

     

    FlècheCe que j'en pense

    Les entrepreneurs de la Loire en seront pour leurs frais : ils font les gros titres de la presse régionale... en se voyant gratifiés, au passage, d'une jolie faute d'accord.

    C'est que l'on s'explique mal pourquoi le journaliste du Progrès n'a pas jugé opportun d'accorder le participe passé donné avec son complément d'objet direct antéposé, comme l'analyse grammaticale l'y incitait : les Trophées de l'entreprise ont donné qui en spectacle ? se, mis pour eux, COD placé avant ledit participe. L'accord est donc de rigueur, ainsi que le confirme Bescherelle : « Ils se sont donnés en spectacle. » Il en eût été autrement, cela va sans dire, si l'on avait écrit : Ils se sont donné rendez-vous ou Ils se sont donné du mal (les COD entrant en scène après les participes).

    Là n'est d'ailleurs pas le seul écueil que nous réserve notre article. Il faut encore trancher la question de la minuscule à opéra. Si le cas de l’œuvre (L'opéra Carmen est très populaire) ou du genre musical (Il aime l'opéra. Un air d'opéra) ne souffre aucun débat, l'usage est autrement hésitant quand le bougre désigne l'édifice : « Aller à l'opéra » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie) mais « Aller à l'Opéra » (huitième édition) et « Demain soir, nous irons à l'Opéra » (Dictionnaire du français, Josette Rey-Debove) ; « L'opéra de Milan » (Girodet) mais « L'Opéra de Milan » (TLFi) ; « les opéras de Paris, Vienne, etc. » mais « l'Opéra national  de Paris » (Robert illustré 2013). Vous connaissez la musique : chacun se croit fondé à y aller de son couplet discordant. Selon Girodet (et les Immortels, désormais), opéra ne prendrait la majuscule que lorsqu'il est employé sans complément pour désigner l'Académie nationale de musique et de danse : L'opéra de Paris mais, absolument, l'Opéra. L'avis de Josette Rey-Debove est − vous l'aviez deviné − tout autre : « Ce mot s'écrit avec un o majuscule lorsqu'il désigne un bâtiment » (entendez chaque fois qu'il désigne un bâtiment) ; d'où aller à l'Opéra, qu'il s'agisse de celui de Paris ou, comme dans l'affaire qui nous occupe, de celui de Saint-Étienne.

    De là à attribuer le trophée de la discorde à des spécialistes de la langue incapables d'accorder leurs violons...

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils se sont donnés en spectacle à l'opéra (?).

     

    « Ribéry reconquéri ?Entre les mailles d'affilé(e) »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Juillet 2014 à 22:32

    Est-il correct de dire conjoncture actuelle  ? Merci

    2
    Jeudi 17 Juillet 2014 à 23:47

    Le sujet est suffisamment délicat pour que je l'inscrive à l'ordre du jour d'un prochain billet.

    3
    Chambaron
    Mercredi 1er Mars à 00:43

    Je suis un peu étonné de ne pas vous voir mentionner, pour l'opéra, une pratique typographique qui concerne pourtant maints cas courants : quand un mot peut désigner un bâtiment ou une organisation, on n'applique la majuscule que dans le second cas. L'exemple type est l'hôtel de ville (édifice) ou Hôtel de ville (administration municipale). Mais cela vaut aussi pour théâtre, université, bibliothèque, centre, etc.

    Dans le cas spécifique de l'opéra à Paris, il est à noter que l'Opéra de Paris s'est longtemps confondu avec le palais Garnier mais que la construction du bâtiment place de la Bastille a amené une nette dissociation des deux graphies... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :