• Qui peut le plus peut le... moindre ?

    « Car les Aiglons [...] n’étaient pas là pour plaisanter. Pas le moindre du monde. »
    (Maxime Claudel, sur tf1.fr, le 30 avril 2017)

     
     

      FlècheCe que j'en pense


    « C'est par plaisanterie [rien de moins !] que quelques personnes disent "pas le moindre du monde" », écrivait en 1972 le linguiste Marcel Cohen dans Une Fois de plus des regards sur la langue française. Voire. Car enfin, rares sont les plaisanteries qui ont la vie aussi dure. Jugez plutôt : « Chacun donc doit travailler principalement à prévenir et à corriger tout ce qui peut gêner le moindre du monde les déterminations de sa volonté » (Principes du droit de la nature et des gens de Jean-Jacques Burlamaqui, édition de 1767), « Il est bon de remarquer que ce qu'on appelle gentlemen ou gentry [...] ne veut pas le moindre du monde dire noblesse » (Considérations sur l’ordre de Cincinnatus de Mirabeau, édition de 1815), « Dans le seul but de satisfaire votre curiosité [...] ? Pas le moindre du monde » (Albert Montémont dans une traduction de Walter Scott, 1836), « [...] ce qui n'arrange pas le moindre du monde leurs affaires » (La Dépêche), « Flatté ? Pas le moindre du monde, je suis républicain ! » (Le Figaro), « [Elle] ne s'étonnerait pas le moindre du monde de les voir revenir ensemble » (L'Express, Le Point), « Les architectes ne se sont pas préoccupés le moindre du monde de loger ici des hommes de la vie réelle » (France Télévision), « Sans vouloir le moindre du monde être indélicat » (site Internet de l'Assemblée nationale).

    Proximité phonétique entre le moins du et le moindre du ? Confusion avec l'expression pas le moindre (effort, intérêt, obstacle...) ? Toujours est-il que grande demeure, chez l'usager de la langue, l'hésitation entre l'adverbe (superlatif de peu) et l'adjectif (superlatif de petit). Rappelons donc ici avec Hanse que la locution adverbiale le moins du monde « exprime une très petite quantité (si peu que ce soit) : Si cela vous ennuie le moins du monde. [Elle] s'emploie le plus souvent dans des phrases dont le sens est négatif : Il n'essaie pas le moins du monde de nous tromper. Sans penser le moins du monde à la peine qu'il nous faisait » ; ne... pas le moins du monde signifie alors « pas du tout, nullement, en aucune façon ». Dans des tours interrogatifs, le sens est celui de « en quelque manière » : Vous ai-je offensé le moins du monde ?

    Pour autant, il n'aura pas échappé à votre regard d'aiglon que l'attelage le moindre du monde n'en est pas moins attesté chez plusieurs auteurs anciens − et pas des moindres −, où le moindre, employé substantivement, désigne selon Littré « la personne la moins considérable, de la dernière condition » : « Si le moindre du monde a esté injurié, c'est à celluy auquel la dénonce est faicte de prouver le faict » (Calvin), « Quand se trouvera-t-il avoir jamais abusé de sa charge et autorité envers le moindre du monde ? » (Théodore de Bèze), à l'instar de « Et c'est ce que le moindre du peuple condamne tous les jours sur nos théâtres » (D'Aubignac), « Si le moindre du peuple en conserve un soupçon » (Corneille), « Si j'avais épousé le moindre du village » (Charles Perrault), « Il s'en [= de table] levait souvent pour le moindre du peuple qui l'envoyait chercher » (Saint-Simon), « Égarés dans des routes obscures, repoussons-nous la clarté, parce que le moindre du cortège tient le flambeau ? » (Emmanuel Dupaty). D'aucuns trouveront cette construction un rien désuète. Il leur est évidemment loisible de l'ignorer − c'est bien la moindre des choses.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils n’étaient pas là pour plaisanter. Pas le moins du monde.

     

    « La tête au carréPrends garde à toi, moulu ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Laurence
    Hier à 18:06

    D'après Le Littré, donc, "le moindre du monde" désigne une personne de la plus petite condition. Or il  semble impossible de donner ce sens à cette expression dans les exemples que vous citez en introduction (contrairement à ceux cités en conclusion). Ces phrases semblent donc en effet simplement fautives.

      • Hier à 18:30

        Tel est bien mon propos.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :