• Plain / Plein

    Emprunté du latin planus (« plat, uni, égal »), l'adjectif plain(e) − qui décrit à l'origine une qualité physique − ne se rencontre plus guère que dans les expressions de plain-pied (laquelle signifie « au même niveau » et s'écrit avec un trait d'union) et plain-chant (synonyme de chant grégorien).

    On se gardera de le confondre avec son homonyme, autrement courant, l'adjectif plein(e), emprunté du latin plenus (de même sens).

    Cette maison est de plain-pied (et non de plein pied).

    Être perdu en pleine campagne (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie), même si l'on trouve encore l'ancienne graphie en plaine campagne (au sens de « en rase campagne »).

    Un terre-plein. Un trop-plein.

    Séparateur de texte

    Remarque 1
    : Quand l'adjectif plein précède le nom désignant ce qui est plein ou prend familièrement le sens de « beaucoup, très », on se gardera de faire l'accord.

    Il a les poches pleines de billes mais Il a des billes plein les poches.

    Avec des paillettes plein les yeux.

    Il y a plein de visiteurs (et non pleins de visiteurs).

    On notera toutefois que plein se met au pluriel dans l'expression à pleins gaz, qui signifie « à pleine puissance, à toute vitesse ».

    Remarque 2 : La tournure (tout) plein de relève du langage familier et sera avantageusement remplacée par beaucoup de.

    Il gagne beaucoup d'argent (de préférence à plein d'argent).

    Remarque 3 : Selon l'Académie, c'est par confusion avec l'adjectif plain que l'on écrit la pleine mer pour « la haute mer, le large ». De nos jours, mieux vaut toutefois s'en tenir à la graphie avec e, si l'on ne veut pas faire de vagues. De même écrira-t-on, en termes de marine, battre son plein quand la marée, arrivée à son plus haut point, demeure un temps stationnaire. Comme l'explique Littré, son est ici adjectif possessif (et non synonyme de « vibration sonore », comme certains le croient encore) et plein, substantif, désigne le plus haut niveau de la marée (entendez : marée haute... ou mer étale, à l'époque où l'on parlait du plain de l'eau). Par métaphore, cette locution s'applique à toute manifestation se maintenant à son point culminant, à son paroxysme.

    Les festivités battent leur plein (et non son plein).

    Plain / PleinPlain / Plein

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



                                                                            « Le déconnomètre fonctionne à pleins tubes »
                                                                       (jugement de François Bayrou à propos du projet
                                                                              de taxation à 75 % du candidat Hollande).
                                                               
    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Guermonprez).

     

    « Compter sans / Compter surN'être pas sans savoir »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :