• Les dessous d'Amy

    « Au cœur du bouleversant documentaire qui lui est consacré, Amy [Winehouse] est mise à nue. »
    (Julia Beyer, sur lefigaro.fr, le 17 mai 2015) 

     

     

     

    FlècheCe que j'en pense


    Loin de moi l'intention de rhabiller notre journaliste pour l'hiver, mais je me dois ici de rappeler que l'adjectif nu dans la locution adverbiale à nu (« à découvert ») est invariable. Vrai, c'est la vérité toute nue ! Rien que de très logique au demeurant : écrirait-on sans ciller monter une jument à... crue ?

    Ladite locution se rencontre notamment dans être, (se) mettre à nu, qui signifie proprement « (se) dévêtir » et, figurément, « ne rien cacher de ce que l'on a dans le cœur » : Elle se met à nu. On les a mis à nu. Mettre une plaie, une intrigue à nu.

    Notre journaliste pourra toujours se consoler en constatant que l'accord − fautif − se trouve sous la plume de Marguerite Duras (« L'absurdité de la guerre, mise à nue, plane sur leurs corps indistincts ») et dans l'encyclopédie Larousse en ligne (« la parcelle ainsi mise à nue », « laissant les sols à nus »). De quoi, convenons-en, tomber des nues...


    Voir également le billet Accord avec nu.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Elle est mise à nu.

     

    « Coquille en herbeUn tiens vaut mieux qu'un tien ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :