• Au temps / Autant pour moi

    Il est dans l'air du temps de reconnaître son erreur en recourant à l'expression au temps pour moi, laquelle est à l'origine d'un débat qui ne semble pas encore tranché.

    En effet, si aujourd'hui certains spécialistes tolèrent la graphie autant pour moi, d'autres rappellent que cette locution ressortirait au langage militaire : selon l'Académie française, l'expression au temps ! se dit pour ordonner au soldat de reprendre un mouvement − jugé imparfait − depuis son début, de revenir au temps précédent, où temps désigne (selon Littré) « l'action d'exercice qui s'exécute à un commandement, et qui se divise en mouvements pour en faciliter l'exécution » (1). On en trouve notamment trace sous la plume amusée de Courteline (« Recommencez-moi ce mouvement-là en le décomposant. Au temps ! Au temps ! », 1888), dans l'expression Au temps pour les crosses ! (ordre de recommencer une phase de maniement d'armes quand le bruit des crosses n'a pas été synchrone et, au figuré, formule signifiant qu'il faut recommencer ce qu'on vient de faire) ainsi que dans l'italien al tempo.

    L'origine militaire de au temps pour moi semble confirmée par ses premières attestations, fussent-elles relativement récentes : « D'ailleurs, au temps pour moi : maladresse ! » (extrait d'un « conte régimentaire » signé d'un certain Jacques de Garches, 1892) (2), « Les sous-officiers eux-mêmes étaient rêveurs et eurent des distractions à la manœuvre. On les entendit s'écrier plus d'une fois : "Au temps pour moi !" » (journal L'Intransigeant, 1916), « Cessez le feu ! Au temps ! Au temps pour moi !... » (Sous Verdun, récit de guerre de Maurice Genevoix, 1916) (3).

    Hors de la caserne, cette injonction n'a pu être correctement orthographiée, faute de référence originelle, laissant la voie libre à la graphie altérée autant pour moi qui s'est imposée au fil du « tant » : « On a perdu de vue le sens primitif de l'expression et l'on est tenté d'écrire autant pour moi, c'est-à-dire il faut que j'en fasse autant, que je recommence », observait ainsi René Georgin en 1964. Et le sens militaire de « c'est à reprendre » aurait progressivement glissé vers le sens figuré de « se tromper », pour concéder que l'on est prêt à reconsidérer sa position initiale... en deux temps trois mouvements.

    Je croyais qu'il était là, mais il est déjà parti. Au temps pour moi !

    Si ce que tu dis est vrai, alors je me suis trompé. Au temps pour moi !

    « Il avait fait une erreur dans un raisonnement délicat et il avait dit gaiement : "Au temps pour moi." C'était une expression [...] qui l'amusait » (Sartre, 1939).


    Pour autant (!), cette étymologie militaire ne fait pas l'unanimité. Selon André Thérive, au temps ! « pourrait bien n’être qu’une orthographe pédantesque [pour autant], dont l’origine serait assez récente » (Querelles de langage, 1933), quand Claude Duneton, dans un article du Figaro littéraire (daté de 2003) où la graphie au temps pour moi en prend tout autant pour son grade, revendique la forme autant pour moi comme l'ellipse de c'est autant pour moi (au sens de « j'ai autant d'erreurs que vous à mon service, [il faut m'en imputer autant], je ne suis pas meilleur qu'un autre », en réponse à ceux qui se demandent autant de quoi ?), par analogie avec une ancienne locution populaire : autant pour le brodeur, « raillerie pour exprimer qu'on n'ajoute aucune foi à un récit », que ce qui vient d'être dit est un mensonge [4]. De leur côté, Charles Bernet et Pierre Rézeau, persuadés que les deux expressions sont correctes et ont un sens identique, invitent toutes les parties à cesser le feu : « Autant pour moi ! Formule par laquelle quelqu'un reconnaît s'être trompé. À rapprocher de au temps pour moi, de même sens, qui est un emploi figuré de l'injonction militaire au temps ! traditionnellement utilisée, notamment lors de maniement d'armes » (Dictionnaire du français parlé, 1989).

    Cette querelle de hauts gradés de la langue vous laisse indécis ? Vous êtes sur le point de rendre les armes ?Sans doute est-il temps d'opter pour la forme mea(-)culpa !

    (1) Cette acception de temps n'est pas réservée au seul domaine militaire, tant s'en faut : « Temps, en termes de musique et de danse, est une certaine distinction des pauses et des mouvements qu'on observe en battant la mesure, qu'il est nécessaire d'observer pour faire d'agréables cadences. [...] On le dit aussi dans les exercices militaires. Pour bien voltiger, il n'y a qu'à prendre bien son temps. [...] Ce cheval marque deux ou trois temps à son arrêt. [...] En escrime, il y a trois sortes de temps » (Dictionnaire de Furetière, 1690), « Temps se dit, dans la danse, dans l'escrime, dans les exercices militaires, etc. des moments précis pendant lesquels il faut faire certains mouvements qui sont distingués et séparés par des pauses » (Dictionnaire de l'Académie, depuis 1694). Aussi René Georgin fit-il observer à bon droit, dans ses Consultations de grammaire, de vocabulaire et de style (1964), que le tour au temps ! « s'emploie également quand il est question de mouvements à exécuter, dans les salles de gymnastique, d'escrime et de danse où l'on compte par temps » : « Au temps ! crie Brague [à un apprenti acrobate]. Tu l'as encore raté, ton mouvement ! » (Colette, 1910). 

    (2) La phrase sera modifiée en « D'ailleurs, autant pour moi : maladresse ! » dans une publication de 1898. Décision de l'éditeur, de ses troupes ou volonté de l'auteur qui aurait changé son fusil d'épaule ?

    (3) Et aussi, au civil : « Au temps pour moi, j'm'ai gouré » (Henri Duvernois, 1914), à côté de « Elle n’est pas là, pensa-t-il. Autant pour moi... Ma foi, allons-y tout de même ! » (Paul Reboux, 1902), « Autant pour moi ! Où donc aussi, / Avais-je la cervelle éparse ? » (Raoul Ponchon, 1920).

    (4) Ledit tour − dont un équivalent en français contemporain pourrait être : Cause toujours ! − est attesté sous diverses graphies chez Rabelais (1532), Pierre de Larivey (1579), Nicolas de Cholières (1587), Jean de Serres (1597), Étienne Pasquier (avant 1615), Antoine Oudin (1640), Randle Cotgrave (1660), Scarron (1668), Furetière (1690), etc. Son origine n'en demeure pas moins incertaine : brodeur doit-il être considéré comme une altération de bourdeur (« celui qui dit des bourdes, des mensonges ») ou bien s'agit-il d'une « allusion aux tromperies des tailleurs de l'époque [qui], quand le prix était convenu pour un vêtement, en réclamaient le double, sous prétexte que la bordure n'était pas comprise » (Lazare Sainéan, Le Langage de Rabelais, 1976, à la suite d'Adrian d'Amboise, Discours ou Traicté des devises, 1620) ?

     

    Séparateur de texte


    Remarque : Dans N'écris pas comme tu chattes (2011), Jean-Paul Jauneau ajoute encore à la confusion en préconisant de ne pas confondre « au temps pour moi, qui vient de l'exclamation militaire au temps pour les crosses ! et qui s'emploie pour signaler que l'on se rend compte d'une erreur d'appréciation ou de jugement, et autant pour moi, qui peut s'employer comme terme de comparaison, dans la langue populaire : J'ai dit cela ? Alors au temps pour moi, je me suis trompé. − "Je n'ai plus l'intention de revenir − Autant pour moi (= "moi non plus")." » Il me semble en effet que, dans le second exemple, la langue populaire dira plus volontiers : pareil pour moi !

    Subtilité : Il est bien évidemment des cas où l'emploi de l'adverbe de quantité autant ne peut être remis en question : Tu as acheté un kilo de tomates ? Achètes-en autant pour moi.

     

    Au temps pour moi
    (Illustration Rue 89)

     

    « Accord de TOUT devant un adjectifAprès que + Indicatif »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Mars 2014 à 07:51

    Merci Marc, j'ai appris une nouvelle forme de français que j'ignorais.

    J'ai bien fait d'écrire : "si je ne me trompe pas."

    Bonne journée et à bientôt,

    Lydia

    2
    Martine81
    Samedi 25 Avril 2015 à 20:16

    J'aimerais bien que l'usage autorise la graphie Autant pour moi, que j'utilise toujours sans me poser de question ... Au temps pour moi me laisse perplexe ...

    Merci , je vais y penser en m'endormant, la nuit porte conseil ! yes

    3
    Michel JEAN
    Mercredi 14 Octobre 2015 à 16:43

    Bonjour M. Marc, la sysémie homophonique fait qu'il est très difficile de décider ou discerner le commandement militaire (évidemment pour les esprits encombrés comme le mien). [Otã :] doitêtre interprété "autant", c'est-à-dire "refaite en autant", ou "au temps", c'est-à-dire "annulez la dernière manoeuvre et revenez au temps précédent"; compris mon adjudãnt (!!!) Merci. Bye. Mich. § 2690, Dam. et Pich. p. 2689.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :