• À ceci près

    A ceci près

     « À ceci près que la Bourse se fiche du présent. »

    (Emmanuel Berretta, dans Le Point n° 2072, mai 2012)

     

    (source bourse-tendance.fr)

     

    FlècheCe que j'en pense


    Certes, dans la langue surveillée, il convient de distinguer ceci, qui annonce ce qui suit, de cela, qui renvoie à ce qui précède : Je vais vous dire ceci (l'explication est à venir) mais Cela dit, je vous rejoins (le message vient d'être exprimé).

    La règle de répartition conforme à l'opposition ceci/cela voudrait donc que l'on privilégiât le pronom ceci dans la construction à ceci près que, le message étant exprimé par la suite.

    Force est de constater que ce n'est pas le choix opéré par l'Académie, à l'entrée « près » de la neuvième édition de son Dictionnaire : Son devoir est fort bon, à cela près qu'il comporte quelques imprécisions.

    De même, Littré n'enregistre que le tour à cela près (sans accent sur le a de cela) :

    « À cela près, à telle chose près, excepté cela, excepté telle chose.
    À une grande vanité près, les héros sont faits comme les autres hommes. [La Rochefoucauld, Maximes et Réflexions morales]

    À cela près, loc. adv. Sans s'arrêter à.
    Je crains pour Garibalde une haine funeste, Je la crains pour Unulphe ; à cela près, parlez. [Corneille, Pertharite, roi des Lombards]

    Il n'est pas à cela près, il n'en est pas à cela près, se dit de considérations qui n'arrêtent pas un homme, de dépenses qui ne sont pas assez onéreuses pour qu'il n'y satisfasse pas. »

    L'explication de cette apparente incohérence est esquissée par Hanse : « Employé seul, ceci annonce ce qui va suivre (...) Mais cela tend à l'emporter nettement sur ceci en dehors des cas où il y a opposition. La Bruyère écrivait déjà : La vertu a cela d'heureux qu'elle se suffit à elle-même ».

    En synthèse, quand il n'y a pas de raison objective de choisir entre ceci et cela, c'est cela qui doit être préféré.

    Pour en revenir au cas particulier de la locution à cela près, servant à introduire une restriction, on notera que, dans sa construction sans que, le règle de répartition est bien respectée : Il est un peu bavard ; mais, à cela près (= excepté cela), c'est un agréable compagnon (cela renvoie comme il se doit à un « défaut » déjà exprimé). Il en est de même dans son acception pécuniaire : Vous voulez cinq euros ? Je ne suis pas à cela près !

    Sans doute est-ce par analogie que cela s'est maintenu dans le tour à cela près que. Cela dit... il ne s'agit là que de mon analyse.


    Voir également le billet Ceci / Cela.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    À cela près que la Bourse se fiche du présent.

     

    « Quiconque quiIls ne ressortissent d'aucune catégorie »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Reikja
    Samedi 16 Février 2013 à 18:43

    Je ne comprends pas bien votre raisonnement dans cet article. La restriction vient après, il me semble donc que ceci est plus approprié que cela.

    C'est ce que préconise d'ailleurs Bruno Dewaele dans l'article ci-joint (au deuxième paragraphe) :

    http://alafortunedumot.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2008/10/02/c-est-cela-oui.html

     

    2
    Marc81 Profil de Marc81
    Dimanche 17 Février 2013 à 09:03

    Je comprends votre perplexité, la version initiale de mon billet n'étant pas suffisamment explicite. En espérant que la mouture actuelle sera plus claire, à défaut d'être plus convaincante.

    3
    Reikja
    Dimanche 17 Février 2013 à 13:40

    Merci pour ces précisions. Les exemples du Littré et de Hanse sont cohérents, par contre celui de l'Académie beaucoup moins à mes yeux. Cela dit, la langue française n'est pas à une anomalie près.

    Je vais continuer, avec plaisir, à parcourir votre blog.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :