• Séisme, sismique

    Le nom séisme (et l'adjectif associé sismique) est emprunté du grec seismos (ébranlement, tremblement de terre), lui-même dérivé de seiein (ébranler, secouer).

    C'est pour ces considérations étymologiques que l'expression secousse sismique est souvent considérée comme un authentique pléonasme (revenant à évoquer une « secousse secouante »). Et nombreux sont ceux qui recommandent de dire du Japon ou de l'Italie qu'ils subissent régulièrement de violents séismes, de violents tremblements de terre, de violents phénomènes sismiques, de violentes secousses telluriques (du latin tellus, la terre)... mais pas de violentes secousses sismiques !

    Bien inutilement, semble-t-il...

    En effet, secousse sismique ne relève du tour pléonastique que si l'on s'en tient au sens d'« ébranlement » du mot seismos ; c'est oublier un peu vite son autre acception (« tremblement de terre ») qui, seule, a été retenue lors de la formation de l'adjectif sismique pour qualifier les phénomènes « qui ont rapport aux tremblements de terre ».

    Dès lors qu'il est entendu que l'adjectif sismique ne s'emploie que pour les tremblements de terre, on est fondé à considérer qu'il apporte une utile précision au mot secousse, en ce sens qu'il existe d'autres types de secousses qui ne sont pas d'origine sismique (cf. Remarque 1). On peut donc admettre secousse sismique au même titre que phénomène sismique ou secousse tellurique. C'est tout du moins la position du Robert, de Hanse, de Dupré, etc. Attendons de voir ce qu'écrira l'Académie dans la neuvième édition de son Dictionnaire...

    Séparateur de texte


    Remarque 1
    : Si l'adjectif sismique se rapporte spécifiquement aux tremblements de terre, le nom séisme n'est pas l'exact synonyme de tremblement de terre. D'une part, on peut concevoir qu'une secousse de l'écorce terrestre puisse avoir des origines diverses : humaine (explosion nucléaire), volcanique ou tectonique (mouvement des plaques terrestres). D'autre part, le séisme est un évènement ponctuel généré le long d'une faille, tandis que le tremblement de terre en est la conséquence au niveau du sol (vibrations du sol).

    Remarque 2 : La forme du nom séisme a été longtemps critiquée pour n'avoir pas transcrit la diphtongue grecque ei par i (sur le modèle leitourgialiturgie). Voilà pourquoi l'Académie des sciences recommande d'utiliser l'orthographe sism- plutôt que séism- pour l'ensemble de ses dérivés (sismologie, sismologue, sismicité, sismographe, etc., de préférence à séismologie, séismologue, séismicité, séismographe).

    Un risque sismique élevé.

    Remarque 3 : Au sens figuré, séisme désigne un bouleversement (un séisme politique).

    Séisme

    En économie financière, on parle de risque 6-SMIC...

     

    « PléiadeÊtre dans l'œil du cyclone »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Chambaron
    Dimanche 16 Juillet à 11:42
    La distinction entre séisme et tremblement de terre (remarque 1) est des plus utiles : nous sommes en effet devenus très sensibles à ces séismes sous-marins dont la conséquence est souvent plus un tsunami qu'un tremblement… de terre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :