• La ponctuation selon Bled

    Bled et la ponctuation

    « Les nouveaux ouvrages Bled Référence, s’adressent à tous ceux qui, au bureau, à l’école ou à la maison, ont besoin de trouver les bonnes réponses aux difficultés que pose la langue française. Vous trouverez dans ces ouvrages complets et pratiques, toutes les règles d’orthographe, de grammaire, de conjugaison et de vocabulaire (...) La partie centrale de l’ouvrage, est constituée de 70 doubles pages (...) Une liste de plus de 6000 verbes avec pour chacun d’eux, le renvoi à sa conjugaison modèle et l’indication des (sic) ses particularités. »

    (lu sur le site de la collection Bled) 

     

    FlècheCe que j'en pense


    Quand on se targue d'être « la référence de la langue française », la moindre des choses est de redoubler de vigilance quant à la qualité de sa prose, fût-elle destinée à Internet. Force est de constater, dans ledit Bled comme ailleurs, que notre époque moderne ne fait que peu de cas de la ponctuation – comment pourrait-il, du reste, en être autrement avec de tels exemples ? Elle gagnerait pourtant en intelligibilité à respecter à la virgule près quelques règles élémentaires : Dans l'usage moderne, note Girodet, pas de virgule entre le sujet et le verbe (sauf en cas d'apposition) ni – précise cette fois Bescherelle – entre le verbe et son complément d'objet. On évitera ainsi d'écrire : Les ouvrages, s'adressent à tous. Les ouvrages s'adressent, à tous.

    D'aucuns feront observer, non sans raison, que les XVIIe et XVIIIe siècles ne se sont pas privés de semer les virgules à tout vent – plus justement, selon la respiration du moment. Il n'empêche, quand on serait au bord de l'essoufflement, on n'écrirait plus de nos jours : « Mais la sage et religieuse princesse qui fait le sujet de ce discours, n'a pas été seulement un spectacle proposé aux hommes, pour y étudier les conseils de la Divine Providence, et les fatales révolutions des Monarchies » (Bossuet). C'est que le XIXe siècle a vu la fonction respiratoire de la ponctuation, conçue pour répondre au besoin de marquer des pauses à l'oral, s'effacer progressivement devant les exigences de la syntaxe. De là à affirmer avec Thomas que, désormais, « seule doit être considérée, pour la ponctuation, l'analyse logique de la phrase », il y a un(e) espace que quelques écrivains et plus encore de poètes mettent un point d'honneur à ne pas franchir.

    Résumons-nous : l'emblématique collection éditée par Hachette se veut-elle la référence de la langue française du siècle des Lumières ou celle de la pratique littéraire de la langue française ? Euh... J'entends déjà le stagiaire qui bled coupable !

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les nouveaux ouvrages Bled Référence s’adressent à tous ceux qui, au bureau, à l’école ou à la maison, ont besoin de trouver les bonnes réponses aux difficultés que pose la langue française.

    Vous trouverez dans ces ouvrages complets et pratiques toutes les règles d’orthographe, de grammaire, de conjugaison et de vocabulaire.

    La partie centrale de l’ouvrage est constituée de 70 doubles pages.

    Une liste de plus de 6000 verbes(,) avec pour chacun d’eux le renvoi à sa conjugaison modèle et l’indication de ses particularités.

     

    « Ô grand Jamais !Aucun et ni »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :