• Désaccord majeur

    « Natalie Bauer-Lechner déclare en effet dans ses souvenirs que les commentaires de Mahler ne sont rien d'autres que des "métaphores". »
    (Mathieu Schneider, dans son livre Destins croisés, paru aux éditions Gorz) 

     

     
     

    FlècheCe que j'en pense

    Malheur ! Voilà que notre maître de conférence en musicologie à l'université de Strasbourg se met à faire des couacs. C'est que autre n'est ici rien d'autre que l'épithète du pronom rien, avec lequel il s'accorde logiquement au singulier. Pour preuve, les nombreux exemples relevés dans la langue littéraire où l'attelage se passe de la préposition de : « Après tout, qu'aurez-vous gagné ? rien autre que des remords de conscience » (Laurent Chiflet) ; « Rien autre que ces mots » (Fabre d'Églantine) ; « Ces deux corbeaux (...) ne sont rien autre que les âmes du roi Grallon et de sa fille » (Jules Michelet) ; « ils n'évoquent rien autre que le contrariant ! » (Roger Martin du Gard) ; « Il n'a trouvé rien autre » (André Malraux).

    Dans la langue usuelle, où la construction directe s'est maintenue pour aucun autre et nul autre, autre se voit couramment joint à rien par la préposition de... sans que cela ne change rien à notre affaire. Las ! rares sont, de nos jours, ceux qui sont capables de maîtriser l'air de... rien : « ça n’est pas comme si on n’avait rien d’autres à faire » (Wiktionnaire, à l'entrée « eh bien ») ; « le gouvernement ne veut rien d'autres que bénéficier des flexibilités offertes par les règles européennes » (Le Figaro) ; « On ne leur donne rien d'autres que les graminées et légumineuses qu'elles trouvent dans leur espace » (Le Monde) ; « les New-Yorkais n'ont alors eu rien d'autres à faire que de manger des chips en attendant la tempête » (RTL).


    Remarque
    : On a également dit, dans le même sens, rien autre chose : « Les paroles ne sont rien autre chose que les images des pensées » (Vaugelas) ; « Vous n'avez rien autre chose à me proposer ? » (Hugo) ; « Il n'y eut rien autre chose entre elles » (Zola). Selon Grevisse, ce tour, croisement entre rien autre et autre chose, est devenu plus rare.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les commentaires de Mahler ne sont rien d'autre que des « métaphores ».

     

    « Gamme mise à malUn point de détail »

  • Commentaires

    1
    Trevorp
    Samedi 31 Janvier 2015 à 15:34

    Et revoilà Zola dans Thérèse Raquin : « Ils ne se demandaient rien autre chose. »

    2
    Samedi 31 Janvier 2015 à 17:35

    Et encore Zola (dans La Terre) : « il n'y eut rien autre chose entre elles. » Ce tour était assez fréquent dans la langue écrite au XIXe siècle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :