• Voilà qui rend flou !

    Voilà qui rend flou !

    « Regardez en direct l'opération de renflouement du Costa Concordia. »

    (paru sur lepoint.fr, le 16 septembre 2013)

    (photo Wikipédia sous licence GFDL par Rvongher)
     

    FlècheCe que j'en pense

     
    Faut-il, pour évoquer la périlleuse opération qui se déroule actuellement à proximité de l'île du Giglio, parler de renflouage ou de renflouement (notez le e intercalaire) ? Il n'est probablement pas de rédaction où l'on ne se soit posé la question cette semaine. Qu'on en juge ! À bâbord : « Le renflouage du Concordia dure plus longtemps que prévu » (Le Soir) ; « Jamais un paquebot de cette taille (...) n'a fait l'objet d'une telle procédure de renflouage » (Le Monde). À tribord : « L'opération de renflouement du Costa Concordia est en cours » (RFI) ; « Le renflouement du Costa Concordia en images » (Libération). D'autres encore préfèrent naviguer entre plusieurs eaux, au gré de l'inspiration du capitaine ; ainsi peut-on lire sur le site du Figaro : « le défi fou du renflouement de l'épave du Concordia », « le renflouage du Costa Concordia » et « le redressement du navire».

    Rien que de très logique, au demeurant, si l'on en croit Girodet qui affirme avec son aplomb coutumier : « Au propre, renflouement est plus fréquent, mais renflouage est possible : Le renflouement (ou le renflouage) du navire. Au figuré, seul renflouement est usité : Le renflouement d'une entreprise en difficulté. » (1) Alain Rey ne dit rien d'autre dans le Dictionnaire historique de la langue française : « Renflouage (...) est rare. Renflouement, de peu postérieur (1870), est en revanche usuel, et possède également le sens figuré de "rétablissement d'une situation financière compromise". » Que n'a-t-il passé ladite consigne au Robert illustré 2013 qui, contre toute attente, réduit le dérivé d'usage prétendument courant au rang de moussaillon, tout juste habilité à se ranger sous le pavillon de renflouage ! Larousse, qui voit également dans nos deux noms masculins de parfaits synonymes (au propre comme au figuré), monte logiquement dans le même bateau.

    Inutile d'espérer du vaisseau amiral de la flotte lexicale française – je veux parler du Dictionnaire de l'Académie – une ligne (de flottaison) plus secourable : il prend de la gîte à force d'osciller entre renflouage (dans la septième édition) et renflouement (dans la huitième édition), avec pour définition donnée à ce dernier : « Terme de marine. Action de renflouer un vaisseau ou Résultat de cette action. » Quand on songe que Littré espérait nous remettre à flot en préconisant de réserver à renflouage le sens d'« action de renflouer un navire » et à renflouement celui de « résultat de cette action » !

    Voilà qui nous laisse définitivement le bec dans l'eau...

    (1) Force est de constater que certains économistes ne rechignent pas, à l'occasion, à employer renflouage au sens figuré : « Les sommes du renflouage [des banques américaines] permettront de cacher les pertes » (Michel Musolino, La crise pour les nuls). Pour autant, c'est bien renflouement qui tend à prévaloir de nos jours dans les deux acceptions.


    Voir également le billet Échouage / Échouement.
     

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le renflouage du Costa Concordia (selon Littré) ou Le renflouement du Costa Concordia (selon l'Académie).

     

    « Temps de criseDéciller »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :