• Tout va(t) mal, rien ne va plus

    « C'est incroyable, les gens qui de leur vie n'avaient jamais voulu m'aider quand je m'escrimais avec mon français, et dont je supposais qu'ils ne parlaient pas un mot d'espagnol, les voilà maintenant qui le baragouinaient avec elle à tout vat. »
    (Zoé Valdés, dans Le Paradis du néant, traduit de l'espagnol par Albert Bensoussan et paru aux éditions JC Lattès)  

     

    FlècheCe que j'en pense


    Selon le Dictionnaire historique de la langue française, la locution à tout va − que l'Académie écrit sans t final et sans trait d'union, à l'entrée « banque » de la dernière édition de son Dictionnaire (1) − serait tirée de l'expression tout va, utilisée dans les établissements de jeu pour indiquer que la mise n'est pas limitée : banque (ouverte) à tout va, baccara (à) tout va, table à (ou de) tout va. En décembre 1929, le député Lucien Lamoureux dénonçait cette pratique, fraîchement élaborée par des joueurs regroupés au sein d'un « consortium de banque » pour échapper à la fiscalité des gains : « Je veux parler d'un jeu nouveau qui a été introduit, il y a quelques années, dans certains casinos français et qui s'appelle le jeu de la banque ouverte à tout va. Le mécanisme de ce jeu repose sur deux principes essentiels : le montant des enjeux est théoriquement illimité et le banquier est obligé de tenir tous les enjeux proposés, quel qu’en soit le volume. » Le tour est ensuite passé dans le langage familier avec un sens sur lequel les spécialistes ont du mal à s'accorder − « sans limite, sans mesure, sans retenue » (selon Grevisse et Robert), « n'importe où, n'importe comment » (selon le Larousse en ligne), « de manière imprudente » (selon le dictionnaire de linternaute.com) : « Les jeunes grattent leur acné et délinquent à tout va » (François Cavanna), « Ouverte à tout va, la douche faisait un bruit d'averse tropicale » (Jean Vautrin), « la profession médicale se féminise à tout va » (Claude Duneton), « Séminaires atypiques puisque finalement ils étaient ouverts à tout-va » (Philippe Sollers), « le système capitaliste du profit à tout va » (Régis Debray), « ça flingue à tout va là-dedans » (Daniel Pennac), « On fait des mines devant les portraitistes de gazette qui croquent à tout-va la une du lendemain » (Daniel Picouly), « Une femme malingre [qui] manigance à tout va » (Calixthe Beyala), « Tandis que leurs collègues crânaient sur les cahiers, investis par leurs coloriages à tout va » (Yann Moix) .

    Toujours est-il que notre locution n'est pas sans rappeler une autre expression empruntée elle aussi à l'univers du jeu : (faire, jouer, risquer son) va-tout. Le tour est attesté dès 1671 chez Madame de Sévigné au sens de «  coup où l'on risque tout l'argent que l'on a devant soi » : « toujours il faisoit va tout sur la dame de pique. » D'après le TLFi, va correspond ici à la troisième personne du singulier de l'indicatif présent du verbe aller. Le doute est pourtant permis ; ne lit-on pas dans la quatrième édition du Dictionnaire de l'Académie (1762) : « Aller se dit en quelques jeux de cartes [...], en parlant de ce que l'on hasarde au jeu. De combien allez-vous ?  J'y vais de deux pistoles. Il y va de son reste. Va mon reste. Va tout » ? Avouez que grande est la tentation de voir dans ce va-là un impératif.

    Concernant à tout va, le TLFi se montre tout à coup plus évasif : « Composé de à, préposition, de tout et de la forme verbale va (aller). » Mais de quelle forme verbale parle-t-on au juste : de l'indicatif présent ou de l'impératif présent ? Le mystère s'épaissit encore avec la graphie vat adoptée par notre traducteur, sous l'influence probable d'une autre locution formée avec le verbe aller : à Dieu vat ! Aussi nous intéresserons-nous à cette dernière formule, qui a déjà fait couler beaucoup d'ancre, pardon d'encre. Il s'agit, en termes d'ancienne marine, du « second commandement d'un virement de bord vent devant ». « Les navires, en ce temps, avaient peu de qualités nautiques, précise Bonnefoux dans son Dictionnaire de marine à voiles et à vapeur (1859) ; ils manquaient souvent à virer de bord, et il en pouvait résulter de fréquents naufrages lorsque l’évolution avait lieu près de la côté. Aussi trouve-t-on, dans les termes eux-mêmes d’A-dieu-va ! une invocation à la divinité, dont on implorait la protection. » La locution, qui s'emploie depuis lors dans le langage commun avec un sens proche de « advienne que pourra ; à la grâce de Dieu », paraît exister sous de nombreuses formes, avec ou sans t final, avec ou sans trait d'union, avec ou sans soudure : « adieu-va » (Trévoux, Richelet, Littré), « à Dieu-va » (dans le Supplément de Littré), « à-Dieu-va » (Larousse du XXe siècle), « à Dieu va ou à Dieu vat » (Larousse en ligne), « à Dieu vat et non à Dieu va » (P.-R. Ambrogi, Particularités et finesses de la langue française), « Ni Adieu va ! Ni à Dieu va ! Mais à Dieu vat ! » (Borrot, Didier et Rispail, Code du bon français). L’Académie, quant à elle, a adopté l’orthographe à Dieu vat ! qui, à défaut d'être la plus correcte, semble être la plus fréquemment employée par les auteurs : « "À Dieu vat !" cria le jeune capitaine » (Jules Verne), « Pare à virer ! À Dieu vat ! » (Alfred Jarry), « Après tout [...], j'aurai le temps de déjeuner avec eux… À Dieu vat !... » (Lucie Delarue-Mardrus), « On tiendra pendant x jours. Et puis après ? Après, à Dieu vat ! » (René Dumesnil), « À Dieu vat ! Si je m'endors, il le verra bien » (Pierre Benoit), « Il déclarait sa guerre, lui aussi, inexpiablement : À Dieu vat ! » (Jean de La Varende), « Quel autre recours ? À Dieu vat ! » (Maurice Genevoix), « Je vais faire ma toilette, et à Dieu vat ! » (Marcel Pagnol), « À Dieu vat, bonhomme ! » (Claude Lucas), mais « Le nom du navire ? de quel port ? le nom du capitaine ? d'où vient-il, combien de jours de traversée ? la latitude et la longitude ? à Dieu va ! » (Chateaubriand), « Au beau milieu d’un acte, il [Sardou] sait changer tout à coup sa voilure et virer de bord avec un art infini : À Dieu-va ! comme disent les matelots » (Alphonse Daudet), « J’arrache le cœur compact [d’un chou], je jette à la Seine le trognon. À Dieu va ! » (Alexandre Arnoux). Reste à expliquer cette bizarrerie que constitue la graphie vat. C'est qu'il ne vous aura pas échappé que, si va est une forme commune à l’indicatif et à l’impératif, vat ne figure pas dans le tableau de la conjugaison du verbe aller. Du moins, pas en français moderne. Renseignements pris (à la va-vite), la variante vat (ou vait, veit, vet) a bel et bien existé jusqu'au XVIIe siècle à côté de va : « tut s'en vat remanant (tout va en déclinant) [...] tut bien vait remanant » (La Vie de saint Alexis, vers 1040). Ce t, qui se fait entendre d'ordinaire à la fin de notre locution, serait donc caractéristique de la troisième personne du singulier de l'indicatif présent (2) À Dieu il (marin ou navire) va(t), d'où « il s'en remet à Dieu ». Mais voilà : selon Grevisse et Colignon, tout porte à croire que nous avons affaire, en l'espèce , à un impératif − qui s'entendrait plutôt comme « Pars (partons, partez), et à la grâce de Dieu ! », si l'on en croit Colignon − et non à un indicatif ; l'auteur du Bon Usage considère en outre que « le t de vat paraît bien être le même que celui qui s’ajoute, dans la langue populaire, à va (indicatif ou impératif) suivi d’une voyelle », comme dans « Malbrough s’en va-t-en guerre ». Selon d'autres sources, vat serait plutôt une ancienne forme du subjonctif (mode propre à exprimer un souhait, une prière)... dont on ne trouve pourtant nulle trace ailleurs ! D'autres encore évoquent une interjection bretonne, sans plus d'argument (3). Vous l'aurez compris : en la matière, les spécialistes de la langue naviguent à vue...

    (1) Grevisse fait toutefois observer que ledit tour est « parfois écrit à tout-va ».

    (2) On lit dans Mélanges d'origines étymologiques (1818) d'Éloi Johanneau : « Dans la Vie des Saints de Bretagne, par le P. Albert, imprimée en 1637, on voit souvent le mot va écrit vat par un t final, devant les voyelles comme devant les consonnes [...] : Saint Hervé vat à l'escolle, il vat trouver son oncle, vat voir sa mère [...] Ce t est la caractéristique de la troisième personne singulière. Donc c'est pour cela que le peuple le prononce encore devant une voyelle et dit, par exemple, il vat en ville. » Et dans Nouvelle Orthologie française (1832) de Benjamin Legoarant : « Les anciens auteurs d'arts et métiers ont pu écrire vat-et-vient, parce qu'autrefois on disait : il vat à la cave ; il vat au spectacle ; etc. »

    (3) « M. Philipot observe qu'il existe une locution ouat (avec t prononcé), qui exprime une idée de résignation et équivaut à "tant pis, allons donc, etc." Peut-on penser à une influence de ce mot pour expliquer le t final de vat ? » (Historisk-filologiske meddelelser, 1923).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Les voilà maintenant qui le baragouinaient avec elle à tout va.

     

    « Il y a de l'ambiguïté dans l'airAlien grammatical en vue »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Mai 2016 à 13:17
    Tipram

    J'ai découvert votre site grâce au Forator, et je suis enchantée de constater que quelques amoureux de la langue française dépensent une grande énergie pour la défendre, moi qui vient d'un pays autrefois francophone aujourd'hui phagocyté par la langue du dollar américain.

     

    Merci pour les explications détaillées offertes dans vos articles. Merci surtout pour votre sens de l'humour qui ôte aux règles de la langue française son caractère parfois rébarbatif. 

     

    Bonne continuation.

      • Mardi 3 Mai 2016 à 14:19

        A mon tour de vous remercier de votre visite et de votre sympathique commentaire.

    2
    Mardi 3 Mai 2016 à 14:31
    Tipram

    Ce qui serait encore plus sympathique, ce serait d'avoir quelques pistes sur Marc81. Département français ?

    Pardon pour ma curiosité que vous êtes en droit de juger déplacée, mais contrairement au dicton anglais, la curiosité n'a jamais tué le chat... (plaisanterie)

     

    TP

      • Mardi 3 Mai 2016 à 14:59

        On ne peut rien vous cacher...

    3
    Michel JEAN
    Mercredi 4 Mai 2016 à 09:44

    Bonjour M. Marc, la mentalité du: "tout va" est remplacé par le: "à fond dedans" chez les casinoteurs et autres joueurs addicts. Bye. Mich.

    4
    Mohammed A.
    Samedi 7 Mai 2016 à 00:14

    Bonsoir M. Marc, n'ayant pas trouvé d'adresse mail où vous écrire, je vous écris ici, dans la zone des commentaires (si vous ne voulez pas afficher ceci, je n'y vois aucun inconvénient, mais alors je vous serais très reconnaissant si vous aviez l'amabilité de me répondre par mail). Voici ma question: j'ai entendu quelqu'un dire "Cette somme, dérisoire soit-elle, lui sera utile." Je trouve que cette phrase est incorrecte, je pense qu'il faudrait dire "aussi dérisoire soit-elle" mais je n'ai trouvé aucun moyen de m'en assurer. Pourriez-vous confirmer ou infirmer mon intuition? Merci d'avance et bravo pour votre blog, que je viens de découvrir et que je trouve extrêmement intéressant.

      • Lundi 16 Mai 2016 à 09:02

        Il existe plusieurs constructions au subjonctif ayant la valeur d'une proposition commençant par même si, quand bien même : Cette somme, fût-elle dérisoire, lui sera utile ; cette somme, si dérisoire qu'elle soit, lui sera utile ; cette somme, si dérisoire soit-elle, lui sera utile (et non pas aussi dérisoire qu'elle soit (ou soit-elle).
        Par ailleurs, il vous est possible de me contacter à l'aide du formulaire de contact.

      • Mohammed A.
        Mercredi 25 Mai 2016 à 13:34

        Merci infiniment pour votre réponse. Donc, si je comprends bien, une expression comme "Aussi surprenant que cela puisse paraître..." serait incorrecte! Il faudrait dire "Si surprenant que cela puisse paraître...". J'avais déjà entendu dire cela mais je n'en avais jamais eu confirmation. Merci de me l'avoir confirmé.

    5
    Mercredi 25 Mai 2016 à 19:25

    Après vérification, je constate que les spécialistes ne sont pas d'accord entre eux sur ce sujet : selon Thomas, "on dit : Si dévoué qu'il soit (ou soit-il), et non pas Aussi dévoué qu'il soit (ou soit-il)" ; selon Hanse, "aussi remplace parfois si devant un adjectif dans une proposition d'opposition (si... que) : Aussi saoul qu'il fût (Mauriac)".

      • Mohammed A.
        Jeudi 26 Mai 2016 à 13:23

        Mille mercis pour vos efforts et votre temps, bonne continuation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :