• S.O.S. langue battue

    S.O.S. langue battue

    « Ils sont décidément indissociables  : François Hollande et Nicolas Sarkozy. Même génération, même statut, même dilemme  : se représenter en 2017 parce que, au fond, ils se croient les meilleurs, ou renoncer parce que le pays les bat froid. »
    (Françoise Fressoz, sur lemonde.fr, le 28 avril 2016) 

     

    FlècheCe que j'en pense


    Il n'aura échappé à personne que froid se dit figurément d'une personne qui ne s'émeut guère, qui manque de sensibilité (un homme froid, d'un tempérament froid, au caractère froid) et, par extension, d'une attitude qui marque de la réserve et de l'indifférence, qui manque de cordialité (un accueil, un ton froid). C'est avec ce sémantisme que le mot est entré dans des locutions comme laisser quelqu'un froid, ne faire ni chaud ni froid à quelqu'un et... battre froid à quelqu'un.

    L'origine de cette dernière expression − dont le sens (« se montrer volontairement peu aimable, distant avec quelqu'un ; lui manifester de la froideur ») et la syntaxe ne laissent pas d'intriguer − est d'autant plus difficile à préciser que l'on se heurte à la polysémie du verbe employé.

    Battre doit-il s'entendre au sens, fût-il ici figuré, de « frapper (quelqu'un) de coups répétés » ? C'est à l'évidence ce dont sont persuadés ceux, nombreux, qui, à l'instar de notre journaliste, n'hésitent pas à écrire battre froid quelqu'un (sans préposition) pour « le battre froidement », autrement dit « le traiter avec froideur », « le snober » (ce qui, vous en conviendrez, porte toujours un coup à l'ego de l'intéressé). D'aucuns feront tout aussi froidement observer que la confusion entre les deux constructions est surtout entretenue par le fait qu'aux première et deuxième personnes le pronom a la même forme pour le complément d'objet, qu'il soit direct ou indirect : il me bat froid, il te bat froid, il nous bat froid, il vous bat froid, mais il lui bat froid, il leur bat froid (et non il le bat froid, il les bat froid).

    Battre ne doit-il pas plutôt être pris au sens général de « faire », ainsi que le laisse entendre un Furetière qui notait dès 1690 dans son fameux Dictionnaire universel : « On dit en ce sens battre froid, faire froid à quelqu'un pour dire, lui faire un mauvais accueil, lui témoigner peu de chaleur à le servir, peu de satisfaction de le voir » ? (1) Le Dictionnaire historique de la langue française ne dit pas autre chose à l'entrée « froid » : « Battre froid à quelqu'un (1690), anciennement faire froide mine à quelqu'un. »

    Autre piste chaude : battre froid, nous apprend le Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle d'Edmond Huguet, s'est employé absolument au sens de « être d'une nature froide » − par opposition à battre chaud, « être d'une nature ardente » − puis, dixit l'Académie, de « recevoir quelque communication d'une manière qui montre qu'on n'est pas disposé à l'accueillir » (2). De là découlerait, à en croire Marc Fumaroli, « l'expression battre froid à quelqu'un, au sens de lui refuser "froidement" toute marque de sympathie, et même de courtoisie ». Est-ce à dire que le verbe battre fait ici écho aux battements du cœur et que la température relevée serait celle d'un sang volontiers qualifié de chaud ou de froid selon le degré de convivialité attendu ? Voire.

    Car enfin, que nous dit Littré ? « Fig. Battre froid à quelqu'un, le traiter avec froideur. Locution prise du forgeron qui bat un fer à froid. » Grande est assurément la tentation d'analyser notre expression à l'aune de sa proverbiale cousine Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Aussi ne s'étonnera-t-on pas que le Dictionnaire historique de la langue française souffle le chaud et le froid en écrivant, à l'entrée « battre » cette fois : « Frapper sur un métal en forgeant, emploi dont viennent les locutions figurées battre le fer tant qu'il est chaud et battre froid à quelqu'un "lui témoigner de la froideur", pour battre le fer à froid. » Et de fait, les tours battre froid fer, puis battre (le fer) à froid − proprement « travailler le fer sur l'enclume sans le chauffer » − sont attestés par plusieurs sources au sens figuré de « faire une chose tout de travers, et se donner plus de peine qu'il ne faut » (François-Henri-Stanislas de L'Aulnaye), « faire des efforts sans succès » (Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle d'Edmond Huguet), « entreprendre une action difficile, impossible, vouée à l'échec » (Dictionnaire du moyen français), « tenter une entreprise difficile, impossible » (Grand Larousse universel(3). Seulement voilà : Littré et consorts se sont bien gardés de nous expliquer comment la langue serait passée, tambour battant, de battre à froid à battre froid à quelqu'un, d'une part, et de « perdre son temps en vains efforts » à « faire mauvais accueil à quelqu'un », d'autre part. Léon Clédat, connu pour savoir garder la tête froide, tente de réparer cet « oubli » : « A-t-on pu dire aussi "battre à froid" ou "battre froid" au sens de "n'être pas pressé", d'où "montrer peu d'empressement", ce qui expliquerait la signification de battre froid à quelqu'un ? C'est possible, mais douteux. » (4)

    Vous l'aurez compris : rien, à ma connaissance, ne permet d'affirmer que la locution battre froid à quelqu'un a été forgée entre le marteau et l'enclume. Le seul point sur lequel les spécialistes de la langue sont unanimes, c'est que le verbe se construit ici indirectement (5) : « Il battit froid aux autres » (Alain-René Lesage), « Ce directeur, qui rencontra M. de Rênal dans le monde, lui battit froid » (Stendhal), « Mais la favorite lui avait battu froid aussi, et, comme Montmorency se plaignait de cet accueil [...] » (Alexandre Dumas), « Certains convives, qui avaient des relations de clientèle avec les parents des jeunes gentilshommes, n'osaient pas trop leur battre froid, et se trouvaient fort mal à l'aise » (George Sand), « Elle avait battu froid à Annette » (Romain Rolland), « Le mondain à qui on bat froid » (Marcel Proust), « Fernande trouve que tout le monde lui bat froid » (Colette), « Aussi bien Édouard n'a jamais rien fait pour s'attirer les bonnes grâces des critiques. Si ceux-ci lui battent froid, peu lui importe » (André Gide), « Le premier l'accueille avec bonhomie, mais le second lui bat froid » (Henri Troyat), « Les amis de sa secte [...] depuis lui battent froid » (Daniel Boulanger).

    Morale de l'histoire : il faut toujours se méfier des expressions pittoresques et un rien surannées qui, mal maîtrisées ou employées à mauvais escient, ont tôt fait de conduire l'imprudent... à de froides déconvenues.

    (1) « J'ai [...] peine à comprendre que, quand on aime une personne et qu'on la regrette, il faille, à cause de cela, lui faire froid au dernier point, les dernières fois que l'on la voit » (Mme de Sévigné), « Pourquoi me faire froid et vous plaindre [...] ? » (La Bruyère).

    (2) « M. Dandelot [...] estoit très vaillant et haut à la main, encor qu'il battist froid, et ne disoit mot de ce qu'il voyoit là faire à M. de Martigues, qui estoit fougueux et battoit chaud » (Pierre de Bourdeille, dit Brantôme), puis « Je me contentai de battre froid, de supprimer l'accueil et les remerciements que je lui avais faits » (Marivaux), « Harcourt, qui se défiait toujours de la sœur de l'impératrice, battit froid » (Saint-Simon).

    (3) « Et trop froit fer certes batez » (Gautier de Coincy), « Las ! comme frois fiers est que je bat ! » (Baudouin de Condé), « Tu bas froit fer, tu es deçus » (Eustache Deschamps), « Estonné, tu bas froit fer. Tu es maintenant fort eschauffé sans feu de charbon ! » (Le roman de Perceforest), « C'est froit fer, on ne le poeult batre » (Jean Molinet), « Lire et non comprendre ce qu'on lit, est battre l'eau ou froit fer » (L'Histoire de la Toison d'or, citée par Littré), « [L'adolescent Gargantua] battoyt a froid, songeoyt creux » (François Rabelais), « Il estoit tout plein amoureux d'elle ; mais il battoit à froid, car la dame eut mieulx aymé estre morte que de faire ung vilain tour » (Nicolas de Troyes), « Elles essayaient, par tous les moyens possibles, de le détourner d'une si mauvaise pensée ; mais elles ne faisaient que prêcher dans le désert, et battre le fer à froid » (Louis Viardot, traduisant Cervantes), « C'est une affaire que vous battez à froid, qui n'aboutira jamais » (Grand Larousse universel).
    Il n'empêche, j'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi travailler le fer sans le chauffer reviendrait forcément à « faire une chose hors de propos », ainsi que l'écrit Henri Clouzot. Car enfin, sur ce point, les avis divergent : « Les meilleurs fers peuvent devenir très fragiles et plus aigres que l'acier trempé par le seul fait du martelage à froid » (Cours de machines à vapeur à l'usage des mécaniciens de la marine, 1861) mais « Écrouir. C'est battre le fer à froid sur l'enclume pour le condenser et le rendre plus dur » (Vocabulaire des arts et métiers, 1814). Et c'est bien avec l'idée de dureté que ladite expression se trouve employée, au figuré, dans cet extrait daté de 1757 du Journal encyclopédique : « Un périodiste de Paris, qui bat à froid toutes ses critiques. »

    (4) Il me faut ajouter ici que le Dictionnaire du moyen français mentionne la variante battre froid fer en quelqu'un avec le sens de « perdre sa peine, son énergie auprès de quelqu'un ; agir, intervenir en vain auprès de lui » : « Et faisoit ses doleances et complaintes les plus piteuses du monde et les mieulx colorees, et tellement que ledit messire Guillaume et les aultres perceurent bien qu'on batoit froit fer en luy » (Georges Chastellain, 1456). Voilà qui est déjà plus proche de la syntaxe de notre expression.

    (5) L'honnêteté m'oblige toutefois à préciser que, pour ne rien simplifier, la construction directe battre quelqu'un froid est attestée (vers 1445) dans le Dictionnaire du moyen français au sens de « le traiter froidement ».
     

    Remarque 1 : Autres pays, autres coutumes, nos voisins anglais et allemands préfèrent, quant à eux, présenter leur épaule froide : to give someone the cold shoulder, jemandem die kalte Schulter zeigen. Ne me demandez pas pourquoi : cela risquerait de jeter un froid.

    Remarque 2 : Le Dictionnaire de l'Académie et le Grand Larousse flairent dans le froid de battre froid à quelqu'un un emploi adverbial.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le pays leur bat froid.

     

    « De choses et d'autres"Donner de" n'est pas "donner" »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Michel JEAN
    Vendredi 26 Août 2016 à 13:51

    Bonjour M. Marc, Voila peut-être une expression qui avait pour signification: Etre d'une extrême prudence dans la conversation, pour le coup où !...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :