• Rien de moins que

    Rien de moins que


    « Ce jour-là, c'est à Anvers que devrait se jouer rien de moins que le destin de la Belgique » (à propos des élections municipales du 14 octobre, en Belgique).

    (Jean-Michel Demetz, dans L'Express no 3197, octobre 2012)

     


    FlècheCe que j'en pense


    Voilà un triste exemple de l'à-peu-près qui sévit parfois dans les médias. La recette est aussi éculée que les histoires belges : vous prenez une locution du langage courant, rien de moins (= pas moins), et une autre, voisine bien qu'appartenant à un registre plus littéraire, ne... rien de moins que (= véritablement, bel et bien). Vous mélangez vigoureusement le tout et vous nous servez dans la confusion un joli solécisme : rien de moins que, dépourvu de son indispensable particule négative.

    Où est le mal, me direz-vous ? Après tout, ce n'est rien de plus qu'un petit ne...

    Sans doute est-il inutile de lutter anvers et contre tous : pourquoi faire simple quand on peut faire si compliqué ?


    Voir également le billet Rien (de) moins que.

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    C'est à Anvers que devrait se jouer le destin de la Belgique, rien de moins.

     

    « Une épicerie bien achalandéeFaire parti »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    soky
    Mardi 16 Octobre 2012 à 20:11
    soky

    Ha ! Donc, "rien de moins" finit généralement la phrase si je comprends bien ?

     

    En passant, je signale (surtout aux Français) la prononciation du 's' final de la ville d'Anvers, sinon c'est incompréhensible.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :