• Redresseur de tort(s)

    Redresseur de tort(s)


    « Notre homme quitte son costume de commerçant pour endosser celui de redresseur de tort » (à propos du film Michael Kohlhaas, présenté au festival de Cannes 2013).

    (Bruno Icher, sur liberation.fr, le 24 mai 2013)

     

     


    FlècheCe que j'en pense


    Dans les romans de chevalerie, redresser les torts (où le verbe est pris au sens figuré de « rectifier, corriger ») se disait pour soulager les opprimés, réparer les torts qui leur avaient été faits. De là le pluriel dans l'expression redresseur (ou réparateur) de torts qui qualifiait à l'origine un chevalier errant se faisant un devoir de secourir et de venger les victimes de l'injustice ou de la violence.

    Du reste, l'Académie hésita longtemps, dans les anciennes éditions de son Dictionnaire, entre les graphies redresseur de torts (à l'entrée « redresseur ») et redresseur des torts (à l'entrée « tort »). Depuis le XXe siècle, seule la première est encore en usage, pour désigner « familièrement et ironiquement » une personne qui a la manie de vouloir corriger les autres, qui s'érige en justicier.

    De là à ce qu'un plaisantin m'accuse à tort d'un tel travers...

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Notre homme quitte son costume de commerçant pour endosser celui de redresseur de torts.

     

    « RevendicationsCe ou se ? »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :