• Quand césars rime avec cauchemar

    «  40ème Cérémonie des César. »
     

     



    (affiche officielle)

     

    FlècheCe que j'en pense

    Petit tour d'horizon cinématographique : « La 40e cérémonie des Césars » (Le Monde, L'Express, Le Point) ; « La 40e cérémonie des césars » (Libération) ; « La 40e nuit des César » (L'Obs, Le Figaro, Le JDD) ; « La cérémonie des Césars ou des César » (CSA, en proie à l'hésitation). Force est de constater que les choix orthographiques de l'Académie des arts et techniques du cinéma sont loin de faire l'unanimité.

    À commencer par cette numérotation bien peu orthodoxe : rappelons à toutes fins utiles que l'abréviation des adjectifs numéraux ordinaux se limite, à partir de troisième, à un simple e en exposant (et non ème, comme on le voit trop souvent). Passons sur la majuscule à cérémonie (ou à nuit) − à tout le moins discutable − pour nous intéresser à la fameuse récompense, qui doit son nom au sculpteur français réputé pour ses compressions d'automobiles et de matières plastiques. Ceux qui, soucieux de rendre à César ce qui lui appartient, considèrent que l'on est en présence d'un nom propre l'écriront avec une majuscule et le laisseront invariable (1) : la cérémonie des César (comme on écrirait : Il a acheté un Renoir dans une galerie de peinture). Mais plus nombreux semblent désormais ceux l'ayant ravalé au rang de nom commun (lexicalisé), lequel prend alors la minuscule et la marque du pluriel : la cérémonie des césars ; « [César Baldaccini] est l'auteur des statuettes des césars » (Robert illustré 2013). Las ! nos dictionnaires usuels n'en sont pas à une contradiction près : Alain Rey n'évoque-t-il pas, à l'entrée « oscar » du Dictionnaire historique de la langue française (aux éditions Robert), « la cérémonie des Césars », quand la maison Larousse se croit également fondée à écrire : « Avec les résultats détaillés des Oscars, des Césars et du Festival de Cannes » (texte de présentation du Petit Larousse des films) ?

    Du côté du trophée américain, unanimité et cohérence ne sont pas davantage au rendez-vous, malgré ce que l'on aurait pu croire de prime abord : après tout, contrairement à son équivalent français, la statuette dorée à la silhouette de chevalier ne renvoie à aucune figure connue (elle fut conçue par Cedric Gibbons et George Stanley en lieu et place d'un hypothétique Monsieur Oscar) et rien ne semble justifier l'emploi de la majuscule : « Au sens de "haute récompense cinématographique", oscar s'écrit avec une minuscule et prend la marque du pluriel » confirme-t-on chez Larousse. Que la maison qui sème à tout vent ne s'en est-elle tenue à ses propres recommandations ! Ne lit-on pas à l'entrée « oscar » du Larousse en ligne : « Les Oscars les plus importants sont donnés au meilleur film, à la meilleure interprétation (...) » ? Comprenne qui pourra.

    De son côté, Hanse, qui figure au palmarès des plus éminents spécialistes de la langue, laisse le choix à l'usager (« deux Oscar ou deux oscars »), quand l'académicien Maurice Druon sème le trouble en osant combiner, contre toute logique, la majuscule et le pluriel : « les films auxquels [Jean-Claude Carrière] a donné leur trame écrite ont moissonné les Palmes d’or, les Lions d’or, les Ours d’or et autres Oscars » (Discours sur les prix littéraires et l’état de la langue, 1988). D'autres encore sont tentés de faire la distinction entre l'évènement (La cérémonie des Oscars. Participer aux Oscars) et la récompense (Un film couronné par deux oscars). Vous l'aurez compris : l'usage en la matière étant particulièrement flottant, palmes (et tuba) seront de rigueur...

    (1) Pour ne rien simplifier, Girodet note que le nom propre César... prend la marque du pluriel : La Rome des Césars.

    Remarque : Selon l'Office québécois de la langue française, les noms de prix, de distinctions et de trophées prennent une majuscule au premier nom (générique), si celui-ci est suivi d’un complément déterminatif ou d’un adjectif : Le César du meilleur acteur. L'Oscar du meilleur film. Il faut croire que cette recommandation n'est pas du goût de Josette Rey-Debove : « Elle a eu l'oscar de la meilleure actrice » (Dictionnaire du français, Robert).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    40e cérémonie des césars (ou des César).

     

    « Français de cuisineL'orthographe portée... ONU »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :