• Prise de bec

    « La présence de plus en plus nombreux des oiseaux sur le site est annonciateur de l'arrivée du printemps » (dans le parc du Marquenterre).
    (Guillaume Desplanques, sur TF1, le 6 mars 2015) 

    Cigognes (photo Wikipédia sous licence GFDL par Mindogas Urbonas)

     

    FlècheCe que j'en pense

    Entendu ce midi, au journal de treize heures de TF1, cet accord de l'attribut du sujet, qui bat quelque peu de l'aile. Car enfin, s'il est vrai que l'Académie, dans la dernière édition de son Dictionnaire, ne donne aucun exemple au féminin à l'entrée « annonciateur », il suffit de se rendre à l'entrée « fixe » pour trouver cette définition : « Beau fixe, indication portée sur les baromètres, qui correspond à une haute pression anticyclonique, annonciatrice de beau temps durable. » Preuve, s'il en était besoin, que l'adjectif annonciateur (« qui annonce, qui présage ») devient annonciatrice au féminin.

    Mais là n'est pas la seule ambiguïté qui plane au-dessus de notre affaire. Je veux parler de ce « de plus en plus nombreux », que la logique pousse à accorder avec oiseaux mais dont la position à la suite de présence incite à mettre au féminin. N'est-on pas tenté de dire : la présence de plus en plus nombreuse des oiseaux ? Les exemples, au demeurant, ne sont pas rares sur la Toile : « la présence de plus en plus nombreuse d'îliens à la soirée » (Ouest-France) ; « dénoncer la présence de plus en plus nombreuse des faux taxis à Roissy-CDG » (Le Figaro) ; « la présence de plus en plus nombreuse de grands et lourds bateaux » (La Voix du Nord) ; « La présence de plus en plus nombreuse de panneaux photovoltaïques » (Sud Ouest) ; « La présence de plus en plus nombreuse de femmes policiers » (Le Point). Et pourtant... est-on fondé à qualifier une présence de « nombreuse » ? Abondante, constante, inattendue, prolongée, pourquoi pas, mais nombreuse ? L'honnêteté m'oblige à reconnaître que le tour se rencontre sous la plume de Michel Foucault − « présence de plus en plus nombreuse dans les académies et dans les sociétés savantes » (à propos des médecins au XVIIIe siècle) − et sous celle de Bernard Pivot − « la présence nombreuse de ceux-ci [les téléspectateurs d'Apostrophes] dans les librairies dès le lendemain ». Ces cautions, si éminentes fussent-elles, suffiront-elles à clouer le bec aux esprits rebelles dont je fais partie ?

    Vous l'aurez compris : loin de moi l'intention, sur ce dernier point, de voler dans les plumes de notre journaliste, mais, face à un tel flottement, sans doute aurait-il été bien inspiré de repenser la construction de la présente phrase.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    La présence (sur le site) d'oiseaux de plus en plus nombreux est annonciatrice de l'arrivée du printemps.

     

    « Pour le meilleur et aussi pour le pireDépi-t »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Pingouin
    Mardi 10 Mars 2015 à 11:32

    Allez, pour le plaisir de l'ouvrir, mon bec.

    Parlerons-nous plus justement d'une présence en nombre plutôt que d'une présence nombreuse ? Et sur le même modèle, d'une présence en nombre de plus en plus grand (accrue ferait peut-être moins lourd) ou d'une présence en plus grand nombre (de sens un peu différent).

     

    2
    Mardi 10 Mars 2015 à 18:53

    Judicieuse remarque ! Le tour présence en nombre se trouve, au demeurant, dans le Grand Larousse ("Ceci explique leur présence en nombre considérable dans les grands musées") et chez Colette ("Je crois que la présence, en nombre, de l'être humain fatigue les plantes").

    3
    Couac
    Samedi 28 Mars 2015 à 13:59

    Je ne vois aucun problème à accorder nombreux avec présence ; il est vrai, nombreux se rapporte plus naturellement à un substantif de sens collectif (exemple : la célèbre famille nombreuse), mais, dans un registre moins courant, je dirais volontiers, avec Flaubert : "[E]lle reporta sur lui seul la haine nombreuse qui résultait de ses ennuis". Dans notre cas, le sens étant aussi parfaitement clair, il n'y a pas de raison de proscrire un accord somme toute fort naturel de nombreux avec présence.


    Cela étant, votre formulation est la plus sonore, donc la meilleure : "La présence d'oiseaux de plus en plus nombreux...".

    4
    Samedi 28 Mars 2015 à 18:24

    Selon le TLFi, nombreux, dans cet emploi littéraire où le sens collectif est absent, signifie "riche, plein". Pas certain que ce soit là le sens que notre journaliste avait à l'esprit... Cela étant, on trouve chez Sartre un "ronronnement lointain et nombreux", où nombreux est employé au sens figuré de "composé de nombreux éléments". Partant, pourquoi pas une "présence nombreuse", en effet...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :