• Présager

    Présager

    « Le parallèle ne présage en rien de l'issue du combat » (à propos du duel Copé-Fillon pour la présidence de l'UMP).

    (Gérard Courtois, sur lemonde.fr, le 9 octobre 2012)


    FlècheCe que j'en pense


    Girodet est catégorique : présager (« annoncer par quelque signe ; prévoir ») est un verbe transitif direct, qui s'emploie donc sans préposition. Aussi écrira-t-on correctement : Son état laisse présager une issue fatale. Tout cela présage un avenir meilleur.

    Pour autant, ledit verbe est susceptible de se construire avec un complément d'origine introduit par de en plus du complément d'objet direct attendu. Autrement dit, si l'on ne peut présager de quelque chose, on peut présager quelque chose de quelque chose. Je n'en veux pour preuve que cet exemple déniché dans la huitième édition du Dictionnaire de l'Académie : « Je ne présage rien de mauvais de ce que vous me dites là » (entendez : ce que vous me dites là ne présage rien de mauvais)... lequel a purement et simplement disparu de la neuvième édition. Sans doute parce qu'il ne présageait rien de bon, à force d'entretenir la confusion avec la construction indirecte fautive.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Le parallèle ne présage en rien l'issue du combat (ou ne présage rien de l'issue du combat).

     

    « N'importe quoiPlus dure est la côte »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :