• Peu ou prou(e)

    « Au final, il ne reste pas grand-chose de cette œuvre qui, en dépit de sa mélancolie appuyée, de son constat de génération – le réalisateur et ses deux interprètes principaux appartiennent peu ou proue à la même – semble cruellement dépourvue d’épaisseur » (à propos du dernier film de Claude Lelouch).
    (Arnaud Schwartz,  sur lacroix.com, le 1er avril 2014)  
     

     

    FlècheCe que j'en pense

    Le trait de notre journaliste, quant à lui, a de l'épaisseur à revendre ! C'est que proue, ainsi affublé d'un e superfétatoire, fait mauvaise figure dans le scénario.

    Emprunté du latin prode (« profit »), prou − sans e final − est, selon le Dictionnaire historique de la langue française, « l'emploi adverbial de l'ancien substantif proud (v. 980), pro (v. 1050), prod (1080), prou (v. 1200), [qui] désignait le profit, l'avantage, une chose utile et, avec une valeur quantitative, l'abondance (1050) ». Si le bougre se rencontre encore comme nom sous la plume de La Fontaine − Bon prou vous fasse ! −, il n'a plus guère le vent en poupe dans cet emploi. De nos jours, seule reste vivace la locution adverbiale peu ou prou, littéralement « peu ou beaucoup » (et non « peu ou pas du tout », comme on le croit parfois par contresens), d'où « plus ou moins ». Rien à voir, donc, ni peu ni prou, avec la proue du navire, réfection de proe, probablement emprunté du génois proa, lui-même issu du latin prora (« partie avant d'un vaisseau »).

    Pour l'anecdote, on notera que le terme prou est qualifié de « familier » par Littré, figure de proue des lexicographes du XIXe siècle, quand il ressortit au registre littéraire selon Girodet. Autre temps, autre mode...

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils appartiennent peu ou prou à la même génération.

     

    « Cas de conscienceLe revers de la pièce »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Juin 2014 à 11:22

    Curieusement, moi que les fautes d'orthographe agacent, peu ou proue me fait sourire, peut-être parce que l'expression est assez peu employée, et que la surprise de la découvrir me ferait plutôt plaisir, même si ça roule ... bille en tête  :-)

    2
    Chambaron
    Lundi 6 Mars à 00:07

    Curieusement, l'expression « preux ou poux » n'a pas connu le succès de l'usage. L'art de la contrepèterie se perd…

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :