• Pas français, impensable ? Pensez donc !

    « L’intégration culturelle serait impensable n’est-ce pas ? L’objection paraît subtile [...] »
    (Guy Sorman, sur lemonde.fr, le 3 septembre 2015) 



     
    FlècheCe que j'en pense


    Autant le préciser d'emblée, nombreux sont les spécialistes de la langue à n'être pas tendres avec l'adjectif impensable. Jugez plutôt : « Un lecteur s'étonne que j'aie compté l'adjectif "impensable" parmi les barbarismes qui nous inondent. C'en est un, pourtant » (Jean Dutourd, Le spectre de la rose, 1986) ; « Cette guerre atomique − que nous voudrions pouvoir dire "impensable", quitte à faire une faute de français −, on la prépare soigneusement » (Jean Rostand, Le droit d'être naturaliste, 1973) ; « Impensable, "qui ne peut être pensé ou saisi par la pensée", est un mot inutile et mal conçu qui se contredit lui-même, car on peut penser une chose sans la concevoir, l'imaginer ou l'espérer, mais le simple fait de la penser oblige à la considérer comme pensable » (Adolphe Thomas, Dictionnaire des difficultés de la langue française, 1971).

    Barbare, impensable ? Jean Dutourd en veut pour preuve que « ce mot ne figure pas dans Littré ». La belle affaire ! L'académicien aurait-il oublié que le lexicographe a publié son dictionnaire il y a plus d'un siècle... non sans avoir − soit dit en passant − dûment enregistré notre adjectif en 1877 dans les additions à son Supplément ?

    Mal conçu ? Certes pas. L'adjectif est très régulièrement formé du préfixe privatif im-, du radical pens du verbe penser et du suffixe -able (1) − sur le modèle d'impardonnable, impayable, impérissable, impraticable, etc.

    Contradictoire ? Force est de reconnaître que Thomas n'est pas seul à le penser : « Quand vous dites "Il est impensable qu'il vienne", vous n'êtes pas loin d'énoncer une absurdité, car cette venue peut être impossible, mais vous y pensez, ou vous la pensez, néanmoins, ne fût-ce que pour en nier l'éventualité » (Jean-Yves Lacroix, dans Vie et langage, 1957). Il n'empêche, si l'on veut exprimer qu'un concept échappe − ne serait-ce qu'en partie − à la pensée, qu'une chose ne saurait être appréhendée sous tous ses aspects en réfléchissant, pourquoi diable ne pourrait-on pas les qualifier d'impensables ? « Qu'y aurait-il là de contraire à la saine logique ou aux principes de la juste lexicologie ? » s'interroge Grevisse, de bonne foi, dans Problèmes de langage (1967). Au demeurant, je ne sache pas que l'on ait jamais appliqué le même raisonnement spécieux aux verbes d'expression (dire, parler, exprimer...) : en vertu de quels critères serait-on moins fondé à penser qu'une chose est impensable, je vous le demande, qu'à dire qu'un bonheur est ineffable, qu'une douleur est indicible, qu'une joie est indescriptible, qu'une grâce est inexprimable ? On notera, qui plus est, que Richard de Radonvilliers, à qui l'on doit semble-t-il la création de notre adjectif (dans la seconde édition du Dictionnaire des mots nouveaux, parue en 1845), lui attribue un champ sémantique plus étendu que celui retenu par Thomas : « ce qui n'est pas pensable, ne peut, ne doit pas être pensé» La nature humaine étant ce qu'elle est, grande est assurément la tentation de penser ce qui ne doit pas être pensé...

    Inutile ? Voire. Car enfin, le besoin de nier le caractère pensable d'une entité ou d'une chose ne date pas d'hier. Le Dictionnaire historique de la langue française nous apprend ainsi que la première attestation de l'adjectif pensable dans son sens moderne de « que l'on peut concevoir, saisir par la pensée » (2) se trouve justement dans le syntagme négatif « non pensable » :

    « Où toute créature annonce la hauteur
    De son saint Architecte, ouvrier et créateur,
    Gouverneur éternel, immuable, impassible,
    Invisible et voyant, non pensable, indicible. »
    (Jean Vauquelin de la Fresnaye, 1536-1607)

    Quand bien même elle aurait mis près de trois siècles pour former le composé impensable, la langue − et spécialement celle des philosophes − nous en fournit de nombreux exemples depuis la fin des années 1870 : « [Ces mots] qui imposent à la raison de penser des pensées impensables » (Paul Janet, ironisant sur la philosophie de Hegel), « l'hypothèse même de l'attraction à distance et de la gravitation à distance était parfaitement impensable » (Charles Péguy), « La concentration d'un Univers conscient serait impensable si [...] » (Teilhard de Chardin), « je me demande si [cette hypothèse] est impensable en elle-même» (Jean Guitton), « si nous comprenions ce paradoxe absurde, incompréhensible, et à proprement parler impensable » (Vladimir Jankélévitch), « C'était impensable : pour imaginer le néant, il fallait qu'on se trouve déjà là » (Sartre), « La pure impression n'est donc pas seulement introuvable, mais imperceptible et donc impensable comme moment de la perception » (Merleau-Ponty) et, substantivement, « on se heurte là à de l'inadmissible, à de l'impensable » (Gide), « L'incroyable, l'invraisemblable, l'impensable, était une réalité sensible » (Marcel Aymé).

    Thomas n'en a cure. Qu'avons-nous à faire de cet intrus, objecte-t-il, puisque nous disposons déjà de inconcevable, inimaginable, incroyable, invraisemblable ? Et Dutourd de renchérir : « C'est un doublon d'inconcevable et d'incroyable, qui sont plus précis. » N'est-ce pas oublier que ces adjectifs, quoique proches de sens, ne sont pas strictement synonymes et, partant, ne peuvent être substitués à impensable dans tous les contextes ? Herbert Spencer, dans Principes de psychologie (1875), nous éclaire sur leurs nuances particulières : « Ainsi il est incroyable qu’un boulet tiré d’Angleterre puisse aller tomber en Amérique, mais ce n'est pas inconcevable. Réciproquement, il est inconcevable qu'un des cotés d'un triangle soit égal à la somme des deux autres côtés [puisque c'est l'affaire de définitions incompatibles], ce n'est pas seulement incroyable. »  

    Quand on y pense, s'il fallait reprocher quelque chose à l'adjectif impensable, ce serait précisément d'avoir reçu au cours du XXe siècle la valeur de « qui est absurde, invraisemblable, inimaginable, inconcevable » : de la notion impensable, que l'on ne peut pleinement saisir par la pensée, on est passé − sous l'influence de l'anglais unthinkable ? − à l'hypothèse impensable, qu'une réflexion approfondie exclut de pouvoir prendre en considération. Là encore, les exemples ne manquent pas : « Mais non ! Cette guerre est impensable. Elle n'éclatera sûrement pas » (Georges Duhamel), « Qu'un garçon de mon âge et de ma formation ait pu rester dupe d'une imposture pareille, c'est invraisemblable, c'est impensable » (Jules Romains), « C'était inimaginable, c'était impensable » (Mauriac), « C'est impensable, affreux » (Aragon), « chez moi, dans ma famille, c'est impensable, tout ça » (Nathalie Sarraute). N'en déplaise aux esprits chagrins, cette extension de sens, qui a pour elle la caution des meilleurs écrivains, est à ce point installée dans l'usage courant que l'Académie l'a finalement enregistrée dans la dernière édition de son Dictionnaire (au grand dam de Jean Dutourd, qui reconnaît avoir « lutt[é] de toutes [s]es faibles forces » pour repousser le monstre en bloc) : « C'est impensable ! cela dépasse l'imagination ; cela est choquant. » Pour autant, Joseph Hanse et Robert Le Bidois conseillent prudemment de ne pas se risquer plus avant sur ces chemins escarpés et de ne pas faire d'impensable un synonyme de impossible, inadmissible, comme cela semble être le cas dans la citation du Monde qui nous occupe et, plus généralement, dans le tour impersonnel il est impensable que. Et Le Bidois de conclure dans Les mots trompeurs ou le délire verbal (1970) : « Condamnons donc non point l'adjectif impensable, mais l'abus que l'on en fait aujourd'hui, et réservons ce mot pour les cas où il s'agit de qualifier une idée ou une chose qui ne peut être pleinement saisie par la pensée. » Reste à savoir ce qu'en pense Thomas...

    (1) À ce propos, on peut lire dans le TLFi cette remarque : « Quelques dictionnaires rejettent aussi ce mot au nom de la logique : alors que l'on conçoit quelque chose (d'où l'adjectif inconcevable), on ne pense pas quelque chose mais à quelque chose, d'où, croit-on, l'illogisme de la construction. » Cet argument me paraît doublement infondé. D'une part, penser se construit très bien avec un complément d'objet direct : « Embrasser par la pensée, concevoir. Penser une œuvre. L'architecte a pensé l'édifice en fonction des contraintes du terrain » (neuvième édition du Dictionnaire de l'Académie). D'autre part, il serait faux de croire que les adjectifs en -able correspondent nécessairement au complément d'objet direct du verbe sur lequel ils sont formés ; que l'on songe à convenable, profitable, etc., que l'usage a depuis longtemps consacrés.

    (2) L'adjectif pensable serait apparu au XIIIe siècle, avec le sens de « pensif ».


    Remarque : Le sujet plonge visiblement les traducteurs de textes philosophiques latins dans l'embarras, comme on peut le constater, par exemple, avec cet extrait du Liber apologeticus de saint Anselme : et quemadmodum potest cogitari non cogitabile, qui donne en français, selon les sources (et les époques), « et de même qu'on peut concevoir ce qui n'est pas concevable » (G. C. Ubaghs, 1854), « et comme on peut penser l'inconcevable » (Alexandre Koyré, 1992), « de même qu'impensable peut être pensé » (Jean Seidengart, 2006).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    L’intégration culturelle serait impensable ou impossible (selon l'intention de l'auteur).

     

    « De l'influence de la prononciation sur l'orthographeÇa suffit ! »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :