• Où y... ou non ?

    « Pour la petite histoire, deux anciens dirigeants du Medef, Jacques Creyssel et Denis Gautier-Sauvagnac, virés par Laurence Parisot, avaient perdu tous leurs mandats au sein des organisations paritaires où ils y représentaient le Medef (...) »
    (Emmanuel Levy, sur marianne.net, le 21 décembre 2013)


    FlècheCe que j'en pense


    C'est à bon droit qu'une lectrice de ce blog dénonçait, dans un récent commentaire, « ces y superfétatoires et récurrents... Comme dans : "Nous sommes allés dans ce restaurant où on y servait..." ».

    Il convient en effet de ne pas employer y dans une relative introduite par , quand les deux adverbes renvoient au même terme. Comparez : Voici un restaurant où on mange bien (et non où on y mange bien) et Je lui ai donné l'adresse de ce restaurant, dans l'éventualité où il s'y rendrait ( représente « l'éventualité » et y, « ce restaurant »).

    Pour la petite histoire, et à la décharge de notre journaliste, reconnaissons qu'il fut un temps où l'on ne répugnait pas à l'usage de ce tour pléonastique : Où il n'y a rien, le roi y perd ses droits et la nature aussi (Voltaire) ; Où tu vas, j'y serais toujours (Musset). « Aujourd'hui, ce pléonasme n'est plus admis », insiste Littré... au cas où l'on n'y aurait pas suffisamment prêté attention.

    Remarque : On évitera de même toute redondance avec en : La ville d'où je viens (et non d'où j'en viens).

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    Ils avaient perdu tous leurs mandats au sein des organisations paritaires où ils représentaient le Medef.

     

    « Beaucoup de bruit pour rienJoyeux Christmas ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :