• On est bien peu de chose(s)

    On est bien peu de chose(s)

    « Quatre ans plus tard, le bilan est alarmant. À peu de choses près, le constat reste en effet identique » (à propos des dysfonctionnements des fichiers de police, dénoncés par la CNIL).

    (paru sur lacroix.com, le 14 juin 2013)


    FlècheCe que j'en pense


    Faisons la part des choses : il convient de distinguer le substantif féminin et les locutions pronominales indéfinies autre chose, grand-chose, peu de chose et quelque chose, qui exigent l'accord au masculin singulier (à valeur de neutre) : une belle chose mais quelque chose de beau (et non de belle, comme on a pu l'écrire jusqu'au XVIIIe siècle).

    Aussi est-on fondé à préconiser le singulier dans la locution à peu de chose près, qui signifie proprement « à quelque chose d'insignifiant près », d'où « presque, environ, peu s'en faut ». C'est du moins l'avis de l'Académie, de Littré, de Hanse, de Bescherelle et de Larousse. Les choses se compliquent chez Robert : si Alain Rey, dans son Dictionnaire historique, ne mentionne effectivement que le tour au singulier, mon Petit Robert illustré 2013 propose les deux graphies au choix à l'entrée « près »... mais seulement celle au singulier à l'entrée « peu ». Même regrettable constat avec le TLFi, qui s'emmêle les fiches en écrivant à peu de choses près à l'entrée « près » et à peu de chose près aux entrées « chose » et « peu » ; ou encore avec le Wiktionnaire qui enregistre la locution au singulier comme entrée principale... mais la donne au pluriel comme définition de « peu ou prou ». Quant à l'Office québécois de la langue française, il ne jure que par le pluriel. Mais que fait la police ?

    L'hésitation provient sans doute de ce que chose conserve sa valeur de nom et s'accorde au féminin pluriel quand peu de choses s'entend au sens de « un petit nombre de choses » plutôt que de « une chose peu importante ». Comparez : Il s'est dit peu de choses importantes et Ne me remerciez pas, c'est bien peu de chose ou Nous sommes bien peu de chose. Mais autre chose est d'affirmer que le choix entre le singulier et le pluriel est légitime dans la locution à peu de chose près, selon que l'on insiste sur l'écart insignifiant (vision globale) ou sur les éléments qui le composent (vision détaillée)...

    Dans le doute, mieux vaut s'en tenir à la position de l'Académie.

     

    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    À peu de chose près
    , le constat reste identique.

     

    « Ce ou se ?Ils nous ont traité(s) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    marcello
    Vendredi 18 Novembre 2016 à 19:26

    Malgré le titre et sauf erreur, on s'étonnera que vous ne traitiez pas de la locution« on est bien peu de choses »!!!??

      • Vendredi 18 Novembre 2016 à 21:11

        Il me semblait pourtant avoir évoqué le cas de c'est bien peu de chose.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :