• Le chant des baleines au banc d'essai

    « [Le chant de l'appel aux repas] déclenche le regroupement des baleines en vue de l'attaque des bans de poissons (...) »
    (Pierre Lemarquis, dans Sérénade pour un cerveau musicien, paru chez Odile Jacob)
     
     
     

    FlècheCe que j'en pense


    Jolie coquille que celle pêchée dans cet ouvrage du neurologue Pierre Lemarquis, qui − oserai-je me mouiller ? − ne manquera pas de faire rire le lecteur... comme une baleine.

    Rappelons qu'il sied de distinguer les homophones ban (apparenté au verbe bannir), « proclamation ou défense annoncée publiquement », et banc, « long siège étroit ». En l'espèce, c'est plutôt au sens étendu de « amas » (formant une couche allongée, de nature à évoquer un banc) que ce dernier doit ici s'entendre : un banc de sardines, un banc de sable, un banc de brume.

    Loin de moi l'intention de noyer le poisson, mais force est toutefois de constater que nombreux sont ceux pour qui nos deux substantifs masculins sont comme... ban bonnet et bonnet banc : « mimiques d'un ban de poissons » (Courrier picard), « un ban de piranhas » (TF1), « En retrait du Parti socialiste, mis au banc du groupe parlementaire » (Le Figaro), « jeunes ingénieurs en rupture de banc » (L'Usine nouvelle), « le banc et l’arrière banc de la droite centriste et du centre-droit » (frontnational.com).

    De là à ce que notre auteur ait l'impression de se trouver tout à la fois au ban de la société musicale et au banc des accusés...


    Voir également le billet Tous ensemble.


    Flèche

    Ce qu'il conviendrait de dire


    L’attaque des bancs de poissons.

     

    « Santé !Encore une bien belle »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lemarquis Pierre
    Samedi 4 Janvier 2014 à 09:13

    Mille mercis pour cette lecture attentive et pour vos précisions, d'autant plus que le manuscrit avait été relu en détail par une normalienne ! Je m'incline! Félicitations !

    2
    Samedi 4 Janvier 2014 à 10:38

    Dans ce cas, n'hésitez pas à tirer les oreilles de votre normalienne, qui a également laissé passer cette autre coquille : « Comme l'écrit Lévi-Strauss, "tout se passe comme si la musique et la mythologie n'avaient besoin du temps que pour lui infliger un démenti. L'un est l'autre sont, en effet, des machines à supprimer le temps" » (au lieu, vous l'aurez deviné, de L'une et l'autre sont...). L'académicien en est encore tout retourné...

    Est-il besoin de préciser que tout cela ne diminue en rien l'intérêt de votre ouvrage ? Merci de votre bon état d'esprit.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :